• ♫ ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¤. ¸ ¸ . ¤ * ¨ ¨ ** ♫ ♫ ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¤. ¸ ¸ . ¤ * ¨ ¨ ** ♫ ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¤. ¸ ¸ . ¤ * ¨ ¨ **

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, Qui n'a jamais vu dans les cieux ...

    ♫ ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¤. ¸ ¸ . ¤ * ¨ ¨ ** ♫ ♫ ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¤. ¸ ¸ . ¤ * ¨ ¨ ** ♫♫ ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¤ * ¨ ¨ * ¤. ¸ ¸. ¸. ¤

     


    2 commentaires
  • Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, Citations d' EINSTEIN

     

    CITATIONS D'ALBERT EINSTEIN

     

    La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour garder l’équilibre.  

     

     

    A l'école, en algèbre, j'étais du genre Einstein. Mais plutôt Franck qu'Albert.

     

    C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu.
     

    Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde.
     

    Dieu est subtil, mais il n'est pas malveillant.
     

    En apparence, la vie n'a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu'il n'y en ait pas un !

     

     

     Il est étrange que la science, qui jadis semblait inoffensive, se soit transformée en un cauchemar faisant trembler tout le monde.
     

    Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome.

     

    Il faut prévenir les hommes qu’ils sont en danger de mort, la science devient criminelle. (1946)
     

    Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.
     

     

    Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique: ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau ; une moelle épinière leur suffirait amplement.

     

    Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnent pas.

     

    Je ne m'inquiète jamais de l'avenir. Il arrive bien assez tôt.
     

    Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite.
     

    Je sais pourquoi tant de gens aiment couper du bois. C’est une activité où l’on voit tout de suite le résultat.

     

    Je suis réellement un homme quand mes sentiments, mes pensées et mes actes n'ont qu'une finalité: celle de la communauté et de son progrès. 


     

    La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.

     

    La gravité n'est pas responsable de ceux qui tombent en amour.
     

    La joie de regarder et de comprendre est le plus beau cadeau de la nature.
     

    La plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le mystère des choses.
     

    La possession de merveilleux moyens de production n'a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine.

     

    La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
     

    La vraie valeur d'un homme se détermine d'abord en examinant dans quelle mesure et dans quel sens il est parvenu à se libérer du Moi.
     

    Le hasard, c’est Dieu qui passe incognito.

     

    Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.

     

     


    votre commentaire
  • CLAIR DE LUNE de Paul VERLAINE posté le mercredi 13 septembre 2006 06:12

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, CLAIR DE LUNE de Paul VERLAINE

    CLAIR DE LUNE


    Votre âme est un paysage choisi

    Que vont charmant masques et bergamasques

    Jouant du luth et dansant et quasi
    Tristes sous leurs déguisements fantasques.


    Tout en chantant sur le mode mineur

    L'amour vainqueur et la vie opportune
    Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
    Et leur chanson se mêle au clair de lune,


    Au calme clair de lune triste et beau,

    Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
    Et sangloter d'extase les jets d'eau,
    Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.



    Paul Verlaine     
              


    votre commentaire
  • FATA TEMPORUM  posté le mardi 10 mai 2011 00:38

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, FATA TEMPORUM

    Fata temporum

    A l’écheveau des jours, il attache la nuit,
    En ourlant le matin d’un galon de lumière,
    Puis coule lentement le long des cimetières
    Vers un soir dont il éteint la flamme, à son huis.

    Aiguisé à ses griffes, son silence enfouit
    Tous les secrets chassés, à grands coups d’étrivières,
    De la bouche des rois aux lèvres des meunières,
    Dont il ronge la peau aux margelles des puits.

    Son or sonne le glas et se fond au néant
    Des gouffres d’univers où se gonfle le feu
    Des étoiles à naître et de leurs parements,

    Et si son règne dure depuis l’éternité,
    C’est qu’il nourrit sa chair de la soif de nos yeux,
    Car le Temps est un ogre au visage de fée.

    Francis Etienne Sicard, 2010


    votre commentaire
  • Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, Au fond des coeurs


    3 commentaires
  •  LA DANSEUSE ET LA POESIE posté le dimanche 02 mai 2010 07:17

                       Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, | LA DANSEUSE ET LA POESIE |

    La danseuse

    Gibran Khalil Gibran

    Jadis vint à la cour du Prince de Birkasha une danseuse avec ses musiciens. Elle fut admise à la cour et dansa devant le prince sur la musique du luth, de la flûte et de la cithare.
    Elle dansa la danse des flammes, et la danse des épées et des lances ; elle dansa la danse des étoiles et la danse de l’espace. Et puis elle dansa la danse des fleurs dans le vent.
    Après cela elles se tint devant le trône du prince et s’inclina devant lui. Et le prince lui ordonna de se rapprocher, et il lui dit : « Belle femme, fille de la grâce et du plaisir, d’ou vient ton art ? Et comment fais-tu pour commander à tous les éléments dans tes rythmes et tes rimes ? »
    Et la danseuse s’inclina à nouveau devant le prince et elle répondit : « Puissante et gracieuse Majesté, je ne connais pas la réponse à tes questions. Je sais seulement ceci. L’âme du philosophe réside dans sa tête, l’âme du poète est dans son cœur, mais l’âme de la danseuse demeure dans tout son corps. »
                   Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, | LA DANSEUSE ET LA POESIE |


    votre commentaire
  • LE BONHEUR LE PLUS DOUX


    votre commentaire
  • CITATION DU DAILA LAMA


    votre commentaire
  •  

     

    TU CHERIRAS LA MER

     

    TU CHERIRAS LA MER

     

    Homme libre, toujours, tu chériras la mer !

    La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
    Dans le déroulement infini de sa lame,
    Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

    Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
    Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
    Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
    Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

    Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
    Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes,
    O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
    Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

    Et cependant voilà des siècles innombrables
    Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
    Tellement vous aimez le carnage et la mort,
    O lutteurs éternels, ô frères implacables !

    Charles Baudelaire

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique