• Le merveilleux CANTATE BWV 147 de J.S. BACH

    Le merveilleux CANTATE BWV 147 de J.S. BACH 

     

     

    Le merveilleux CANTATE BWV 147 de J.S. BACH

     

    C'est en 1723 que naît ce Cantate de la main de BACH. Il fut conçu sur demande du pasteur pour le 4ème dimanche de l'Avent. Le récitatif est en allemand alors que bien souvent dans les musiques religieuses on retrouve du latin.

    Souvent, à cette époque, on utilisait l'orgue positif pour la basse continue ou la viole de gambe ou encore le clavecin.

    Le choral est un élément du Cantate. Le hautbois d'Amour y joue un rôle important. Choral et choeur sont différents. Dans ce Cantate l'on retrouve des récitatifs, des choeurs, des chorals ; le choeur est contrapuntique. Le choeur d'Ouvertur vocalisant où il y a un entrelacement de toutes les voix. Les accords utilisés par Jean Sébastien Bach se multiplient avec des tensions harmoniques avec celui de la septième diminuée.

    Une des toutes grandes cantates de Bach, composées en langue allemande comme le voulait la liturgie protestante. (Voir la CANTATE dans la rubrique Histoire de la musique ou taper ce mot dans "rechercher" situé dans la colonne de droite);

    Datant de 1723, date à laquelle Bach a pris ses fonctions de Kantor à l'église Saint Thomas de Leipzig et composée pour le 4e dimanche de l'Avent avec un

    Chœur d'ouverture vocalisant, un beau contrepoint et l'entrelacement de toutes les voix, une grande audace dans les accords de Bach qui multiplie les tensions dramatique avec notamment des accords de septième diminuée. Une fugue avec des entrées successive des quatre voix. Un soliste avec récitatif et air et un bel accompagnement.

    Le côté pastoral avec le hautbois, le basson (Fagott en allemand) à la basse continue.

    La technique ici du trio avec 

    - deux voix supérieures : voix de soprano et hautbois d'amour qui dialoguent

    -  un accompagnement de basse : basson

    Composition de sonates sur ce modèle, y compris pour orgue avec les deux mains et le pédalier ou de concertos également pour violon et hautbois ou deux hautbois ; des solites, choeur et duos. La musique suit bien la parole et enfin, on constate un côté dansant inspiré de la musique profane. Jean Sébastien Bach était donc réellement un génie précurseur de toutes les musiques qui ont suivies, le Maître inspirateur par excellence ayant établi les fondements de toute l'harmonie musicale divinement. Son oeuvre est monumentale et extrêmement variée.

    Le merveilleux CANTATE BWV 147 de J.S. BACH

    Rembrandt : visage de Christ Jésus

    PAROLES :

    «Jésus veut être toujours ma joie,
    Le confort et l'essence de mon cœur,
    Jésus est là à travers toutes les souffrances,
    Il est la force de ma vie,
    Le désir et le soleil de mes yeux,
    De trésor et de bonheur Mon âme;
    Par conséquent, je ne laisse jamais  Jésus,
    Ni de mon cœur, ni de mon visage. "

    Ascension de Jésus Christ

     

    « Le seul CANTATE PROFANE lyrique et comique de Jean Sébastien BACH Les bienfaits de la Dévotion (bhakti) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :