• Prières de Jésus dans la vie des maîtres

     

    La vie des maîtres 3/3 Livre III

    Trois jours dans le ciel. - Reprise du travail archéologique. - Traductions instantanées. - Merveilles diverses. - Allocution de Jésus sur la pensée créatrice. - Lumière et chaleur surnaturelles

     

    Après le départ des assistants, mes camarades et moi restâmes sur place, répugnant à quitter l’endroit où nous avions été témoins d’une pareille transformation. Les mots sont inaptes à décrire nos sentiments et notre immense élévation spirituelle durant ces dernières heures.

    Les paroles « Tous pour un, un pour tous » flamboyaient toujours comme au moment de leur apparition. Nous étions dans l’incapacité d’articuler un son. Nous restâmes ainsi jusqu’au jour, sans avoir le sentiment d’être enfermés dans une salle. Nos corps émettaient une brillante lumière.

     

    Bien que nous trouvant dans une salle creusée en plein roc, nous pouvions nous déplacer sans être arrêtés par les murs. Le sol ne semblait pas exister sous nos pieds, et cependant nous allions librement dans toutes les directions. Les mots sont absolument inaptes à exprimer nos pensées et nos sensations. Nous marchâmes au-delà des confins de la salle et même de la falaise sans que rien nous fît obstacle. Nos vêtements et tous les objets environnants irradiaient une pure lumière blanche.

    Même après le lever du soleil cette lumière surpassait en éclat celle du jour. Nous étions comme dans une grande sphère lumineuse, et nous pouvions regarder à travers son cristal. Le soleil nous apparaissait lointain et comme enveloppé de brume, froid, et peu agréable en comparaison de l’ambiance où nous nous tenions. Bien que le thermomètre marquât dix degrés au-dessous de zéro et que la contrée fût couverte d’une neige étincelante, l’endroit où nous étions rayonnait d’une chaleur, d’une paix, et d’une beauté inexprimables.

    C’était une de ces circonstances où les pensées ne peuvent pas être traduites en paroles. Nous restâmes là encore trois jours et trois nuits sans penser à nous détendre. Nous n’éprouvions pas trace de fatigue ni de lassitude, et rétrospectivement il nous sembla que ce temps n’avait duré que quelques secondes. Cependant nous étions conscients de nos présences réciproques et de la fuite des heures.

    Page 256

    Il n’y eut ni lever ni coucher de soleil, mais seulement un jour splendide et continu. Ce n’était pas un rêve vague, mais une réalité effective de chaque instant. Une vue prodigieuse sur l’avenir s’ouvrit devant nous.

    L’horizon parut reculer jusque dans l’éternité, ou plutôt, selon l’expression de Thomas, s’agrandir en un océan illimité et éternel de vie palpitante et vibrante. La magnificence en tenait à ce qu’elle ne nous était pas réservée, mais qu’il était donné à chacun de la contempler. Le quatrième jour, Thomas proposa de descendre à la salle des archives pour reprendre notre traduction.

    À peine eûmes-nous esquissé le geste de nous y rendre que nous nous trouvâmes tous réunis dans la pièce en question. Je laisse au lecteur le soin d’imaginer notre étonnement et notre joie. Sans le moindre effort physique de notre part et sans même en avoir la moindre conscience, nous étions descendus de deux étages en volant par-dessus les escaliers.

    Et voici que nous étions dans la salle parmi les documents sur lesquels nous avions travaillé. La pièce était illuminée, chaude et sympathique, et nous pouvions nous y déplacer à volonté sans le moindre effort. Nous prîmes une des tablettes et la mîmes en place pour l’étudier. Le texte et le sens nous furent aussitôt parfaitement traduits.

    Tandis que nous mettions par écrit la traduction, il arriva que des pages entières se trouvèrent soudain remplies d’un texte écrit de notre propre écriture. Nous n’avions plus besoin que de rassembler les feuillets et de les relier en un manuscrit. Continuant de la sorte, nous achevâmes manuscrit après manuscrit. À deux heures de l’après-midi nous en avions achevé et mis en ordre douze, de plus de quatre cents pages chacun, et cela sans éprouver la moindre fatigue de cette agréable occupation.

    Nous étions tellement absorbés par notre travail que nous n’avions pas conscience de la présence d’autres personnes dans la pièce. Tout à coup, Thomas se leva et s’avança en saluant. Nous regardâmes les arrivants.

    C’étaient Jésus, Marie, notre hôtesse, et Chander Sen. Ce dernier était l’homme des documents, que nous avions d’abord appelé le vieil homme des documents, mais que nous appelions maintenant le « jeune homme ».

     257

    Une table fut débarrassée et préparée pour un repas. Nous nous assîmes et après un moment de silence ; Jésus prit la parole et dit :

    « Père tout-puissant, Principe qui pénètre partout, tu irradies du plus profond de nous-mêmes sur le monde entier, tu es la lumière, l’amour et la beauté dont nous éprouvons aujourd’hui les bienfaits. Nous pouvons bénéficier éternellement de ces bienfaits si seulement nous le voulons.

    Nous nous inclinons devant l’autel où brille la flamme perpétuelle de l’amour parfait, de l’harmonie, de la vraie sagesse, de la dévotion sans fin, et de la pure humilité. Cette flamme sacrée brille sans Jamais s’assombrir. Elle émane du fond des âmes de ceux qui sont réunis en ce moment au nom de la vraie paternité, de la filiation respectueuse, et de la fraternité dévouée. Partant de ceux qui nous sont proches et chers, elle s’égrène dans l’espace, illuminant les régions les plus éloignées de la terre afin que chacun puisse apercevoir son éclat et recevoir les bienfaits de son amour immaculé et intarissable. Les rayons pénétrants de cette, lumière, de cette beauté, et de cette pureté traversent les âmes et les cœurs réceptifs de ceux qui sont réunis autour de Ton autel. Nous avons maintenant conscience de ces rayons d’amour dont le feu se répand dans tout l’univers. Nous les envoyons pour transmuer le monde, refondre et harmoniser toute l’humanité. Nous saluons le pur et véritable Christ de Dieu vivant en chacun de nous. Nous sommes debout face à face avec Dieu, égaux à lui, unis à lui. À nouveau nous saluons Dieu notre Père vivant au plus profond de nous-mêmes".

     

    Quand Jésus eut fini de parler, quelqu’un proposa de retourner dans la salle où nous avions assisté à la résurrection de Chander Sen. À peine eûmes-nous ébauché un geste vers la porte que nous nous aperçûmes que nous étions déjà arrivés. Cette fois-ci nous avions été conscients du déplacement, mais inconscients du désir. Bien que les ombres du soir fussent déjà tombées, notre chemin était parfaitement éclairé.

    Nous trouvâmes la salle éclairée avec autant de splendeur et de prodigalité qu’au moment où nous l’avions quittée. Cette pièce était pour nous une chapelle, et nous paraissait illuminée de toutes les possibilités. C’était un endroit sanctifié où il nous avait été donné d’accomplir vers la spiritualité une étape auparavant inconcevable pour nous en tant que mortsans que nous nous y réunissions avec tous les Maîtres pendant au moins une heure.

    Pendant ces réunions, la salle ne présenta jamais plus l’aspect du plein roc. Il semblait toujours que nous pouvions regarder à travers les murs jusque dans l’espace infini.

     

    C’est dans cette salle que les barrières limitant notre conscience furent supprimées. C’est là que s’ouvrit pour nous une large vue sur l’avenir.

    Nous nous assîmes tous à table, et Jésus reprit l’entretien, Il dit : Pour créer et pour accomplir, il faut être mû par des mobiles sincères et centrer sa pensée sur un point d’absorption, c’est-à-dire sur un idéal. Vous pouvez devenir ce centre. Rien ne prend forme sans que les hommes aient d’abord exprimé un idéal. Il fut un temps où l’homme était pleinement conscient d’être ce mobile central. Il vivait dans la pleine conscience de son héritage et de son domaine, dans un état d’âme que vous appelez ciel.

    Mais tous les hommes, sauf de rares exceptions, ont renoncé à ce don divin. Aujourd’hui, la grande majorité d’entre eux est absolument inconsciente de cette qualité divine qui est le véritable héritage de l’humanité. Ce qu’un homme a fait une fois, il peut l’accomplir de nouveau.

    Tel est le principe qui commande à la suite indéfinie des vies et manifestations que vous apercevez autour de vous. Il régit également votre vie et celle de toute créature existante, car toute création possède la vie. Avant longtemps, la science vous fournira d’amples motifs pour affirmer que la matière n’existe pas.

    Toute matière peut se réduire à un élément primitif unique qui contient d’innombrables particules universellement distribuées, toutes en parfait état d’équilibre, et répond à des influences vibratoires.

    Sur le seul terrain mathématique, il s’ensuit qu’il a fallu une impulsion définie, une action initiale, un pouvoir créateur pour rassembler une infinité de particules de cette substance neutre, universelle et ultra-pénétrante, et leur donner la forme d’objets sélectionnés. Ce pouvoir ne prend pas naissance uniquement dans la particule. Il est plus vaste, et cependant uni à la particule. Par la pensée et par une action définie, on coopère avec le système vibratoire et l’on sélectionne les particules. Par la logique de ses déductions, la science physique sera obligée de se rallier à cette manière de voir

    (259)

    incompris parce que inactif, mais inactif seulement parce que incompris. Quand l’homme l’aura compris, aura communiqué avec lui, et en aura matérialisé l’application, il verra que ce pouvoir ou principe est parfaitement susceptible de délimiter des zones spécifiques pour la mise en œuvre spécifique de l’énergie cosmique universelle. Cette mise en œuvre conduit par une évolution logique à la construction de ce que vous considérez comme un univers matériel avec toutes ses manifestations. Du moment que tout se fait logiquement, chaque stade doit préparer à la perfection les fondements du stade suivant. Quand on progresse dans un ordre parfait, dans une harmonie complète de pensée et d’action, on est en accord effectif avec le pouvoir.

    Celui-ci vous procure alors sur une échelle illimitée la faculté de sélectionner les moyens en vue d’un but On distribue la vie et l’énergie selon une progression cosmique dont l’ordre est reconnu. L’univers ainsi construit n’est pas matériel comme vous l’avez pensé. Votre définition matérielle n’est pas bonne. L’univers est spirituel, car il provient de l’Esprit. Cette affirmation est logique, certaine, fondamentale. Du moment qu’elle est logique, elle est scientifique. Si elle est scientifique, elle est intelligente. C’est la vie unie à la vie intelligente. Or, la vie couplée avec l’intelligence et guidée par elle devient volonté, et par là même vocation. L’esprit est le pouvoir vibrant, primaire, originel. On peut prendre contact avec lui et se servir de sa puissance. Il suffit de l’accepter, de savoir qu’il existe, puis de le laisser s’extérioriser. Il est alors entièrement à vos ordres et devient une source intarissable de vie éternellement neuve, jaillissant du fond de vous-mêmes. Nul besoin de longues années d’étude, d’entraînement, de souffrances, ou de privations. Connaissez l’existence de cette vibration, acceptez-la, puis laissez-la s’écouler à travers vous. Vous ne faites qu’un avec la grande substance de la pensée créatrice et ceci vous permet de savoir que toutes choses existent. Il n’y a rien en dehors du grand et bon principe de Dieu qui remplit tout l’espace. Dès que vous savez cela, vous êtes ce principe. Vous amplifiez son activité par vos pensées, vos paroles, et vos actes quand vous l’exprimez en vous prévalant de votre pouvoir de Christ. Plus vous exprimerez ce pouvoir, plus il affluera vers vous. Plus vous donnez, plus vous serez comblés de choses à donner, et ce sans jamais pouvoir épuiser toutes les réserves. Cela ne signifie pas que vous deviez vous rendre en un lieu secret pour vous isoler. Il s’agit de rester à votre place, dans le calme, même dans ce que vous appelez le tourbillon des affaires ou au milieu des épreuves les plus dures. Alors la vie cesse d’être un tourbillon. Elle devient obligatoirement paisible et contemplative. L’activité extérieure n’est rien en comparaison de la grande activité de pensée que vous comprenez maintenant et à laquelle vous vous unissez. Celle-ci consiste à devenir calme là où vous êtes. Percevez Dieu en vous, plus voisin que votre souffle, plus proche que vos mains ou vos pieds, et concentrez sur lui toute votre activité de pensée. Qui est Dieu ? Où est le Dieu sur qui vous vous centrez ainsi ? Dieu n’est pas un grand être extérieur qu’il vous faut introduire en vous pour le présenter ensuite au monde. Dieu est le pouvoir engendré et amplifié par votre propre activité de pensée. Il est vrai que ce pouvoir existe à l’intérieur et tout autour de vous, mais il reste inopérant jusqu’au moment où l’on pense à lui en réalisant son existence. Alors il émane de vous en quantité illimitée. Vous le présentez au monde, et cette présentation apporte un bienfait au monde. Il faut que vous l’effectuiez vous-même, en prenant pour mobile de chacune de vos pensées l’impulsion vers tout ce qui est bon, l’action de Dieu le Père qui est le pouvoir d’accomplir. Alors vous êtes Dieu accomplissant la perfection, Dieu le Père, le laboureur, l’amplificateur et le projecteur, l’artisan réel et précis. C’est alors que les légions accourent à votre appel. Tel est Dieu, l’unique et véritable Dieu émanant de vous. Dites de tout cœur, avec respect et profondeur de pensée, que Dieu demeure dans son Saint Temple. Ce temple est votre corps pur, tel que vous le présentez, tel qu’il apparaît aujourd’hui dans sa sincérité. Vous êtes le vrai Christ qui vit uni à Dieu à l’intérieur du temple. Votre corps exalté est une demeure sainte qui inclut le monde. Vous êtes un centre d’énergie, vous recevez le Principe divin et véritable pour lui permettre de se manifester. Sachez tout cela, et vous exprimerez de plus en plus amplement le Dieu que vous êtes et que vous aimez. Vous adorerez, vous donnerez louange, et vous répandrez sur l’humanité votre amour toujours grandissant pour lui permettre de contempler le Christ, l’Homme-Dieu debout et triomphant.

     

    Alors vous direz avec la joie la plus pure :

    « Si quelqu’un a soif, qu’il entre et boive à grandes gorgées les eaux de la vie pure. Ceux qui en boivent n’auront jamais plus soif. » le pouvoir que vous utilisez de la sorte c’est Dieu.

    Or, le Fils accomplit promptement tout ce que fait le Père. Cela implique l’humilité. Il faut s’incliner devant ce grand pouvoir. La vraie humilité s’avance d’un air modeste, unie à la puissance qui la fait agir. Contemplez, louez, bénissez, et remerciez ce pouvoir, vous en accroîtrez l’afflux et l’efficacité, et il vous sera plus aisé d’être en contact avec lui.

    C’est pourquoi je vous dis de prier sans cesse. Votre vie, courante doit être une prière constante. On devient pleinement conscient de ce pouvoir d’abord en sachant qu’il existe, puis en l’utilisant en toute confiance. Il est universel. Laissez-le se manifester, et il affluera vers vous en toutes circonstances. Il afflue dans la mesure où vous le répandez. Présentez vous donc comme Dieu, et distribuez-le.

    Il est « Dieu votre Père en vous », et vous ne faites qu’un avec le Père. Vous n’êtes pas des serviteurs mais des fils, des enfants de la Cause première. Tout ce que je possède « JE SUIS » vous appartient, car vous êtes « JE SUIS ». Ce n’est pas moi qui fais le travail, c’est « JE SUIS » dans le Père. Et le Père en moi produit le grand accomplissement. Quand vous travaillez en communion consciente avec le Père, il n’y a plus de limitations ni de frontières. Vous connaissez votre droit divin d’accomplir toutes choses. Suivez-moi dans la mesure où je suis le Christ, le vrai fils, le Fils unique engendré par le Père. En présentant Dieu, je le fais vivre du dedans pour que l’on puisse dire un jour : « Tous sont Dieu ».

     

    Le plus grand sermon de tous les temps, c’est : « Regardez Dieu. »

    Cela veut dire voyez Dieu dans toute sa splendeur à l’intérieur de vous-mêmes, émanant de vous et de chacun.

    Quand vous regardez Dieu et ne voyez rien d’autre, vous aimez Dieu et vous l’adorez seul.

    Alors vous voyez vraiment Dieu.

    Vous êtes le Seigneur, le Législateur, le Dispensateur de la Loi.

    Quand vous priez, retirez-vous dans la chambre secrète de votre âme, et là, priez le Père qui est au-dedans. Il vous entend et vous donnera publiquement votre récompense. Priez, et remerciez d’être capables de répandre davantage  Dieu sur le monde. Cela ne vous donne-t-il pas une vue plus élevée, une perspective plus vaste, un idéal plus noble ?

     

    L’entretien prit fin ici, et nous nous levâmes tous de table. Nos amis nous souhaitèrent bonne nuit et s’en allèrent. Nous restâmes encore quelque temps à parler de toutes ces expériences et décidâmes de retourner à nos logements du village. En nous levant, nous nous posâmes immédiatement la question suivante : Comment trouverons-nous notre chemin sans lumière ?

    Chacun de nous sauf Thomas formula la même pensée. Mais Thomas dit : Voyez comme nous sommes engoncés dans nos vieilles habitudes et comme nous nous attachons désespérément à nos anciennes idées. Nous sommes ici complètement immergés dans une lumière qui n’a nullement diminué après le départ des amis qui nous sont devenus si chers.

    N’est-ce pas l’occasion de nous avancer et de montrer que nous comptons sur nous-mêmes, sur notre pouvoir intérieur d’accomplir les mêmes œuvres qu’eux ? Essayons du moins d’y tendre et ayons le courage de faire un pas vers l’accomplissement. Nous nous appuyons si pesamment sur nos merveilleux amis que nous ressentons une sorte de blessure dès que nous les quittons un instant.

    Si nous ne devenons pas indépendants dans l’accomplissement des petites choses, nous n’aboutirons jamais dans les grandes. Je suis certain qu’ils nous ont quittés pour nous offrir l’occasion de prouver nos capacités. Élevons-nous au-dessus des difficultés et triomphons-en. Avant de partir, l’un de nous suggéra qu’il serait bon de méditer d’abord sur la manière d’opérer. Mais Thomas répliqua d’une voix ferme : Non. Si nous partons, nous partirons de suite.

    Après les signes que nous avons vus et les événements auxquels nous avons participé, il faut que nous agissions résolument, ou alors nous ne méritons plus aucune considération. Sur quoi, nous descendîmes les escaliers, passâmes par les diverses salles, franchîmes le tunnel, descendîmes l’échelle, et nous rendîmes au village. Tandis que nous marchions, notre chemin était complètement éclairé. Nos corps ne pesaient plus rien. Ils se déplaçaient avec une facilité extrême et nous arrivâmes à nos logements, fous de joie de cette réussite. À partir de ce moment-là et jusqu’à notre départ du village, nous pûmes aller de nuit où nous voulions sans lumière artificielle. Nos chambres à coucher  s’éclairaient dès que nous y entrions et rayonnaient d’une chaleur et d’une beauté indescriptibles. Nous nous endormîmes presque aussitôt et ne nous réveillâmes que fort tard dans la matinée. 

    3.2. Menaces sur le village de la Croix en « T ». Colère d’un Maître. - Vaines négociations avec les bandits

    Le lendemain matin, nous prîmes notre petit déjeuner à l’auberge, puis nous montâmes directement à la salle supérieure du temple. Nous n’y aperçûmes aucun signe extérieur permettant de concevoir que nous étions renfermés dans une salle, ni aucun indice de limitation. Nous nous déplaçâmes donc librement sans le moindre effort.

    Quand nous fûmes prêts à descendre dans la salle des documents, nous nous y trouvâmes immédiatement. Comme nous avions accompli ce déplacement instantanément et hors de la présence de nos amis, nous comprîmes la leçon, de leur départ et fûmes très fiers de notre réussite.

    Le premier avril approchait rapidement. Nous avions fini la traduction des documents et entrepris de dessiner à la cote les nombreux caractères et sculptures creusés à l’extérieur dans les rochers. Ce travail fut exécuté dans les meilleures conditions à cause de l’intérêt passionné que nous y prenions.

    Un après-midi, un messager arriva au village. À la manière dont les villageois se réunirent autour de lui, nous comprîmes qu’il s’agissait d’un événement extraordinaire. Nous quittâmes notre travail et descendîmes au village. Nous y rencontrâmes notre hôtesse qui nous informa qu’un important groupe de brigands se trouvait à quelque distance en aval dans la vallée. Cela causait un grand malaise parmi les habitants, car depuis de nombreuses années les tentatives de raids des brigands avaient toujours convergé vers ce village.

    Le bruit s’était répandu au loin que le Temple de la Croix en « T » cachait un fabuleux trésor. Les nombreuses tentatives de pillage du village avaient jusqu’ici échoué, et les bandes de brigands attribuaient en grande partie ces échecs à la résistance des paysans qui vivaient en aval.

    Aujourd’hui, plusieurs de ces bandes s’étaient groupées pour réunir leurs forces. Une véritable petite armée de quatre mille hommes bien montés et fortement armés était en train de piller et de dévaster la vallée pour briser la résistance des habitants les plus proches du village de la (265)

    Croix en « T ». Les bandits espéraient que par cette méthode leur raid aurait plus de succès que les précédents. Le messager appelait également au secours de la part du reste des habitants, car un grand nombre d’entre eux avaient déjà été massacrés, et les autres étaient à bout de résistance.

    Notre hôtesse lui répondit que personne dans le village n’était disponible pour descendre dans là vallée. Elle l’assura qu’il pouvait retourner chez lui et que nul mal n’arriverait aux gens de son entourage. Nous reprîmes notre travail tout en ayant conscience du malaise des villageois, malaise que nous partagions dans une certaine mesure.

    Le lendemain matin, nous retournâmes encore à notre travail, désireux que nous étions d’achever nos dessins cotés pour compléter notre propre documentation. Nous étions certains d’y trouver la relation complète et exacte de certains événements historiques, ainsi que des références à d’autres sources de documentation.

    L’ensemble devait nous permettre de retracer l’histoire de cette civilisation ancienne et extrêmement avancée ainsi que celle du peuple qui avait occupé cette vaste partie du monde maintenant si désertique. L’éventualité de perdre le fruit de notre travail dans une bataille avec les bandits nous troublait énormément.

    Nous rassemblâmes tous nos papiers dans la salle des documents du temple, qui avait résisté à une série de raids similaires. Dans la soirée, nous envisageâmes avec notre hôtesse de tirer des plans pour venir en aide aux villageois. Nous exprimâmes notre surprise de ne pas voir nos amis.

    Elle nous dit qu’après l’appel au secours du messager, les bandits seraient obligés d’interrompre leur raid sous peine de se détruire eux-mêmes. Ce soir-là nous allâmes nous coucher avec le sentiment bien net que nos craintes pour notre propre sécurité étaient fortement exagérées.

    Le lendemain, nous nous levâmes de bonne heure et nous nous disposions à reprendre notre travail, quand le même messager réapparut. Il apportait la nouvelle que les raids contre les habitants avaient cessé et que les brigands avaient concentré la totalité de leurs forces à environ trente-cinq kilomètres en aval, probablement en vue d’une ultime action contre notre village.

    Tandis que notre hôtesse s’entretenait avec le messager, déjà entouré d’un certain nombre de villageois, un cavalier entra dans le village et se dirigea vers nous. Sur son chemin, il passa près de petits groupes d’habitants qui parurent le

    266

    reconnaître et se dispersèrent immédiatement comme saisis de terreur. Tandis que le cavalier s’approchait de nous, le messager prononça son nom, puis s’enfuit aussitôt avec les autres villageois, craignant évidemment que les bandits ne suivissent de près le cavalier. Nous restâmes donc seuls avec notre hôtesse à attendre son arrivée. Il tira sur les rênes de son cheval et s’adressa à Thomas avec beaucoup de brio, l’informant que les bandits savaient parfaitement que nous étions des étrangers et connaissaient l’objet de notre mission. Il avait parlé dans une langue totalement incompréhensible pour nous.

    Voyant notre perplexité, il demanda s’il n y avait pas d’interprète. Notre hôtesse se tourna de manière à faire face au cavalier encore à cheval et lui demanda si elle pouvait rendre ce service. À peine l’eut-il regardée qu’il parut recevoir une violente commotion électrique.

    Cependant il se ressaisit suffisamment pour sauter à terre avec élégance et, se précipitant les mains tendues vers elle, il s’écria : « Vous ici ? » dans le langage que nous comprenions. Puis il porta les deux mains à son front et s’agenouilla devant elle en demandant pardon. Notre hôtesse lui donna l’ordre de se lever et de délivrer son message. Nous la vîmes se raidir, et pendant un instant son visage s’empourpra de colère. Elle fit montre d’une émotion si violente que le cavalier en fut épouvanté. Il en fut de même pour nous au point que nous perdîmes tous contenance. Les mots « lâche, assassin, avance et donne ton message » Jaillirent des lèvres de notre hôtesse avec une telle violence que l’homme tomba à genoux. À nouveau elle le flagella de ces paroles : « Lève-toi, es-tu trop vil pour te tenir debout ? » " Nous ne fûmes pas surpris de la terreur abjecte du cavalier, car nous étions comme lui absolument cloués au sol.

    Je suis certain que si cela lui avait été humainement possible, il se serait enfui à toutes jambes. Pour l’instant, il était comme nous-mêmes incapable de faire un geste ou de prononcer une parole. Il tomba à terre telle une loque, les yeux exorbités et la bouche grande ouverte.

    Dans nos relations avec les Maîtres doués de pouvoirs supérieurs, ce fut l’unique fois où nous eûmes l’occasion de voir l’un d’eux extérioriser une violente émotion. Nous étions aussi terrifiés que le bandit. Les vibrations de la voix de notre hôtesse nous frappèrent physiquement comme le heurt d’une explosion formidable accompagné d’un choc  électrique paralysant non seulement notre voix mais tous nos muscles.

    Je ne trouve pas d’autres mots pour décrire nos sensations. Le lecteur s’étonnera peut-être que les vibrations émanant du corps mince, léger et frêle de notre hôtesse fussent capables de nous réduire à l’impuissance, mais le fait était là. Bien que cette situation n’eût duré qu’un instant, il nous parut que des heures s’étaient écoulées avant la détente. Nous étions figés comme des statues et cependant inondés d’une grande pitié pour le bandit. Nous ressentions le vif désir de lui porter aide et assistance.

    Ce fut notre réaction à tous, mais en fait nous restâmes debout à regarder notre hôtesse avec des yeux fixes. Soudain tout changea. Son visage manifesta d’abord un peu d’effroi, puis son expression se transforma et reprit sa grâce coutumière. Nous fûmes submergés par une vague de compassion si puissante que nous nous précipitâmes vers le corps gisant à terre. Notre hôtesse se pencha aussi sur le brigand et lui tendit la main. Nous fûmes à nouveau stupéfaits et ne pûmes que dire : « Les miracles ne cesseront-ils donc jamais ? »

    L’homme reprit bientôt conscience. Nous l’aidâmes à se lever et nous l’installâmes aussi confortablement que possible sur un banc du voisinage. Il refusa absolument d’entrer dans une maison quelconque. Notre hôtesse, remarquant alors l’effet qu’elle avait produit sur nous, s’excusa de sa véhémence. Nous étions encore tremblants et il nous fallut quelque temps pour reprendre contenance.

    Elle expliqua que cet homme était le chef de la bande de brigands la plus notoire qui infestait cette portion du territoire de Gobi. Les rares personnes qui osaient prononcer son nom ne le faisaient qu’avec effroi en raison de son caractère bien connu de brutalité impitoyable. Son surnom familier traduit littéralement signifiait : « Parfait démon noir relâché de l’enfer. »

    En maints endroits on avait fait de lui des masques dont on se servait dans les rites d’exorcisme pour chasser le mauvais esprit des villages et de leurs habitants. Notre hôtesse avait déjà été en contact avec cet homme à l’occasion de deux raids manqués. Il avait chaque fois manifesté une haine profonde à son égard et vis-à-vis de nos amis en général. Il s’écartait de son chemin pour les harceler et leur envoyer de temps à autre des messages de violence dont les Maîtres ne faisaient d’ailleurs aucun cas.

    268

    Son apparition subite avait remémoré à notre hôtesse les actes indignes de son passé avec une telle netteté qu’elle avait pendant un instant perdu son sang-froid. Mais elle n’avait pas tardé à le recouvrer et s’avança vers l’homme. À son approche, il fit une vaine tentative pour se lever mais ne pût faire mieux que de se ramasser un peu et de s’asseoir un peu plus droit, offrant l’image d’une abjecte terreur.

    La haine ressortait de tous les mouvements de son corps, qui tremblait, comme frappé de paralysie. Notre hôtesse présentait avec lui un contraste extraordinaire, car elle avait retrouvé son calme et ne présentait plus trace de crainte ni d’émotion. Les traits de son visage étaient aussi fins que le carnée le plus délicat, et son corps était merveilleusement taillé. Il nous vint à l’idée d’emmener l’homme. Avant que nous ayons pu parler, notre hôtesse avait lu dans nos pensées et levait la main pour demander le silence.

    Thomas comprit qu’elle prenait la responsabilité de la situation et que tout ce que nous ferions n’aboutirait qu’à la placer dans une position équivoque. Nous nous retirâmes donc à quelque distance. Elle parla à l’homme d’une voix basse et tranquille pendant assez longtemps avant d’obtenir une réponse. Quand il commença à répondre, notre hôtesse nous fit signe d’approcher. Nous nous assîmes à terre devant eux, heureux de pouvoir faire un geste susceptible d’amener une détente. Le bandit expliqua qu’il avait obtenu de ses chefs l’autorisation de venir comme émissaire pacifique pour négocier la reddition du trésor présumé caché dans le Temple de la Croix en « T ».

    Si les habitants voulaient donner le trésor, les bandits promettaient de ne plus les molester et de relâcher tous les prisonniers dont le nombre d’après lui dépassait trois mille. Ils promettaient également de quitter le pays et de ne plus jamais faire de mal aux habitants de la vallée. Notre hôtesse lui expliqua qu’il n’existait dans le temple aucun trésor offrant un intérêt quelconque pour les bandits.

    Elle lui donna des explications détaillées et lui offrit de le mener à travers toutes les salles du temple ou à tout autre endroit qu’il désirait. Il refusa sèchement, craignant d’être retenu comme otage. Aucune assurance de notre part ne réussit à le rassurer. Notre hôtesse lui réaffirma notre sincérité, et il fut soudain convaincu de notre honnêteté.

    269

    Mais il se trouva alors dans une situation difficile et alarmante pour lui. Il était l’instigateur du complot. C’était lui qui avait enflammé l’imagination des autres bandits d’une grande ardeur pour s’emparer du trésor. Il leur avait fait une peinture alléchante des richesses fabuleuses qui leur reviendraient en cas de succès. En fait, c’était la promesse du trésor qui avait permis à son père et à lui-même de maintenir la cohésion de leur bande. Il était le chef d’une des cinq bandes groupées pour l’exécution du raid. La situation en arrivait à un point crucial. S’il retournait vers sa bande avec la nouvelle qu’il n’y avait pas de trésor, on le flétrirait immédiatement comme traître et on le traiterait en conséquence. Il ne pouvait donc empêcher la bande de passer à l’attaque, car après tous les efforts qu’il avait faits pour pousser les préparatifs jusqu’au stade actuel, on n’aurait plus confiance en lui. Sa position était vraiment embarrassante. À notre grande surprise, notre hôtesse s’offrit à l’accompagner à son camp. Elle fit bon marché de nos protestations et se prépara à partir immédiatement. Elle nous assura qu’elle ne courait aucun danger si elle allait seule, mais que si nous l’accompagnions notre présence inspirerait de la suspicion aux bandits et nous mettrait tous en péril. Nous nous inclinâmes humblement. Il n’y avait rien d’autre à faire. L’homme enfourcha son cheval, et nous aidâmes notre hôtesse à monter en croupe sur une deuxième selle toute préparée. Le couple sortant du village offrit à nos yeux un spectacle inoubliable qui vivra dans nos mémoires jusqu’à la fin des siècles : le bandit dont tous les traits exprimaient le doute, et notre hôtesse se retournant pour nous sourire en nous donnant tranquillement l’assurance qu’elle serait rentrée au début nuit. Pendant le reste de la journée nous n’eûmes plus de goût au travail, et jusqu’au coucher du soleil nous errâmes sans but autour du village. Nous retournâmes ensuite à l’auberge pour attendre le retour de la voyageuse. En entrant, nous trouvâmes la table chargée de mets succulents.

    Le lecteur imaginera notre étonnement quand nous vîmes, assise à une extrémité de la table, notre hôtesse qui nous dévisageait avec le sourire radieux qui lui était propre. Nous en restâmes cois. Elle prit un air de dignité moqueuse et dit avec un semblant de sérieux : « Messieurs, on souhaite généralement le bonjour en entrant. » Sur quoi nous nous 

    270

    inclinâmes et retrouvâmes l’usage de la parole pour la saluer. Alors elle continua : J’ai complètement échoué dans mon essai de conversion des bandits, mais ils ont été d’accord pour me promettre une réponse sous trois jours. Je sais maintenant que leur réponse consistera en une tentative d’attaque, mais j’ai sauvé la vie de cette pauvre créature, du moins pour l’instant.

    Nous allons être obligés de nous préparer à résister au siège. Rien ne les empêchera de le tenter. J’imagine que chacun de nous entrevit la réalisation de ses rêves les plus chers concernant la justice immanente, avec de faibles clartés sur la manière dont celle-ci allait être rendue.

    Lisant dans nos pensées les plus intimes notre hôtesse récita ce poème :

    Quand on arrive dans la vie au bord de la mer Rouge Quand malgré tous les efforts On ne peut ni reculer ni contourner l’obstacle, Il ne reste plus qu’à le franchir. Il faut alors connaître Dieu d’une âme sereine Pour faire disparaître les ténèbres de la tempête. Dieu calme les vents. Dieu apaise les vagues.

    Va de l’avant, va de l’avant va de l’avant.

     


    votre commentaire
  •  

    Le programme prévoyait que nous partirions le lendemain à midi.

    Nous convînmes que Jast et Chander Sen nous accompagneraient seuls à l’endroit où nous devions compléter nos approvisionnements, et Émile nous y rejoindrait. Quant aux trois Maîtres, ils reviendraient avec nous au village de nos quartiers d’hiver.

    Après avoir pris ces dispositions, nous retournâmes au camp, mais n’allâmes pas nous coucher avant l’aurore, tant nous étions désireux d’échanger nos impressions sur les événements dont nous avions été témoins.

     

     Livre II La vie des maîtres, Baird Thomas Spaldin Spaldin Spalding 245 2.15.

    Retour aux quartiers d’hiver. - Le carillon. - Festin de réveillon au temple de la Croix en « T ». - Allocution de Jésus. - Scènes de lumière et de beauté Le lendemain à midi tout était prêt.

     

    L’expédition quitta le village au milieu des cris d’adieu et des souhaits de bon voyage, car la plupart des habitants étaient sortis pour nous saluer au départ. Nous fîmes halte le même soir vers six heures à un endroit où il nous fallait traverser un large fleuve. Nous jugeâmes bon de camper là, les préparatifs de la traversée devant nous prendre la majeure partie du lendemain.

     

    Comme il n’y avait ni pont ni bateau, les hommes traversèrent en glissant le long d’un gros câble tressé en lanières de cuir et tendu par-dessus la rivière. Il n’y eut pas de difficulté pour eux, mais ce fut bien autre chose pour les chevaux et les mules.

     

    Avec des courroies de cuir nous leur fabriquâmes un solide support muni d’une forte boucle pouvant glisser le long du câble. On attachait l’animal, puis on le poussait par-dessus la berge. Il restait suspendu au-dessus du torrent mugissant, tandis qu’on le tirait à l’aide de cordes partant de l’autre rive. L’une des cordes servait à tirer l’animal et l’autre à ramener son support.

    Finalement la traversée se termina sans incident ensuite nous ne rencontrâmes plus d’obstacles. À part cette traversée difficile, nous trouvâmes la piste du retour bien meilleure que celle de l’aller. Une fois arrivée à notre base, l’expédition se débanda, et les dispositions furent prises pour permettre à ceux qui rentraient chez eux de rejoindre leur port de départ par la route régulière des caravanes.

     

    Le lendemain matin, Émile nous rejoignit. Nous prîmes congé de nos camarades et nous partîmes avec lui en direction du village de nos anciens quartiers d’hiver. Nous nous reposâmes deux jours au camp des bandits. Les deux auxiliaires qui en provenaient nous quittèrent là, et notre détachement fut réduit à sept hommes. Les deux anciens bandits racontèrent à leurs compagnons le voyage remarquable qu’ils avaient fait et les miracles qu’ils avaient vus. Nous fûmes extrêmement bien traités. Nos trois grands amis recevaient des honneurs particuliers. Le chef de bande leur assura qu’en souvenir de la considération deque  Maîtres leur avaient montré, les bandits tiendraient pour absolument sacré l’emplacement des cités enfouies.

    D’ailleurs, il y avait peu de danger que cette bande tentât de s’éloigner pareillement de sa base. En effet les bandits du désert n’envahissent jamais les montagnes, ni ceux des montagnes le désert, car ils sont continuellement en guerre les uns contre les autres. Pour autant que nous sachions, ils ont fidèlement tenu leur promesse jusqu’ici. Le matin de notre départ, le chef de bande vint donner à Thomas une petite médaille d’argent de la taille et du poids d’un shilling anglais, sur laquelle était gravée une curieuse inscription. Il informa Thomas que si nous étions jamais attaqués dans la région par une bande de brigands, il nous suffisait de montrer cette médaille pour être immédiatement relâchés.

    Sa famille la détenait depuis de nombreuses générations et y attachait un prix extrême, mais il désirait la voir aux mains de Thomas en gage de son estime pour lui Après avoir soigneusement examiné la médaille, Émile nous dit qu’il s’agissait d’une très fidèle reproduction d’une pièce de monnaie qui avait eu cours dans le nord du territoire de Gobi plusieurs milliers d’années auparavant. Le millésime montrait que cette médaille datait de plus de sept cents ans.

    Des pièces de monnaie de ce genre sont souvent utilisées comme talismans par les indigènes de la région, et ceux-ci leur attribuent d’autant plus d’efficacité que les pièces sont plus anciennes. Le chef des brigands et toute sa bande attachaient indubitablement un très grand prix à leur cadeau. Nous continuâmes notre voyage sans autre incident et arrivâmes à nos quartiers d’hiver à l’époque prévue. Nous y reçûmes une chaude bienvenue de la part du groupe de Maîtres qui nous avait rendu visite dans le désert et nous avait quitté au village où nous avions rencontré le grand prêtre. Nous fûmes une seconde fois invités à habiter la maison de notre hôtesse de l’année précédente, ce que nous acceptâmes avec joie. Cette fois-ci nous n’étions plus que quatre, car sept de nos camarades étaient retournés aux Indes et en Mongolie pour effectuer d’autres recherches.

    Cette combinaison devait nous laisser plus de temps pour les traductions de documents. Tout était tranquille dans le petit village. Cela nous permit de consacrer la totalité de notre temps à étudier l’alphabet des documents, ainsi que la forme des symboles des caractères.

    Nous plaçâmes ceux-ci dans l’ordre qui permettait de s’en servir et nous en retirâmes des données intérieures sur la signification des mots. Chander Sen nous apporta son concours. Bien qu’il ne fût pas présent tout le temps, notre hôtesse ou lui se trouvaient toujours là pour nous aider aux passages difficiles. Ce travail continua jusqu’aux derniers jours de décembre. Nous remarquâmes alors qu’un assez grand nombre de gens se réunissaient à nouveau pour l’assemblée annuelle.

    C’étaient pour la plupart les mêmes que l’année précédente, mais le lieu de réunion était différent. Cette fois-ci la fête devait avoir lieu au temple de la Croix en « T », dans la salle centrale de la série des cinq salles disposées horizontalement au-dessus du rebord déjà décrit. Le soir du nouvel an, nous montâmes à cette salle de bonne heure pour causer avec ceux qui s’y étaient réunis. Ils venaient d’endroits très divers et nous, donnèrent des nouvelles du monde extérieur avec lequel nous avions vraiment le sentiment d’avoir perdu contact.

    Cependant notre travail nous avait rendus heureux et le temps avait passé très vite. Tandis que nous causions, l’un des hôtes entra et dit que la lune était superbe. Plusieurs assistants, y compris tout notre groupe, sortirent sur le balcon naturel. En vérité la vue était magnifique. La lune venait de se lever et paraissait flotter à travers un amas de couleurs délicates qui se reflétaient sur la vaste étendue de neige couvrant montagnes et vallées. Les couleurs changeaient continuellement.

    Quelqu’un dit : « Oh ! le carillon va sonner cette nuit ! » En effet, celui-ci ne tarda pas à commencer. Au début, ce fut comme si une cloche très éloignée avait sonné trois coups. Puis il sembla que des cloches se rapprochaient en devenant de plus en plus petites, jusqu’à ce que ce fussent de minuscules clochettes tintant à nos pieds. L’impression était si réelle que nous regardâmes à terre, nous attendant à les voir.

    La mélodie continua et s’amplifia comme si des milliers de cloches étaient accordées en parfaite harmonie. La zone colorée s’éleva jusqu’au niveau du rebord où nous nous tenions. Il sembla que nous pouvions nous avancer et marcher dessus tellement la terre sous-jacente était hermétiquement cachée. Tandis que la brume colorée s’élevait en ondulant, le son des cloches augmenta d’intensité, et la mélodie finit par  emplir toutes les anfractuosités.

    Il semblait que nous nous tenions sur l’estrade d’un grand amphithéâtre, face à des milliers de silhouettes pâles et de visages attentifs au carillon. Puis une voix de ténor forte et pleine entonna le chant « Amérique ». Immédiatement des milliers de voix reprirent les refrains tandis que les cloches formaient l’accompagnement.

    Le chant continua ainsi d’une manière éclatante jusqu’à la fin. Alors des voix derrière nous dirent : « Amérique, nous te saluons » Puis d’autres dirent : « Nous saluons le monde entier. » Nous, nous retournâmes et vîmes derrière nous Jésus, le grand prêtre, et Émile. Le phénomène du carillon nous avait tellement fascinés que nous avions complètement oublié toute présence humaine. Chacun s’effaça pour les laisser entrer. Tandis que Jésus se préparait à franchir la porte, nous aperçûmes cette lumière extraordinaire qui brillait toujours en sa présence.

    Quand il eut franchi la porte, la salle entière s’illumina d’une lumière blanche. Tout le monde entra et prit place à table. Cette fois-ci, il n’y avait que deux longues tables qui prenaient toute la largeur de la pièce. Jésus était assis à la première table, et le grand prêtre à la seconde qui était la nôtre, avec Émile à sa droite et Thomas à sa gauche. Il n’y avait pas de linge, mais à peine fûmes-nous assis que les tables se recouvrirent de nappes de lin blanc. Des assiettes apparurent aussitôt après. La nourriture vint ensuite avec les plats, à l’exception du pain. Une miche apparut sur la table devant Jésus. Il la prit et commença à la rompre, mettant les morceaux sur un plat. Quand le plat fut rempli, une pâle, silhouette enfantine le souleva et se tint silencieuse jusqu’à ce que sept plats remplis de la même manière fussent tenus par sept silhouettes semblables. Pendant que Jésus rompait le pain et remplissait les plats, la miche ne diminuait pas. Quand le dernier plat fut rempli, Jésus se leva, étendit les mains, et dit : Le pain que je vous offre représente la pure vie de Dieu

     

    Partagez cette vie pure qui est toujours divine. Puis, tandis que l’on passait le pain à la ronde, il continua : Quand j’ai dit que j’étais élevé et que par mon ascension j’attirerais tous les hommes à moi, je savais que cette expérience serait pour le monde une lumière grâce à laquelle chacun verrait de ses propres yeux et saurait qu’il peut être élevé comme moi. J’ai vu le ciel ici-bas, sur terre, en plein milieu des hommes.

    Telle est la vérité que ai perçue,  et la Vérité vous affranchira. Tous vous la reconnaîtrez. Il n’est qu’un seul troupeau et un seul berger. Si une brebis s’égare, il est bon d’abandonner les quatre-vingt-dix-neuf et de rechercher la centième pour la ramener au bercail. Dieu devrait être tout pour ses enfants. Tous sont à lui, car ils sont plus rapprochés de lui et plus chers à son cœur que les moineaux ou les lis des champs. S’il se réjouit de l’épanouissement des lis et note le chant des moineaux, combien plus couve-t-il du regard la croissance de ses chers enfants.

    Il ne les juge pas plus qu’il ne juge les lis et les moineaux, mais les associe avec bonté à sa grande cause. Nul ne sera laissé de côté quand il aura instauré sa perfection. J’ai eu la vision que si cet idéal pouvait être gravé en lettres d’or pur sur les murs des temples de la Grande Pensée du monde, il élèverait la pensée des hommes au-dessus de la boue et de la fange. Il placera leurs pieds sur le roc d’une fondation sûre d’où ils pourront sans crainte écouter mugir vents et marées. Tant qu’ils s’y tiendront fermement et sincèrement ils y seront en sécurité.

    À cause de cette sécurité, de cette paix, de ce calme, ils aspireront aux hauteurs d’où l’homme perçoit sa véritable royauté. Ils peuvent aussi s’élever au-dessus de leurs semblables, mais n’y trouveront pas le ciel, car celui-ci n’est pas parmi les hommes. On ne découvre pas la perle de grand prix en marchant lourdement dans le chemin des peines, des tristesses, et des tribulations. On l’atteint bien plus facilement en rejetant tout esprit matériel et en renonçant aux lois qui enchaînent l’homme à sa roue éternelle. Avancez-vous, ramassez le joyau, incorporez-le, laissez briller sa lumière. Un seul pas direct vous permet, pourvu que vous en ayez la volonté, de gagner le royaume qu’autrement vous risqueriez de laisser échapper durant toute l’éternité. Considérez une âme qui insiste pour recevoir immédiatement et complètement l’illumination spirituelle et l’émancipation, ici, maintenant, et qui connaît la relation de père à fils entre Dieu et l’homme.

    Non seulement elle ne tarde pas à voir que les possibilités divines se clarifient, mais elle s’aperçoit qu’elle peut les utiliser, et que celles-ci travailleront pour elle selon sa volonté. Pour une telle âme, l’histoire du Nouveau Testament n’est ni une fiction ni un vague rêve réalisable seulement après la mort, mais un idéal élevé devant le monde en vue de la réalisation d’une vie  d’amour et de service.

    Cet idéal est l’accomplissement divin pour tous, ici et maintenant. Les hommes partageront alors la vision qui fut la mienne quand j’ai dit : « Beaucoup chercheront à entrer mais ne le pourront pas, car étroite est la porte et resserré le chemin qui conduit à la vie éternelle. » Quiconque n’apprécie pas à sa vraie valeur l’idéal du Christ ainsi que le plan divin et parfait de coopération entre l’homme et Dieu ne saurait les réaliser. Pour celui-là, l’idéal devient un rêve, un mythe, un néant. La porte d’accès à cette omnipotente alchimie transformatrice de l’Esprit dans l’homme est ouverte à tous en permanence. Sa clef réside dans la communauté de pensée. Car les divergences dans les idéaux, les méthodes de salut, ou les grâces de l’amour de Dieu ont été provoquées par la pensée humaine et non par la pensée de Dieu. Quiconque ferme la porte aux bénédictions que Dieu destine immédiatement à tous ses enfants s’isole lui-même de celles que Dieu prodigue à Enfant Christ.

    Il perd le bénéfice de l’illumination spirituelle due à l’alchimie, transcendante de l’Esprit-Saint. Il cesse de profiter du pouvoir qui lui appartient et qu’il avait le droit d’utiliser au même titre que le Christ. Quiconque reconnaît ce pouvoir voit le lépreux se purifier instantanément, le bras desséché redevenir sain, et toutes les maladies corporelles ou psychiques s’évanouir à son contact.

    Par l’effet concentré de la Parole prononcée, les hommes unis à Dieu multiplieront les pains et les poissons. Quand ils distribueront le pain ou verseront l’huile à la foule, les provisions ne s’épuiseront jamais, et il en restera toujours en abondance. Les mers déchaînées se calmeront, les tempêtes s’apaiseront, et la gravitation fera place à la lévitation, car les commandements de ces hommes seront ceux de Dieu. Ils comprendront alors le message initial que j’ai adressé au monde, quand j’ai dit en sortant du temple. »Les temps sont révolus, le royaume de Dieu est à portée de la main. »

    Et aussi ma pensée quand j’ai dit : « Ayez foi en Dieu, et rien ne vous sera impossible. » Quiconque croit pouvoir faire les mêmes œuvres que moi, et veut s’avancer, pour les faire, peut même en accomplir de plus grandes. La vie sainte, la foi, et la connaissance comportent une technique. Pour quiconque la possède, rien n’est impossible. 

    Les hommes sauront que l’Esprit-Saint, ou totalité de l’Esprit Divin, en eux, leur parle aujourd’hui comme dans les temps anciens. S’ils écoutent sa voix et n’endurcissent pas leur cœur, ils découvriront qu’ils sont la lumière du monde, et que quiconque suit cette lumière ne marche pas dans les ténèbres. Ils sont la porte par laquelle tous entreront dans la lumière de la vie. Ils entreront et sortiront à leur gré par cette porte. Ils trouveront la paix éternelle et la grande joie. Ils découvriront que le temps propice pour agir est aujourd’hui.

    Le Christ ne fait qu’ouvrir la porte à leurs grandes âmes. C’est leur esprit intérieur qui est la toute-puissante alchimie illimitée comme l’univers de Dieu. L’alchimie dissout et transforme toutes les maladies. Elle purifie la vie mortelle des effets du péché et la lave de toute culpabilité. Elle illumine l’âme grâce à la parfaite lumière de la Sagesse. Elle dissout les éléments ténébreux de la vie humaine, les émancipe, les transforme en lumière de vie. Les hommes verront ainsi qu’ils ne sont pas seulement enfants de la nature, mais enfants de Dieu. Ils s’épanouiront dans leur perfection individuelle et perfectionneront ainsi la race. Ils manifesteront l’idéal, la prophétie divinement inspirée concernant le destin final de l’homme ici-bas, l’identité du Père et du Fils qui est la seconde naissance, la maîtrise, parfaite de l’homme sur toutes les conditions d’existence et tous les événements. Ici Jésus s’interrompit, et les lumières devinrent de plus en plus brillantes.

    Des images commencèrent à apparaître, représentant des scènes d’une éclatante splendeur. Une main transformatrice s’avançait pour toucher les images, qui se fondaient alors dans un grand ensemble et devenaient plus magnifiques encore.

    Puis vint une grande scène de guerre. Nous vîmes des hommes luttant les uns contre les autres. Les canons crachaient des lueurs et de la fumée. Les obus éclataient au-dessus de la foule et au milieu d’elle. Les hommes tombaient de tous côtés. Nous pouvions entendre le grondement et le fracas de la bataille. En vérité, elle était si réelle que nous étions certains d’assister à un vrai combat. Mais la main transformatrice s’allongea et la couvrit.

    Aussitôt le calme revint, et les hommes qui se battaient avec rage un instant auparavant regardèrent le ciel : La main traça des lettres de feu qui parurent couvrir toute la scène. Elle écrivit : « Paix, paix. La Paix bénie de Dieu vous  entoure. Vous pouvez blesser et détruire l’enveloppe mortelle. Mais vous ne pouvez pas détruire ce qui appartient à Dieu, et vous êtes ses enfants. Vous ne sauriez vous blesser ni vous détruire l’un l’autre. »

     

    Il sembla un instant que les hommes fussent décidés à continuer la bataille. Cette résolution se voyait sur beaucoup de visages et plus spécialement sur ceux des chefs. Mais plus ils étaient décidés à aller de l’avant, moins ils trouvaient de motifs pour employer la force. Plus ils essayaient de faire fonctionner les armes destructives, moins celles-ci avaient d’efficacité. Ils avaient beau s’y prendre de toutes les manières, aucune arme ne fonctionnait plus. Puis la main écrivit en lettres de feu : « Si les hommes voulaient seulement regarder ce qui transparaît derrière tout nuage d’orage ou de guerre, ils trouveraient Dieu. »

     

    Ce n’est pas Dieu, mais bien l’homme qui a créé la nuée orageuse ou guerrière. Par-derrière, on verra toujours la main de Dieu levée en signe de paix. Quand les hommes se font la guerre, ils désertent le royaume de Dieu. Ils s’immergent totalement dans un royaume fait de main d’homme, où Dieu ne saurait intervenir en aucun cas, et ils sont forcés de persister dans cette voie jusqu’à ce qu’ils comprennent que toutes les batailles sont fallacieuses. Si un homme est assez intelligent pour comprendre le pouvoir qu’il détient de Dieu, assez fort pour coopérer avec lui, et assez résolu pour vouloir le faire, il peut mettre instantanément le point final à une guerre, exactement comme vous l’avez vu faire sur cette image.

    Après un instant de silence, Jésus reprit : J’ai choisi le chemin de la croix. Ce n’est pas mon Père qui l’avait choisi pour moi. Je l’ai choisi de mon propre gré pour montrer au monde que chacun peut perfectionner sa vie et son corps au point que leur destruction n’empêche pas leur résurrection triomphale. À ce moment, les lumières devinrent encore plus brillantes. Tous les vestiges de limitation disparurent. Il n’y eut plus de murs autour de nous, plus de toit au-dessus de nos têtes, plus de sol sous nos pieds. Nous nous tenions tous ensemble dans l’espace illimité. Les douze disciples vinrent se ranger aux côtés du Maître, mais sans l’entourer.

     

    Là présence de Jésus attirait tous les regards. Il dominait l’assemblée de l’éclat inoubliable de sa pureté. Le chœur invisible éclata en chantant : « Son royaume est ici, et parmi les hommes. Dès maintenant, à l’avenir, et pour l’éternité, il n’y a plus qu’un seul homme, un seul Dieu. » La main transformatrice apparut à nouveau et traça les mots suivants : « Son royaume est ici et maintenant, parmi les hommes.

    À l’avenir et pour l’éternité, il n’y a qu’un seul homme, un seul Dieu. » Puis les mots suivants furent tracés juste au-dessus de la tête de Jésus : « Tous pour un, un pour tous. » Alors apparut Bouddha, debout à la droite de Jésus. Le grand prêtre et Émile se dirigèrent, vers eux et s’agenouillèrent devant eux, Émile à droite de Bouddha et le grand prêtre à gauche de Jésus.

     

    Jésus saisit la main gauche à demi levée de Bouddha, puis chacun d’eux étendit sa main libre au-dessus de l’homme agenouillé devant lui en disant : Paix, Paix, Paix. Une paix glorieuse repose sur tous. Chers frères, nous vous recevrons dans le Grand Conseil de l’Amour bienfaisant de Dieu. Le monde entier est inclus dans cet amour et cette fraternité. »

    Puis tous les membres de l’assemblée inclinèrent la tête et ouvrirent un passage par lequel les quatre Maîtres, immobiles dans leurs positions respectives, effectuèrent une translation à travers l’assemblée. Les disciples et un grand nombre d’assistants les suivirent et continuèrent leur chemin jusqu’à ce qu’ils eussent disparu de notre champ visuel.

    Au commencement du mouvement, le chœur invisible avait chanté : « Nous laissons place à ces puissants frères de l’Amour, car cet Amour, le grand Amour de Dieu, rachète toute l’humanité et l’intègre dans le Grand Conseil de l’Amour de Dieu, dans la fraternité de l’Homme et de Dieu. » Tandis que les Maîtres disparaissaient de notre vue, la grande cloche sonna douze coups. Puis les autres cloches firent retentir un joyeux refrain, et des milliers de voix les accompagnèrent en chantant : « Nous apportons l’heureuse année nouvelle et une journée plus lumineuse pour le monde entier. » Notre seconde année avec ces grandes âmes venait de se terminer.

    Jusque page 253

    Extrait et suite de la vie des maîtres de Baird Thomas Spalding. Nous allons prendre d'autres extraits assez marquants, intéressants et parfois très mystérieux.

    Ajout : Nous avons parlé du désert de Gobi, voici un lien où l'on parle de faits étonnants et non lointains sur ce lien ICI sur Le Savoir perdu des Anciens. Voici un extrait :

    Pèlerinage à Ourga de M. Molotov

    En 1962, le Pr W.S. Lewis, ethnologue américain, de retour d’un voyage en Mongolie, déclarait que, selon toute vraisemblance, M. Molotov, ex-lieutenant de Staline et adversaire n° 1 de M. Khrouchtchev, devait les faveurs particulières dont il jouissait à l’aide magique que lui avait donnée le Bogdo Geghen ou Houtouktou, dernier pontife des lamas de l’Asie centrale, et Bouddha vivant au même titre que le Dalai Lama du Tibet.

    Il est impossible de contrôler le bien-fondé de cette révélation mais il est certain que M. Molotov bénéficia d’une immunité qui intrigua les milieux politiques; tout se passait comme si une force inconnue avait le pouvoir d’infléchir la volonté et le comportement à son égard de son puissant ennemi, M. K.

    Déjà au siècle dernier, l’empereur Alexandre Ier avait obtenu une aide semblable de l’Houtouktou d’Ourga, d’où avait découlé en partie la chute de Napoléon.

    La fin d’Alexandre Ier avait été très mystérieuse, certaines rumeurs ayant persuadé le peuple russe que, longtemps après sa mort, officiellement datée de 1825, l’étrange monarque parcourait encore son empire sous le nom de Feodor Kusmitch.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Le capitaine nous fit force excuses, disant avoir la certitude que nous étions ligués avec l’Être Suprême. Il nous escorta avec cinq soldats jusqu’à notre résidence. En nous quittant, ceux-ci exécutèrent un salut en demi-cercle autour du capitaine, en présentant les pointes de leurs sabres de manière à ce qu’elles touchent la pointe du sien.

     

    Puis se retournant vivement ils retirèrent leur coiffure et, s’inclinant très bas pour un salam, mirent un genou en terre. Ce genre de salut n’est exécuté qu’à l’occasion de grandes affaires d’État. Nous y répondîmes de notre mieux, et ils s’en allèrent. Nous entrâmes dans la maison, prîmes aussitôt congé de notre hôte et de nos amis, et nous préparâmes à rejoindre notre tente.

     

    Nous étions si nombreux qu’il n’y avait pas place pour tout le monde à l’auberge. Nous avions donc dressé le camp dans l’enclos situé derrière elle et nous étions très confortablement installés.

     

    En arrivant à nos tentes, Raymond s’assit sur un lit de camp et dit : Bien que je sois absolument mort de fatigue, il est complètement inutile que j’aille me coucher avant d’avoir un peu éclairci cette affaire. Je vous préviens que j’ai l’intention de rester assis comme cela toute la nuit, à moins de recevoir quelque illumination, car je n’ai pas besoin de vous dire que cette affaire m’a touché plus profondément qu’à fleur de peau. Quant à vous autres qui êtes assis là en rond sans mot dire ; vous avez l’air aussi intelligents que des chouettes. Nous répondîmes qu’il en savait aussi long que nous, car nous n’avions jamais rien vu d’approchant. Quelqu’un suggéra qu’il s’agissait d’une mise en scène spécialement préparée pour nous. Raymond faillit lui sauter à la figure : Mise en scène ! Eh bien, la troupe capable d’une mise en scène pareille se ferait payer n’importe où un million par semaine. Quant au gouverneur, je veux être pendu s’il jouait la comédie. Le vieux bonze était terrifié jusqu’aux mœlles. J’avoue d’ailleurs avoir eu aussi peur que lui pendant quelques instants. Mais j’ai comme une vague arrière-pensée qu’il avait mis en scène pour nous une tout autre réception couleur rouge sang. Son accès de rage ne visait pas Bagget Irand seul. Quand les soldats se sont rués dans la salle, leurs clameurs ressemblaient trop à des cris de triomphe. Sauf erreur de ma part, le vieux jouait un scénario bien plus profond que nous ne le supposions. J’ai idée qu’il a cru un moment que Bouddha était venu pour l’aider. En effet, quand ils ont vu toute l’affaire tourner contre eux, ils se sont complètement effondrés. En y pensant, je me rappelle même qu’ils ont lâché leurs sabres. Et puis, que dites-vous de la force de Bouddha ? Voyez comme il a jeté ses paroles à la face du vieux gouverneur. Il paraissait plus puissant que Jésus, mais à la fin, c’est son côté qui eut besoin de soutien, car en l’espèce le parti chrétien dominait la situation. Ne trouvez-vous pas que le gouverneur a reçu un bon coup d’éperon ? Je parierais qu’il doit avoir en ce moment l’impression d’être soulevé par-dessus une barricade par ses lacets de soulier.

     

    Quand Bouddha lui a pris les mains, j’ai eu l’impression que le corps astral du vieux abandonnait son corps physique. Si, je ne me trompe, nous entendrons pas mal parler de lui avant demain, et je vais jusqu’à prétendre que ce sera en bien, car il est une puissance dans le pays. Si les événements d’hier lui ont apporté la même illumination merveilleuse qu’à moi je ne détesterais pas de chausser ses bottes. Nous continuâmes de commenter les événements de la soirée, et le temps passa si vite que nous fûmes tout à coup surpris par l’aurore. Raymond se leva, s’étira, et dit : Qui a sommeil. ? En tout cas pas moi, après tout ce que nous venons de dire. Nous nous étendîmes donc tout habillés pour nous reposer une heure avant le repas du matin. (voir les faits vécu dans la page précédente) 

    2.13.Visites à la maison neuve. - Visite aux lamas

    Le lendemain au réveil, Raymond fut le premier debout. Il se dépêcha de faire sa toilette, tel un écolier impatient. Quand il eut terminé, il resta debout à presser tout le monde. Finalement nous entrâmes tous dans là salle à manger où nous trouvâmes Émile et Jast. Raymond s’assit entre eux deux et posa des questions pendant tout le repas. À peine eûmes-nous de manger qu’il se leva. Il voulait se précipiter pour revoir la maison « qui avait poussé en un quart d’heure ».

     

    Posant ses mains sur les épaules de Jast, il dit que s’il pouvait avoir deux aides comme Émile et Marie, il s’amuserait à se promener partout en faisant pousser des maisons pour les pauvres gens. Puis il ajouta : Mais je crois que les grands propriétaires fonciers de New York en tomberaient malades, car ils vivent de leurs loyers. Émile objecta : Et s’ils voulaient vous en empêcher ? Eh bien ! dit Raymond, je le ferais quand même. Une fois les maisons poussées, si les propriétaires ne voulaient pas s’en servir, je les attraperais de force, les mettrais dedans, et les enchaînerais. Tout cela nous fit rire de bon cœur, car nous avions toujours considéré Raymond comme un homme tranquille et réservé. Il nous dit plus tard avoir été tellement bouleversé qu’il ne pouvait plus se retenir de poser des questions. Il assura que cette expédition était de loin la plus passionnante de toute sa vie, bien qu’il fût un habitué des voyages en pays lointain. Il résolut alors de nous aider à organiser une deuxième expédition pour continuer les fouilles d’après les directives de nos amis. Ce projet n’eut malheureusement pas de suite, car Raymond décéda subitement l’année suivante.

     

    Nous eûmes toutes les peines du monde à l’empêcher de se rendre immédiatement à la petite maison. Cela finit par un compromis selon lequel Jast et l’un des autres l’accompagneraient jusqu’à un endroit où ils auraient vue sur elle. Ils revinrent de leur promenade au bout d’une demi-heure. Raymond jubilait. Il avait aperçu la petite maison, et elle était réelle. Elle lui avait remémoré une de ses visions d’enfance dans laquelle il s’était vu en promenade avec des fées, construisant des maisons pour les pauvres gens et les rendant heureux.

     


    Émile nous informa qu’il y aurait le soir une réunion similaire à celle à laquelle nous avions assisté l’année précédente à son village natal. Il nous invita tous à y venir, ce que nous acceptâmes avec un vif plaisir. Nous étions si nombreux qu’il parut préférable de ne pas aller tous ensemble examiner la petite maison. Nous prîmes donc des dispositions pour y aller par groupes de cinq ou six. Le premier groupe comprenait Émile, Raymond, une ou deux dames, et moi-même. Nous passâmes devant la maison où demeurait Marie qui se joignit à nous ainsi que notre hôtesse.

     

    Quand nous arrivâmes en vue de la maison, la fillette courut à notre rencontre et se jeta dans les bras de Marie, disant que son frère était bien portant et vigoureux. Aux approches de la maison, la maman sortit, tomba à genoux devant Marie, et commença par lui dire combien elle l’adorait. Marie étendit la main pour la relever et lui dit : Il ne faut pas t’agenouiller devant moi. J’aurais fait pour quiconque ce que j’ai fait pour toi Ce n’est pas moi qui mérite louange pour la bénédiction que tu as reçue. C’est le Grand Être. Le garçonnet ouvrit la porte, et sa maman nous invita à entrer. Nous suivîmes les dames, avec notre hôtesse pour interprète. Il n’y avait pas de question, la maison était là, avec ses quatre chambres très confortables. Elle était entourée de trois côtés par des cabanes absolument misérables. Nous fûmes informés que les occupants de ces cabanes se préparaient à émigrer, convaincus que le diable avait bâti cette maison et les tuerait s’ils continuaient à vivre dans le voisinage. Nous eûmes bientôt des nouvelles du gouverneur.

     

    Vers onze heures du matin il envoya le capitaine et un groupe de soldats pour nous inviter tous à déjeuner avec lui à deux heures le même jour. Nous acceptâmes. Un garde nous attendait à l’heure convenue pour nous escorter jusqu’à la maison du gouverneur. Le lecteur comprendra que les beaux équipages n’existaient pas dans ce pays. Nous utilisâmes donc le seul mode de locomotion en usage, la marche à pied. En arrivant à la maison du gouverneur, nous vîmes qu’un grand nombre de lamas du monastère voisin nous avaient précédés avec leur grand prêtre. Nous apprîmes que ce monastère abritait quinze cents à dix-huit cents lamas et qu’il était fort important. Le gouverneur faisait partie du grand conseil des prêtres de cette communauté.

     

    Nous nous attendions à des commentaires animés, mais ne tardâmes pas à découvrir que le déjeuner avait pour but d’établir un contact entre les lamas et les membres de notre expédition. Nos amis les Maîtres connaissaient le grand prêtre depuis longtemps pour l’avoir souvent rencontré et avoir travaillé avec lui.

     

    Jusqu’au matin même, le gouverneur paraissait avoir ignoré ces relations. En effet, le grand prêtre avait été absent du monastère pendant trois ans et n’était de retour que depuis la veille de notre arrivée. Pendant le repas, nous pûmes nous rendre compte que les lamas étaient bien élevés, avaient de larges vues sur la vie, avaient beaucoup voyagé, et que deux d’entre eux avaient même passé un an en Angleterre et aux États-Unis. Le gouverneur leur avait relaté les événements de la veille. Bien avant la fin du repas, l’atmosphère était devenue très cordiale. Nous trouvâmes le gouverneur fort sympathique. Il ne fit allusion à la soirée de la veille que pour dire qu’il en était sorti grandement illuminé. Il avoua franchement avoir été extrêmement xénophobe jusque-là.

     

    Nous fûmes obligés d’avoir recours à des interprètes, ce qui n’est guère satisfaisant quand on désire aller au fond de la pensée d’un interlocuteur. Avant le départ nous fûmes cordialement invités pour le lendemain à visiter le monastère et à y être les hôtes des Lamas.

     

    Émile nous conseilla d’accepter, et nous passâmes avec eux une journée très agréable et instructive. Le grand lama était un, homme remarquable. Il se lia ce jour-là avec Thomas d’une amitié qui mûrit ensuite jusqu’à devenir une compréhension étroite et fraternelle qui dura toute leur vie. Le grand lama nous apporta une aide inappréciable au cours de nos voyages subséquents dans la région.
     

    2.14.Guérison d’une vieille aveugle par la fillette. – Le Grand Prêtre reçoit le don des langues. – Son allocution. - Son pouvoir sur la matière

    Nous apprîmes bientôt le motif de la visite des Maîtres au désert. Ils voulaient nous faire assister à une grande réunion d’indigènes qu’ils avaient organisée à la demande expresse du grand lama. Juste avant l’heure de la réunion, Émile, Marie et moi allâmes à la maison où le garçonnet avait été guéri. Nous voulions voir sa maman et sa sœur, car elles avaient demandé à nous accompagner. Entre leur nouvelle maison et le lieu de réunion, nous passâmes devant un grand nombre de huttes de boue délabrées. La fillette s’arrêta devant l’une d’elles, disant qu’une femme aveugle y habitait. Elle demanda à Émile la permission d’y entrer et d’emmener l’aveugle à la réunion si elle le désirait. Émile ayant acquiescé, la fillette ouvrit la porte et entra dans la hutte tandis que nous attendions à l’extérieur. Quelques instants plus tard, elle réapparut en disant que la femme avait peur et demandait à Émile de venir jusqu’à elle. Celui-ci s’approcha de la porte et au bout d’un instant de conversation entra dans la hutte avec la fillette.

     

    Marie dit : Cette fillette sera une grande bienfaitrice parmi ces gens, car elle possède le pouvoir et la détermination d’exécuter ce qu’elle entreprend. Nous avons décidé de la laisser mener cette affaire à sa guise. Cependant nous la conseillerons et l’aiderons en nous inspirant des idées qui auront le plus de chances d’augmenter sa confiance en elle-même. Nous allons voir la méthode qu’elle emploiera pour inciter cette femme à venir à la réunion. La crainte que ces braves gens éprouvent à notre égard est inimaginable.

     

    Beaucoup d’entre eux s’éloignent de la maison de la fillette au lieu de nous assaillir en vue d’obtenir des maisons semblables. Telle est la raison qui nous, oblige à tant de doigté pour ne pas heurter leurs sentiments. Tandis que nous souhaitons les élever au-dessus de leur entourage comme nous l’avons fait pour cette brave fillette, ils s’enfuient loin de nous dès que nous faisons mine d’approcher.

     

    Je demandai à Marie comment elle avait pu aider de la sorte la fillette et ses parents. Elle répondit : Eh bien, ce fut grâce à l’attitude de la fillette. C’est à travers elle que nous avons pu aider toute sa famille. Elle est l’organe d’équilibre de son groupe. C’est par elle que nous allons atteindre cette chère âme et beaucoup d’autres gens ici.

     

    Puis Marie montra du geste les huttes environnantes et dit : Voilà les gens que nous aimons à rapprocher de nos cœurs. La nouvelle maisonnette n’a pas été créée en vain. Émile et la fillette réapparurent, disant que l’aveugle demandait à la fillette de l’attendre et que toutes deux allaient nous rejoindre de suite. Nous continuâmes donc notre chemin en laissant la fillette avec l’aveugle. Quand nous arrivâmes au lieu de réunion, le public était presque au complet. Nous apprîmes que le grand, prêtre du monastère allait être le principal orateur de la soirée.(Rappellons qu'Emile est un maître).

     

    Émile avait rencontré ce lama dix-huit mois plus tôt et s’était tout de suite lié avec lui d’une chaude amitié. Le gouverneur était la plus haute autorité après le lama. Émile dit que ces deux hommes allaient devenir amis intimes des Maîtres à dater de ce jour.

     

    Il était rare que les Maîtres eussent l’occasion d’entrer en contact spirituel avec d’aussi hautes autorités. Ils se contentaient en général de laisser les événements progresser à leur allure naturelle. Nos amis nous dirent que le soir précédent avait marqué la troisième occasion où Jésus et Bouddha étaient apparus pour les aider visiblement. Ils étaient heureux que nous ayons pu en être témoins. Ils ne considéraient pas cette affaire comme un triomphe additionnel, mais comme une occasion leur permettant de coopérer avec les gens de la région. Sur ces entrefaites, la fillette entra dans la salle de réunion, conduisant la femme aveugle. Elle l’installa sur un siège un peu en arrière et de côté. Une fois la femme assise, la fillette se mit debout en face d’elle, lui prit les deux mains, et peu après se pencha comme pour lui parler à voix basse.

     

    Puis elle se redressa et posa ses menottes sur les yeux de l’aveugle où elle les laissa quelques instants. Ce mouvement parut attirer l’attention de toute l’assemblée, à commencer par le grand prêtre. Tout le monde se leva pour regarder l’enfant et l’aveugle. Le grand prêtre s’avança rapidement et posa ses mains sur la tête de la fillette qui reçut visiblement un choc mais ne changea pas d’attitude. Les trois personnages se maintinrent ainsi pendant quelques instants, puis la fillette enleva ses menottes et s’écria : « Eh bien, tu n’es pas aveugle du tout, tu peux voir. »

     

    Elle embrassa le front de la femme puis se retourna et marcha vers Thomas. Elle parut perplexe et dit : « J’ai parlé dans votre langue, comment cela se fait-il ? » Puis elle ajouta : « Pourquoi la femme ne voit-elle pas qu’elle a cessé d’être aveugle ? Elle peut voir. » Nous regardâmes à nouveau la femme.

     

    Elle s’était levée. Saisissant à deux mains la robe du grand prêtre, elle dit en langue indigène : « Je peux vous voir. » Puis elle regarda autour d’elle dans toute la salle d’un air égaré et dit : « Je peux vous voir tous. »

    Elle lâcha la robe du grand prêtre, enfouit son visage dans ses mains, retomba sur le siège qu’elle occupait, et sanglota : « Je vois, je vois, mais vous êtes tous si propres et je suis si sale. Laissez-moi partir. » Marie alla se placer directement derrière la femme et lui posa ses deux mains sur les épaules. Le grand prêtre leva les mains. Aucun mot ne fut prononcé. Presque instantanément, les vêtements de la femme furent changés en vêtements neufs et propres. Marie retira ses mains. La femme se leva, et regarda autour d’elle d’un air ahuri et perplexe. Le prêtre lui demanda ce qu’elle cherchait. Elle répondit que c’étaient ses vieux vêtements. Le prêtre dit : « Ne cherche pas tes vieux vêtements, regarde, tu es habillée de neuf. »

     

    Elle resta encore un instant comme enveloppée dans sa perplexité, puis son visage s’illumina d’un sourire. Elle s’inclina très bas et reprit son siège. Nous étions tellement surexcités que nous nous pressions tous autour de la femme. Entre-temps Raymond s’était frayé un passage jusqu’à la fillette et causait avec elle à voix basse. Il nous informa plus tard qu’elle parlait très bien l’anglais. Quand la conversation avait lieu en langue indigène, notre hôtesse servait d’interprète.

     

    Nous apprîmes que la femme était aveugle depuis plus de vingt-quatre ans et que sa cécité provenait de ce qu’elle avait reçu dans les yeux du petit plomb d’un coup de fusil tiré par un brigand faisant partie d’une bande. Quelqu’un suggéra qu’il serait bon de s’asseoir à la table. Tandis que nous prenions place, la femme se leva et demanda à Marie qui était restée tranquillement à ses côtés la permission de partir. La fillette s’avança, disant qu’elle l’accompagnerait pour s’assurer de son arrivée à bon port. Le grand prêtre demanda à la femme où elle habitait, Elle le renseigna. Il lui conseilla de ne plus retourner cet endroit malpropre. La fillette prit la parole pour dire qu’elle comptait bien héberger la femme chez elle, et elles quittèrent toutes deux la salle en se donnant le bras.

     

    Quand nous fûmes tous assis, des assiettes apparurent sur la table comme posées par des mains invisibles. Le grand prêtre regarda autour de lui d’un air stupéfait. Quand la nourriture et les plats commencèrent à arriver de la même manière, il se tourna vers Marie qui était assise à sa droite et lui demanda si elle avait l’habitude de se nourrir de cette manière dont il n’avait jamais eu le privilège d’être témoin jusqu’ici. Il se tourna ensuite vers Émile, qui nous servait d’interprète, comme pour demander des explications.

     

    Émile exposa que le pouvoir qui avait servi à guérir l’aveugle pouvait être utilisé pour se procurer tout ce dont on avait besoin. Il était facile de voir que le grand prêtre restait perplexe, mais il ne dit mot jusque vers le milieu du repas. Alors il reprit la parole, et Jast interpréta.

     

    Le grand prêtre dit : Mon regard a sondé des profondeurs où, je ne croyais pas que des êtres humains eussent le privilège de plonger. Toute ma vie s’est écoulée dans l’ordre de la prêtrise, et je croyais servir mes semblables. Je constate maintenant que je me servais moi-même beaucoup plus que mes frères. Mais la fraternité a été prodigieusement étendue ce soir, et ma vision a suivi. Maintenant seulement il m’est permis d’apercevoir l’étroitesse de notre vie passée et le mépris que nous professions pour tout ce qui n’était pas nous-mêmes. Cette vision sublime me montre que vous émanez comme nous du domaine divin, et me permet de contempler une joie céleste. Il s’interrompit les mains à moitié levées cependant qu’un air d’agréable surprise l’envahissait. Il resta dans cette position un instant puis dit : C’est insensé, je puis parler votre langue et je vais le faire. Pourquoi ne le pourrais-je pas ? Je comprends maintenant votre pensée quand vous disiez que la faculté de s’exprimer est illimitée pour l’homme. Je découvre en effet que je peux vous parler directement et que vous me comprenez. Il s’interrompit encore comme pour ressaisir le fil de ses pensées, puis se mit à parler sans interprète. On nous informa plus tard que c’était la première fois qu’il parlait anglais. Il continua : Comme c’est magnifique de pouvoir vous parler directement dans votre langue ! Cela me donne une vision plus large des choses, et je ne peux plus comprendre
    comment des hommes peuvent en regarder d’autres comme des ennemis. Il est évident pour moi, que nous appartenons tous à la même famille, provenons de la même source, et servons la même cause. Cela prouve qu’il y place pour tout le monde.

     

    Si un frère a une pensée différente de la nôtre, pourquoi voudrions-nous le faire périr ? Je comprends que nous n’avons pas le droit d’interférer, car toute interférence ne fait que retarder notre propre développement et nous isoler du monde en faisant s’écrouler notre maison sur notre propre tête. Au lieu d’une race limitée, je perçois maintenant un tout universel, éternel et sans bornes, émanant de l’Unité et retournant à elle. Je vois que votre Jésus et notre Bouddha ont vaincu par la même lumière. Il faut que leurs vies se fondent dans l’unité en même temps que celles des participants à cette lumière. Je commence à voir le point de convergence. Cette lumière, claire comme le cristal déverse son rayonnement sur moi.

     

    Quand des hommes se sont élevés à une position royale, ils n’arrivent plus à considérer leurs frères comme des égaux. Ils veulent être seuls rois et maintenir les autres dans la servitude. Pourquoi cette fillette a-t-elle placé ses mains sur les yeux fermés de la brave femme ? Parce qu’elle voyait plus profondément que moi, alors que j’aurais dû être mieux au courant qu’elle. Elle a manifesté ce que vous appelez un puissant amour, le même qui a incité Jésus et Bouddha à se réunir, ce qui m’a d’abord étonné mais ne m’étonne plus. En vous incluant tous dans notre pensée, il ne peut arriver de mal, car cette inclusion nous apporte le bien que vous possédez, et nous ne pouvons qu’en profiter.

     

    Le pouvoir qui vous protégera toujours me protégera aussi. L’armure qui me défend vous défendra de même. Si elle est une protection pour vous et moi, elle l’est pour tous. Les lignes de démarcation ont disparu. Quelle vérité céleste ! Je vois votre pensée quand vous dites que le monde est le monde de Dieu et que les endroits lointains et proches lui appartiennent. Si nous voyons simultanément les lieux proches et lointains, ils sont pareils pour nous. Nous vivions dans notre petit monde sans voir que le vaste univers nous entourait, prêt à venir à notre secours si nous le laissions faire. Songez que Dieu nous entoure et entoure tout. Je comprends la pensée du saint frère disant que les portes s’ouvriront toutes grandes pour quiconque est prêt à recevoir Dieu. Il est dit que l’homme ne doit pas se borner à prêter l’oreille. Il doit devenir ce qu’il proclame être. En s’engloutissant lui-même, il sera immergé, dans la fraternité humaine. Ce sont les actes qui comptent et non les belles paroles.

     

    Le chemin du progrès n’est pas seulement barré par les croyances d’autrui, mais par les nôtres. Chacun réclame directement les grâces du Très-Haut, chacun essaie de bâtir sa demeure en démantelant celle d’autrui. Au lieu d’employer son énergie à détruire, il faudrait s’en servir pour consolider l’ensemble. Le Très-Haut a créé toutes les nations de la terre d’un même sang, et non pas chaque nation d’un sang différent. On est maintenant arrivé au point où il faut choisir entre la superstition et la fraternité humaine. La superstition est l’envoûtement de l’homme. La foi qui déplace les montagnes sommeille encore à l’état de germe dans le plan divin. L’homme n’a pas encore atteint la hauteur et la majesté de cette loi.

     

    La loi d’illumination qui a précédé celle des miracles est la loi supérieure de l’amour, et l’amour est la fraternité universelle. L’homme n’a besoin que de remonter à la source de sa propre religion, d’en écarter toutes les fausses interprétations, et de rejeter tout égoïsme.

     

    Derrière les apparences superficielles, on trouvera l’or pur de l’alchimiste, la sagesse du Très-Haut, votre Dieu et mon Dieu. Il n’y a qu’un seul Dieu, et non des divinités nombreuses pour des peuples divers. C’est le même Dieu qui s’adressa du buisson ardent à Moïse. C’est le même encore auquel Jésus faisait allusion en disant que par la prière il pouvait appeler des légions à son secours dans sa bataille à mort pour achever le travail que le Père lui avait confié. C’est encore le même Dieu à qui Pierre adressa ses prières en sortant de prison.

     

    Je perçois maintenant le grand pouvoir auquel on peut faire appel pour aider ceux qui veulent consacrer leur vie à la fraternité humaine.

     

    À ce moment, le grand prêtre leva son verre, le tint un moment serré dans la main, et s’immobilisa complètement. Le verre se brisa en poussière et le grand prêtre continua : Les armées d’Israël connaissaient ce pouvoir quand elles sonnèrent de la trompette devant Jéricho et que les murs s’écroulèrent. Paul et Silas ne l’ignoraient pas non plus quand ils s’évadèrent de prison. À nouveau le grand prêtre observa un moment de silence complet, et le bâtiment se mit à vibrer et à vaciller sur ses bases.

     

    De grandes langues de feu brillèrent comme des éclairs. Deux énormes masses rocheuses se détachèrent de la paroi de la montagne à deux kilomètres de là et tombèrent en avalanche dans la vallée. Les villageois sortirent terrifiés de leurs maisons, et nous eûmes bien envie d’en faire autant, tellement notre bâtiment était secoué. Puis le grand prêtre leva la main, et le calme revint. Il dit encore : À quoi peuvent servir les armées et les marines quand on sait que Dieu possède ce pouvoir et que ses véritables fils peuvent s’en servir ?

     

    On peut balayer une armée comme un enfant renverserait des soldats de plomb, et l’on peut réduire en poussière, tel ce verre, les grands navires de guerre. Ce disant il montrait l’assiette dans laquelle il avait déposé la poussière représentant tout ce qui restait du verre. Il la prit et souffla légèrement dessus : Elle éclata en flammes et disparut totalement. Il reprit encore : Ces légions ne viennent pas pour faire votre travail ou le mien ni pour se servir de l’homme comme d’un instrument. C’est l’homme qui peut faire appel à elles pour être encouragé, soutenu, et réconforté dans le travail qu’il accomplit comme maître de toutes les conditions de vie. À l’aide de ce pouvoir, l’homme peut calmer les vagues, commander aux vents, éteindre le feu, ou diriger les foules. Mais il ne peut se servir des légions que s’il les a dominées. Il peut les employer pour le bien de la race humaine pour enfoncer dans la cervelle des hommes le sens de la coopération avec Dieu.

     

    Quiconque est devenu capable de faire appel à ces légions sait parfaitement qu’il ne peut les utiliser que pour le service véritable de l’humanité.

     

    Elles peuvent en effet consumer l’homme aussi bien que le défendre. L’orateur s’interrompit un moment, étendit les mains, et reprit d’une voix mesurée et respectueuse :

    Père, c’est un grand plaisir pour nous de recevoir ces chers amis ce soir, et nous disons d’un cœur humble et sincère : « Que ta volonté soit faite. »

     

    Nous les bénissons, et en les bénissant nous bénissons le monde entier. Puis il s’assit comme si rien d’extraordinaire ne s’était passé. Tous les Maîtres étaient calmes. Seuls les membres de notre expédition étaient surexcités. Le chœur invisible éclata en chantant : « Chacun connaît le pouvoir qui réside dans un nom. L’homme peut se proclamer roi lui-même. Avec un cœur contrit, il peut accéder au pouvoir suprême. »




    Pendant cette remarquable démonstration de puissance nous étions restés inconscients de l’état de tension de nos nerfs. Quand le chœur s’arrêta, nous en devînmes conscients, comme si la fin de la musique avait été nécessaire pour nous détendre. Quand les derniers échos en furent éteints, nous nous levâmes de table et nous réunîmes autour de nos amis et du grand prêtre. Ce fut l’occasion pour Raymond et Thomas de poser des questions. Voyant combien ils étaient intéressés, le grand prêtre les invita à passer la nuit au monastère avec lui. Ils nous souhaitèrent le bonsoir et partirent tous trois.

    Page 232 à 243 La vie des maîtres de Baird Thomas Spalding


    votre commentaire
  • Bonjour, Je souhaite à tous mes amis et lecteurs de Grands Voeux pour l'Année Nouvelle 2018. Surtout la Santé et la Paix dans votre vie. La prospérité et le bien être intérieur, l'épanouissement. De l'amour et de l'amitié et du bonheur tout simplement.

    Loin de vous toutes malveillances, discernez afin de garder l'équilibre sur "votre bicyclette" et, veillez bien sur vous. Profitons de la Bienveillance et celle que l'on s'accorde quant on a le devoir de tant faire pour autrui dans certaines tâches ou circonstances et, tout au long de la vie.

    SOUHAITS POUR 2018

     

     

     

    Certains d'entre vous me demandaient des nouvelles d'un de mes enfants. Celle ci est toujours malade et l'on n'a pas encore de traitement sinon au niveau de l'alimentation stricte qui permet une qualité de vie meilleure pour elle mais peu tout de même : fort heureusement, elle garde le moral.

    Elle ne sait plus chanter comme avant et ne chante presque plus, ne sait plus utiliser ses mains comme avant bien que ses mains soient restées belles  : le violon ni autres instruments, ce n'est plus possible, elle qui aurait tant aimé chanté de l'opéra et qui en avait les capacités et l'oreille absolue. Lorsqu'elle le peut, elle écrit et dessine : ses dessins sont remarquables d'originalité ; ses petites textes aussi très symboliques.

    De ce fait, sa dépendance me prend beaucoup de temps mais j'ai décidé et surtout trouvé un moyen de reprendre le clavier tout récemment. Ayant perdu, depuis huit année déjà qu'elle est tombée malade, mon niveau acquis, je redémarre au clavier, sur mon piano tout doucettement avec des petites oeuvres. Et donc, certains rubriques ne serons plus complétées mais l'une passe dans d'autres mains sur un autre site dont je vous passerai le lien si ce domaine vous passionne. Au fond tout ce qui n'a pas trait à l'art et l'écriture de beaux textes, passerons ailleurs bien que les rubriques existantes resterons : c'est un choix afin d'avoir ce temps dont j'ai besoin pour reprendre cette respiration au travers d'une détente et une résilience jamais possible du temps de l'Académie où le climat humain était néfaste pour moi et mes proches qui en ont souffert.

    Je ne donnerai aucune source de la manière dont je vais reprendre cette étude. Maintenant, je suis pensionnée ce qui est un statut plus "honorable" selon les critères des "imbéciles heureux" excusez du terme mais c'est bien la réalité de ces vaniteux qui mangent le bonheur d'autrui.

    Les groupes sectaires de cette partie du pays où règnent les clans m'aura marqué et j'ai failli y perdre mon sourire après avoir tant et tant souffert et m'être battue pour une cause honorable et ils ne m'auront qu'en surface ôté ma dignité. J'espère un jour que la honte les couvrira du mal qu'ils ont fait car personne n'est épargné par les épreuves mais pour moi c'est une affaire classée, la porte s'est refermée sur ce chapitre douloureux de notre vie où la résilience n'a pas pu se faire complètement à cause de la vilenie d'une mauvaise langue qui n'a fait que mentir appuyée par un fils prétentieux qui ne fonctionnent que par relations voyez vous. Et même s'il y a du "talent relatif" pour moi, non accompagnée d'une belle âme, je n'écouterai pas les musiciens à ce point corrompus et laids d'avoir écarté, pour leur plaisir et se faire remarquer, avoir la main en somme, ce qui est ridicule et vaniteux, "des" personnes, car je ne fus pas la seule, du plaisir d'apprendre la musique. La discrimination eut son mot à dire. Le racisme existe mais la discrimination entre personnes de même peau existe aussi et surtout les préjugés si difficiles à ôter.

    Ceci dit, la vie n'est pas facile pour moi. Pas de relai, cette maladie est compliquée et demande de l'attention. Je ne relâche pas cette attention et je la donne à un ange, à quelqu'un qui n'a jamais fait de tort à quiconque, une innocente qui aura tant souffert et échappé plusieurs fois à la mort et les médecins en sont étonnés car, dans notre pays, elle est la seule survivante. Mais cette piqûre reçue n 2009 a été le déclencheur de cette fichue maladie pour laquelle on ne sait pas réclamer quoi que ce soit comme dommage, c'est peine perdue ou plutôt gagnée : qui croit encore en la "justice" ?

    Nous allons de l'avant et des recherches importantes sont en cours pour tenter de sortir des personnes dans ce pays d'une situation pareille. Nous restons priantes (dans notre petit coin chacune) et, confiantes dans la Providence même si nous ne pratiquons aucune religion sauf celle déjà imprimée dans notre coeur. C'est ainsi.

    Je découvre l'héroïsme d'une jeune personne, son courage et sa douceur malgré les fortes douleurs où elle me ménage et se ménage en restant dans le calme de "sa prison" dit elle (sa chambre) qu'elle arrive à quitter plus souvent grâce aux quelques soins qu'on sait lui prodiguer (les personnes soignantes et moi même). Cette piqûre est arrivée lors de ses presque dix sept ans et dès ce jour, elle fut malade et de plus en plus malade. Une piqûre faite en intraveineuse au lieu d'intramusculaire : est ce bien un vaccin qu'on lui a administré ? ou un poison subtilisé, échangé à notre insu ? Nous avons un doute.

    Il paraît qu'on nous en voulait, on ne sait pourquoi et que tout cela était voulu m'a t'on fait savoir... Eh oui,... On fait son devoir dans un pays démocratique et l'on s'aperçoit que de victimes l'on devient accusées et que tout un clientélisme se met en route pour vous vider et tenter de vous détruire. Mais Dieu nous aime Lui ! Et contre cela que peuvent ils faire ?

    Cette Lumière leur fait si mal qu'ils crachent leur venin, c'est ainsi dans ce monde de l'innocence... ce monde des apparences tellement trompeuses. Cela me fait du bien d'écrire mes pensées. Bien que je ne les dise pas toutes.

    Simplement au travers de ces années, nous avons connu dans le malheur et la misère, des lueurs aussi vives que les plaies et tellement concrètes qu'elles nous ont donné du courage à rester ici et à surmonter à force de persévérance offerte par ce que l'on appelle des états de grâce car, il n'y a pas d'autres termes pour expliquer les faits. Je les introduirai sous une forme ou une autre mais pas ici. Pour ceux qui me suivent depuis déjà depuis pas mal de temps, vous savez que tout n'est pas à dire publiquement.

    C'est peut être pour cela que j'aime les histoires fantastiques qui ne semblent pas réelles.

    Avec le recul, j'ai réécouté des compositions faites il y a déjà quelques années bien qu'il y ait eu depuis quelques arrangements, du DJ, et un peu d'écriture. Mais en 2006 j'étais bien partie avec certaines compositions reçues en dictée directe par le son en mon esprit je les entendais et le solfège me servira bien encore à pouvoir traduire par écrit ce qui fut et sera entendu.

    Donc, le recul m'a fait reconnaître de l'incomplet ou des petites musiques pourtant volées sur internet et vendues aux Bahamas et à Los Angeles par milliers sous formes de mp3 subtilisés sur youtube (les goûts et les couleurs ne se discutent pas dit on et les vols sont courants sur internet : ce sont les moeurs d'aujourd'hui : on ment , on vole, on détruit et tout est "normal").

    Pour certaines compositions, avec le recul, j'ai compris des erreurs importantes d'incomplétudes et par ailleurs, d'autres me semblent totalement complètes, surtout les "écoutées" et "reçues". Au vu, de cette possibilité, je vais donc plus revenir à ce qui était initial dans cet espace c'est à dire la musique car j'y consacrerai sur le plan pratique plus de temps enfin !. A la grâce de Dieu.

    Car la grâce vient de la Nature issue du Tout.

    Nous, les pauvres petites gens, mis à part et de ce fait devenu frileux aux contacts  dits "humains" pour tout ce que j'y ai vu de laid, mon ouïe étant si fine jusqu'à entendre les pensées, il a fallu beaucoup de courage pour persévérer. Mais il y avait une raison à cela et la seule raison à cela, sont de petites oeuvres entendues et inspirées pour lesquelles il me suffisait d'écouter et d'écrire et celle là sont totalement cohérentes et je les mettrai en exergue car, depuis, le logiciel d'écriture fournit un meilleurs son. Jamais je ne voudrai qu'elles soient interprétées devant moi par des musiciens car tous maintenant outre  les exceptions qui confirment la règle, représentent pour moi la vanité, la prétention et le mensonge.  Tout comme, le compositeur que cette femme a choisi de me comparer c'est à dire Robert Schumann pour me faire savoir que je finirai folle comme lui !

    Mais, je ne connaissais pas son histoire et je l'ai apprise grâce à un médecin de Bretagne qui aime, tout comme moi Beethoven (Ludwig von), un homme très érudit en la matière et en d'autres matières. Et de ce fait, je fus étonnée du calvaire moral que vécu Robert avec Clara entraînée dans le sillage d'un "ami" Johannes Brahms qui n'eût aucun scrupule à s'introduire dans l'intimité du couple, s'occupant plus de Clara et délaissant "son ami" Robert.

    La dégradation de sa relation avec Clara l'affecta au point qu'il en fut malade et termina, après une tentative de suicide de sa part, en asile psychiâtrique ; Clara qui savait pertinemment qu'il avait cette phobie des asiles l'y a laissé sans le visiter ce qui pouvait être salutaire à sa santé mais en réalité, elle qui interprétait si bien et semblait avoir un succès de femme séductrice sous des apparences de sainte nitouche, eût cette lâcheté de le laisser mourir et, lorsque l'on sait ce qu'étaient les asiles à l'époque, rien ne pouvait justifier une telle cruauté de la part d'une femme musicienne certes mais impitoyable quant au sort du père de ses propres enfants, isolé de tous ses proches et amis y compris le traître opportuniste que fut le musicien dont il fut question plus haut. Outre l'admiration que j'ai pour certaines mélodies de Brahms ; depuis que j'ai appris ces faits, mon admiration a réellement été largement affaiblie. Schumann ne connut pas le dernier de ses enfants, si bien qu'il me semble douter qu'il en soit réellement le père au vu des prémices à la souffrance de Robert.

    Sachant à quel point, des bigottes ou femmes semblant sobres et sages peuvent être plus "putains" et porter sous leurs robes austères des frivolités, que d'autres maquillées et coquettes voire excentriques vivent d'une âme pure et fidèle à leur amour sérieusement, profondément attachées, résistant aux attraits de certains séducteurs et opportunistes et ne sachant pas mentir et tromper l'homme épousé par amour. La vie de couple si l'un est faible peut tourner au cauchemar et si de plus, la tendance est au mensonge sans scrupule aucun et sans remise en question, un homme peut être détruit ou une femme.

    Ainsi l'amour entre deux êtres est une chose sérieuse à protéger. Les tentations multiples ne sont que pièges à éviter et si l'un faillit, la ruine se dessine à l'horizon provoquant aussi des faillites matérielles incontournables mais aussi le dépérissement de l'être qui soit disant était "aimé". Ainsi la légèreté traîtresse provoque tant de malheur. Et s'il arrive de faillir à la chair, ce n'est point péché mortel selon les termes religieux ; il est des circonstances qui provoquent "des accidents" à éviter car dangereux pour la continuité du couple, "accident de parcours" (éloignement géographique ou autres épreuves)  mais si l'amour est puissant et fort, valeureux et nourrit ainsi que le respect, "l'accident" se répare comme un os cassé se reconstruisant. Je ne suis certainement pas assez érudite en ce sens.

    L'injustice et la défaite en amour humilie et la cruauté ajoutée est donc bien mortelle. Comme juger dans ce cas de la folie de Robert Schumann ?

    Au cours de ma vie, j'ai rencontré beaucoup de personne car on me disait que j'avais un don à consoler. Et, bien souvent constaté que l'alcool ingurgitée avec excès vient aussi du mensonge ressenti inconsciemment et refusé d'être admis et la consolation se puise dans ces élixirs provoquant des troubles de dépendance grave.

    L'humiliation venue de l'être le plus chéri et la trahison insensée dont il fut l'objet ainsi que la brutalité morale à l'abandonner dans le moment où il en avait le plus besoin. Bien sûr qu'il perdait ses moyens lorsqu'on le voit souffrir de lombalgie, il avait trop à porter, déjà des prémices. Et sa difficulté à s'exprimer oralement dénote  que déjà, au cours de son enfance et de sa jeunesse il eut certainement eut à souffrir de par une défaillance affective parentale. Et si son tempérament était schizoïde ; il n'est aucun danger et rien à comparer avec la schizophrénie. Le désespoir, nous pouvons le connaître au point de vouloir en finir. Si rien ou personne, ni même la providence ne se manifeste, comment résister à une réelle tentative. A cette époque où il n'était pas facile de se procurer une médication permettant d'adoucir les chocs émotionnels.

    Johannes Brahms alla le visiter à peine et surtout Clara et cela dura trop de temps.

    Robert Schumann avait tant donné au niveau musical d'ailleurs Clara porte son nom et non le sien. Sans Robert, parlerait on d'elle aujourd'hui ? Non.

    Ainsi, les gens, et même les musiciens, souhaitent travestir les histoires et traiter de fou Robert Schumann et, le raconte aux élèves Bien souvent, ils se moquent des affaires sentimentales tournant en dérision et sans respect pour les oeuvres pourtant jouées encore aujourd'hui, ces mélodies tellement belles et si bien tournées. Un homme perdant la raison pouvait il devenir fou au point d'être "incarcérer" dans un asile ? N'y avait il pas là des intérêts autres que de s'abandonner aux bras de l'amant ou d'autres amants : il fallait se débarrasser de lui. Ainsi, un magnifique compositeur se mourrait d'amour brisé et de déception dans un asile où il fut maintenu de la volonté même de "sa" Clara.

    En effet, il est des êtres qui se meurent d'amour et se braquent toute leur vie à vouloir retrouver un amour perdu sans vouloir admettre la trahison et ne pouvant trouver de consolation réelle comme ahuri et non éclairé par la teneur de la cruauté dont ils font l'objet. Heureux celui qui trouve secours en cet Ailleurs Vivant où l'Amour règne en maître sans jamais décevoir.

    "La Nature est là qui t'invite et qui t'aime" disait Lamartine.

    Qu'il est bon de ne plus attendre d'être aimé pour se sentir vivre lorsque l'on a apprit par la force des événements beaucoup d'êtres ne savent pas vous aimer vraiment et commanditent votre calvaire et votre crucifixion. "La Nature est là qui t'invite et qui t'Aime" reste certainement l'un des messages les plus précieux laissé par Alphonse de Lamartine.

    A bientôt.

    Coline 

     

     

    Mon coeur est au repos, mon âme est en silence

    Alphonse de Lamartine

    SOUHAITS POUR 2018

     

     


    votre commentaire
  • Ce n'est pas n'importe qui dévoilant ce qu'est la Lune. Je vous laisse entendre ces documents et je vais en faire un résumé pour en garder les connaissances les plus importantes.

    John Lear nous parle de la Lune et du programme spatial, ainsi que de vaisseaux gigantesques autour de Saturne. (Il est loin d'être le seul à parler de vaisseaux dans les anneaux de Saturnes puisque récemment, certains vaisseaux ont été filmés, annoncés comme des anomalies au niveau des anneaux de Saturne. Gardez évidemment votre jugement par rapport à tout ce qui se dit). 

     

     

    Interview : Vous savez que la Lune est un satellite ?

    John : Exact, la lune est un vaisseau spatial qui a été placé en orbite il y a 30.000 ou 40.000 ans.La raison pour laquelle j'affirme cela est que nous nous situons dans l'histoire de l'humanité, Immanuel Velikovski parle de différents "proselynes" et de différentes civilisations qui n'ont jamais connu la lune car il y eut un temps où la lune n'existait pas et il y eut un temps où la terre avait deux lunes.

    Le Docteur Norm Bergrun (1) a écrit un livre :" The Ring Makers of Saturn", un excellent livre. Il s'est fait remarqué par 40 ans de travail scientifique chez NACA (précurseur de la NASA)(National Adviser Comitee for Astronautics) et Lokeed. Il est retraité maintenant depuis près de 15 ans.

    Quant il a pris sa retraite, il s'est procuré quelques photos, quelques négatifs vraiment bons de Voyager qui est passé très près de Saturne.et il a installé un petit labo dans sa maison.et il a commencé à étudier ces clichés et puis il a écrit ce livre dont je parlais :"The Ring of Saturn". Ce qu'il montre est ce qu'il a trouvé dans les anneaux de Saturne c'est à dire trois véhicules ou vaisseaux spatiaux dont un faisait 50.205 kilomètres de long, et 3897 Kms de diamètre : on a affaire à des vaisseaux immenses là !

     

    Au début de son livre Norm Bergrum dit des choses très intéressantes mais, dit il : "il ne faut sauter aucune page et même un seul mot inconnu de vous mêmes sinon vous prendrez le risque de ne pas comprendre tout ce que j'ai écrit".

    Ce livre a été écrit en 1986. 

    Ces vaisseaux  n'ont pas été construit par nous mais nous ne savons pas qui les a construits. Nous avons construits des choses incroyables mais pas cela, nous ne pourrions pas le faire. Non il s'agit de quelqu'un d'autre.

    Ce qu'il y a d'intéressant dans ce livre et c'est pourquoi j'en parle, c'est qu'il parle de la Lune et comment elle fut remorquée jusque là et placée en orbite. Parce que les gens qui ont fait cela et qui manipulent cela et aussi Saturne et aussi Iapétus (2) ont remorqué la Lune et l'ont mise en orbite et là, il explique exactement pourquoi et il explique aussi pourquoi ils se sont emparée de la Mare Orientale (3).

    Il y a un programme spatial secret avec une couverture médiatique parlant de certains voyages, mais le programme secret n'est pas dévoilé sauf par quelques uns plus âgés ayant pris leur pension et qui dévoile la situation et ce qu'ils savent. Par exemple, dans l'interview, il est demandé :"pourquoi le laisse t'on parlé ?". Simplement, il répond en souriant : " Que dit t'il ?  il dit qu'il a vu un vaisseau de 50 kms de long dans les anneaux de Saturne... Qui va croire cela ? Autre chose, poursuit t'il :"il y a deux ans à l'Ufo Expo West, j'ai fait une conférence intéressante sur Apollo 1 et sur 4 personnes qui étaient dedans et donc à l'intérieur de la navette spaciale : il y avait Grissom, Chaffey et White et un quatrième gars qui faisait partie du corps secret des astronautes et cela il fallait le garder secret car si le public avait su qu'il y avait un quatrième homme ce n'était pas possible car cela devait demeurer secret pour la NASA.

    Ce programme NASA secret a débuté en 1959. Ils sont ceux qui sont allés sur la lune en 1962 ; ils sont allés sur Mars en 1966 : tout ce que nous apprenons par la presse et les médias sert de couverture aux programmes secrets cachés. Néanmoins lorsque je fais une conférence et que j'ai deux heures par exemple, je parle une heure et l'autre heure je laisse le public parler et poser ses questions parce que je sais que je vais apprendre plus d'eux qu'ils n'en apprennent de moi. Par exemple, un membre de la famille de Chaffrey s'est levé et a dit :"John, vous avez raison, on l'a toujours su : il y avait un 4ème homme mais nous n'avons jamais pu savoir qui il était". Je connais son nom mais je ne le dirai pas parce que si quelqu'un m'approche et me dit :"je connais son nom", je sais qui c'est, ce qu'il y a aussi d'intéressant c'est que son fils est aussi un astronaute de la navette.

     

    Pour en revenir il y a deux ans lorsque je recontre Norm, je lui dis :"au fait, le véhicule électromagnétique qui a remorqué la Lune et l'a mise en orbite :"où est il maintenant". Il m'a répondu :" je pense bien qu'il est sur la face cachée de la Lune". Et lorsque je me suis associée avec Ron Schmidt, nous nous sommes procurés des photos de la face cachée de la Lune et nous avons trouvé le véhicule dans le cratère Isiolkowski. C'est d'une façon étonnante que nous y sommes parvenus car la NASA a tout fait pour empêcher cela. Et nous avons 6 photos différentes de ce cratère Isiolkowski. Ils ont essayé de cacher l'engin même en peinturlurant... Or, nous avons deux excellentes photos, l'une d'elle a été trouvé par une femme de Floride sur une vignette représentant le cratère en question : cela a dû se produire avant le changement de la photo lorsqu'elle fut réduit en vignette, quelqu'un a dû dire :"on n'a pas besoin de faire quoi que ce soit parceque le format est petit". Apollo 15 est passé au dessus et ils l'ont filmé. Voici cette photo :

     

    La divulgation a commencé : LA LUNE et SATURNE

    Lune : cratère Tsiolkovskiy (4)

    Cette photo, ajoute t'il, est réellement très intéressante. 

    Quant au fils de Grissom, il ne pourra pas parler de tout cela parce que lui aussi est astronaute. Il est pourtant très critique et ose dire :"qui volerait là dedans, il y a au moins 60 choses qui ne vont pas !".Et la NASA ne l'apprécie pas pour cela. Ceux que je considère comme des initiés, ont dit que la Nasa n'avait pas réellement tué ces types mais qu'ils avaient laissé faire. Ils avaient un manque de temps pour le programme et il voulait être débarrassé de Grissom (et en même temps les deux autres astronautes ont également péri... Aux journalistes, ils ont dit que Grissom n'avait rien dit mais il a dit au contraire :"bande de salauds, vous  nous avez tous tués" il savait que cela pouvait arrivé , il avait un pressentiment. Il a ajouté :"J'espère que vous nous voyez tous mourir", je sais que cet enregistrement était affreux. Virgil Grissom dit "Gus" dont voici la photo. 

    Résultat de recherche d'images 

    Voici ce qui wikipédia écrit sur sa biographie :

    "Virgil Ivan Grissom, dit « Gus » Grissom, né le 3 avril 1926 et mort accidentellement le 27 janvier 1967, est un pilote de l'Armée de l'Air américaine et le deuxième astronaute américain à aller dans l'espace. Grissom fait partie du premier groupe d'astronautes sélectionné par la NASA pour le programme Mercury. Il effectue le deuxième vol suborbital américain dans le cadre de la mission Mercury-Redstone 4 et il est le premier astronaute à effectuer un deuxième vol dans l'espace avec sa participation à la mission Gemini 3, premier vol habité du programme Gemini. Grissom fait partie de l'équipage désigné pour la mission Apollo 1 avec Ed White et Roger Chaffee. Mais les trois hommes périssent dans un incendie de leur vaisseau créé par un court-circuit lors d'une simulation de lancement effectuée au sol. L'accident débouchera sur une remise à plat des procédures qualité du programme Apollo et d'importantes modifications dans les spécifications des vaisseaux du programme. 

     

    Les familles ont parlé depuis : nous avons ce document en anglais et le résumé par celui qui l'a posté sur youtube d'une situation interrogative et révoltée : "Erreurs techniques" et ici :"  Grisson était impatient et était pour lâcher le morceau ? Thomas Baron fut également assassiné avec sa femme et sa fille pour avoir témoigné et juste avant qu'ils révèlent ses 500 pages de preuves... Un bel exemple pour ceux qui voudraient s'y aventurer. "Le déclenchement de l'incendie fut attribué par la commission d'enquête à un court-circuit dû à un fil électrique dénudé. L'enquête révéla l'utilisation de nombreux matériaux inflammables dans la cabine et beaucoup de négligences dans le câblage électrique et la réalisation du circuit de refroidissement. Le déclenchement et l'extension de l'incendie avaient été favorisés par l'atmosphère d'oxygène pur (dépourvu d'azote) donc extrêmement inflammable, solution technique qui était déjà celle employée à bord des vaisseaux Mercury et Gemini." La NASA n'a aucun sentiment pour ceux qui la trahissent. Elle est impitoyable. Beaucoup d'employés se sont "suicidés" d'une façon anomale. Je regrette pour les fans de la NASA mais votre idole est un meurtrier et un imposteur, voleur et menteur... La plupart des employés ne savent pas sur quoi ils travaillent sauf pour les fusées 2e classe. Une autre pompe à fric... pour maintenir le cheptel humain dans l'ILLUSION DE LEUR MATRICE.

     

     

    Voici un article sur la vie de Thomas Baron dont la photo est ci dessous.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Thomas Baron"

     

    Thomas Ronald "Tom" Baron (mort le 27 avril 1967)  était inspecteur du contrôle de la qualité et de la sécurité pour l'aviation nord-américaine (NAA), alors qu'il était l'entrepreneur principal pour construire le module de commande Apollo .  

    Après le feu Apollo 1 Baron a écrit un rapport de 500 pages sur les violations du protocole de sécurité de la NASA , qu'il a donné à l'enquête du représentant Olin E. Teague à Cape Kennedy , en Floride, le 21 avril 1967. Lorsque Baron a mentionné le rapport pendant son Témoignage, Teague lui a dit: «Votre rapport est allé au président du comité plénier, pas à moi», et que «quelque chose de cette longueur ... nous pouvons le prendre comme une pièce».  

     

    Six jours après son témoignage, Baron a été tué sur le coup, avec sa femme et sa belle-fille, lorsqu'un train s'est écrasé dans leur voiture près de chez eux, en Floride.  La mort de Baron, dont a été témoin une femme, a été plus tard jugée comme un accident, sans aucun soupçon de jeu déloyal. Le président du Comité de surveillance de la NASA a affirmé que Baron avait apporté une contribution précieuse à la sonde de feu Apollo, mais qu'il avait été "trop ​​zélé".

    Les rapports de Baron 

     

    Baron a effectivement écrit deux rapports. Le premier, un rapport de 57 pages, a été présenté à des responsables de la NASA en janvier 1967 alléguant des actes répréhensibles et des irrégularités dont il avait été témoin alors qu'il travaillait au Kennedy Space Centre (KSC). Les gestionnaires de la NAA ont rencontré Baron pour répondre à son rapport; ils ont décidé que certaines des critiques de Baron avaient du mérite, mais que le reste de son rapport était inapplicable ou non fondé pour diverses raisons. Après avoir divulgué son rapport aux médias, il a été renvoyé. Baron a alors commencé à assembler un rapport plus approfondi. Après l'incendie d'Apollo 1, il a remis ce rapport, contenant au moins 500 pages, aux comités du Congrès qui enquêtaient sur l'incident mais il mourut assez rapidement  le 27 avril 1967, cette année là.

    (1) A propos du Docteur Bergrun 

     L'émission radio de Alan Handlemann de Greenville, Caroline du Sud, présentait une entrevue avec un scientifique de la NASA, le Dr Bergrun, où l'on a discuté de son nouveau livre, " The Ring-Makers of Saturn". Norman Bergrun.

     

     

    Le Dr Bergrun a révélé que la NASA a reçu des photos de la sonde Voyager montrant les anneaux de Saturne où l'on peut voir trois engins en forme de cigare.

    La taille de l'un de ces engins est estimée être celle de la Terre.

     

     

    Le EMV (ElectroMagnetic Vehicle = Véhicule Électro-Magnétique), comme le désigne le Dr Bergrun, serait intelligemment contrôlé.

     

    Quand on lui a demandé pourquoi la NASA n'avait pas obtenu d'image de lui auparavant, le Dr Bergrun a répondu qu'ils ont tendance à se cacher.

    Il affirmait que, selon lui, les anneaux de Saturne cachent plusieurs autres engins.

     

    Le scientifique de la NASA a ajouté qu'il paraît que ce EMV géant exerce une influence sur les anneaux de Saturne, possiblement une attraction.

     Quand on lui a demandé pourquoi la NASA et les autres agences gouvernementales n'ont pas rendu cette information publique avant, le Dr Bergrun a répondu que l'acte de 1958 sur la publication des photos et des données provenant de l'espace était assujetti à la détermination que celles-ci ne représentaient pas une menace; et un engin de cette taille serait considérée comme une menace, et on lui attribuerait une grande puissance militaire.

     

    Donc, il serait traité dans les " budgets cachés des agences militaires de renseignement ".

     Le Dr Bergrun dit qu'on pouvait voir des hublots sur le côté de cet énorme engin en forme de cigare. Le livre, "The Ring-Makers of Saturn" est supposé montrer une photo prise par Voyager de cet énorme EMV.

     Le Dr Bergrun prétend que ce vaisseau est définitivement assez grand pour supporter une civilisation entière.

     

    Pour plus d'informations scientifiques précises sur ces trois objets mystérieux, comparez:

     

    1° Cette page d'un site privé où sont notamment les photos prises en infra rouge le 26 avril 1996 par Hubble, crédit P Nicholson et N.A.S.Ahttp://www.rense.com/general10/huge.htm

     

     

    2° et la même photo du 26 avril, mais sur le site officiel de la N.A.S.A, où l'on peut voir les petites lunes Pandora, Prometheus, Mimas, et aussi en effet trois objets ayant une forme de cigares lumineux :

     http://antwrp.gsfc.nasa.gov/cgi-bin/apod/apod_search?rings+of+saturn

    et rechercher l'image publiée le 12 mai 1996.

     http://antwrp.gsfc.nasa.gov/cgi-bin/apod/apod_search?rings+of+saturn

     Source : http://ufoweb.free.fr/saturne.htm pour le point (1)

     

     

     

     

    (2) Lapétus : Image illustrative de l'article Japet (lune)

    Japet (S VIII Japet ; désignation internationale Iapetus) est un satellite naturel de Saturne, le troisième plus grand satellite de la planète par la taille. Il fut découvert en 1671 par Jean-Dominique Cassini.

    Japet est principalement connu pour sa coloration, l'un de ses hémisphères étant particulièrement brillant tandis que l'autre est très sombre. La sonde Cassini a dévoilé d'autres caractéristiques rares, comme une crête équatoriale courant le long de la moitié du satellite. Il s'agit également du plus grand corps du Système solaire à ne pas être en équilibre hydrostatique7, surpassant par son diamètre la quasi-totalité des candidats au statut de planète naine.

     

     

     

    (3) 

    Mare Orientale est ce que l'on appelle une mer lunaire. Elle a été créée par un impact d'une énorme météorite qui a soulevé les montagnes bordant le cratère. Le diamètre de celui-ci est de 900 km. Il s'agit de l'une des structures de la Lune les plus impressionnantes.

    La Mare Orientale est ceinturée par deux chaînes de montagnes, l'une interne, de plus de 700 kilomètres de diamètre, les Montes Rook  et l'autre externe, de plus de 900 kilomètres, les Montes Cordillera.  .

     

    (4) Image illustrative de l'article Tsiolkovskiy (cratère)      Résultat de recherche d'images pour "cratère Tsiolkovski face cachée de la Lune"

    Vue du cratère Lunaire Tsiolkovskiy vu d'Apollo 15 (l'image de gauche)

    Tsiolkovskiy est un très grand cratère lunaire  situé sur la face caché de la lune. . Au centre du cratère s'élève un large pic résultant du choc dû à l'impact initial, couvrant une superficie de 400 km2. Le bord du cratère Tsiolkovskiy est touché au nord-ouest par le grand cratère Fermide  même taille que lui. Près de ces deux immenses cratères lunaires formant un large bassin, se trouve, à l'ouest, le grand cratère Gargarine . C'est l'engin spatial russe Luna 3  qui a été le premier a photographier le cratère Tsiolkovskiy et l'ensemble de la face cachée de la Lune en 1959.

    L'astronaute Harrisson Schmitt  membre de l'équipage d'Apollo, a fortement recommandé le cratère Tsiolkovskiy pour se poser sur la Lune.

    En 1961, l'Union astronomique internationale a donné le nom de l'astronome russe Constantin Tsiolkovski à ce cratère lunaire. 

    Par convention, les cratères satellites sont identifiés sur les cartes lunaires en plaçant la lettre sur le côté du point central du cratère qui est le plus proche de Tsiolkovskiy.



































     Mon avis et vous qu'en pensez vous ?

    La Lune : un vaisseau, une construction déplacée et mise en orbite ? ... On dit que plus l'histoire est grosse plus les gens y croient. Je pense que beaucoup serons de cet avis. De mon côté, j'aime simplement regarder la Lune et observer qu'elle possède certaines vertus et bien sûr, celles d'avoir un impact sur nos vies, les océans, les marées et beaucoup plus d'actions que sans doute on imagine ou que l'on ignore.

    Si ce principe est exact, nous serions sous contrôle d'intelligences supérieures orientant notre destin.

    La Lune en a inspiré tant ... Beethoven, Debussy, les poètes, les peintres, la lune tellement apaisante lorsqu'elle nous montre tout son visage et pourtant ces nuits de pleine lune, certains ne dorment pas et d'autres prennent plus de risque sur la route. Ainsi, rouler une nuit de pleine lune demande plus de prudence. D'autres sont perturbés ces nuits là.

    J'écoute et je lis ces reportages avec intérêt et je ne peux que penser que l'Amour et la Bonté sont bien supérieurs à tout ce qui peut être inventé. Et ce qui est inventé avec Amour et Passion, apporte du positif sauf lorsque cela tombe dans de mauvaises mains. Nous vivons sur une sphère bien étrange dans le comportement des terriens : une dualité si pas un duel entre le Bien et le Mal.

    Les affaires des puissants ne m'intéressent pas trop mais le monde est concerné lorsqu'il y a pillage de forêts, disparition de sable pour le béton, expérience d'armes chimiques, chemtrails et autres expérimentations, les guerres, les extrêmes des folies ; je me tourne vers ce qui doit être ma tâche sans comprendre ce mal alors que la maladie atteint tant et que des êtres ne font que soigner toute leur vie, d'autres tuent. Je me dis que la seule grande valeur et l'Amour, la Bonté dans le coeur des gens et tout le reste est absurde.

    Si cette théorie est exacte et pourquoi pas.... Je me dis tout simplement de laisser venir les informations et d'en tirer soi même les conclusions au besoin.

    Voici un lien à lire concernant la théorie énoncée ici, qui fera réfléchir sur la Lune en n'étant pas "dans la lune" ;) ICI

    Bonjour à vous qui passez par ici.

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires