• 13. Les temples disparus du Tibet

     

     

    La majorité des temples tibétains construits depuis des siècles ont été détruits par les chinois entre 1959 et 1978. En Chine la révolution culturelle fit beaucoup de dégâts partout mais en particulier au Tibet et de nombreuses manifestations culturelles ont disparu ou ont été dénaturées. Le gouvernement chinois souhaitait la laïcité totale des Tibétains ce qui est intrinsèquement irréalisable car la culture tibétaine est intimement liée au bouddhisme tibétain. Il voulait imposer des fêtes uniquement populaire folklorique. 

     

    Ils souhaitaient tout désacraliser afin d'anéantir les significations originelles de la spiritualité tibétaine. Anéantir la langue tibétaine était également dans leurs souhaits malveillants ; c'est pourquoi de nos jours la langue tibétaine est devenue une langue menacée, condamnée à un déclin irréversible pour des raisons politiques de gouvernance extrémiste d'oppression et de domination anti droits de l'homme. C'est ainsi qu'un génocide fut engendré contre le peuple tibétain.La responsabilité du gouvernement régional et du gouvernement central est, dans ce domaine, évidente.

    En novembre 2011, le 14e dalaï-lama a dénoncé le génocide culturel au Tibet mené par la Chinecomme étant à l'origine de la vague d'immolation des Tibétains.  En effet, onze moines et nonnes se sont immolés en 2011 dans la région du monastère de Kirti dans la préfecture autonome tibétaine et giang de Ngawa et dans la préfecture autonome tibétaine de Garzé. 

    Trois mille temples furent détruits ainsi que de nombreux objets religieux et écrits sacré du bouddhisme tibétains.

    Il est également à remarquer que google traduction ôta le sanskrit et le tibétain de ses traductions ; ces langues s'y trouvaient encore dans les années 1980 et au début des années 1990.

    Il semble qu'à cette époque du IIIème millénaire, ce soit une volonté d'erradication de cultures diverses afin d'ôter la différence et que les êtres humains ne deviennent que des machines au service d'un système unique et uniformisé ce qui ôte toute idée de "culturisme diversifiée", terme pourtant très à la mode.

    Ces perturbations diverses ont eu pour but de déverser dans l'Himalaya les déchets nucléaires et de prendre possession de l'uranium tibétain et d'autres activités commerciales ce qui fut toujours au cours de l'histoire le but des oppressions et des génocides et ce à des fins de pouvoir et domination.

     

    Le début de ce troisième millénaire reste tout aussi barbare que lors des siècles précédents. L'atteint au patrimoine tibétain demeure une atteinte importante au niveau de la spiritualité, ce pendant, rien ni personne en ce monde ne pourra ôter les racines des enseignements tibétains même si déjà dans les Fnac, certains livres sont reproduits en omettant des pages importantes notamment deux pages dans le bardö Thödöl pour ceux qui ne le savent pas et ne l'ont jamais lu et ne pourront pas apprendre ce qui leur serait bon et profitable. Cette volonté de mal faire et de mensonge ne vient pas de source bienveillante et ceci afin de ne pas permettre ce savoir divin éparpillé dans le monde tel des pièces de puzzles par les humains. 

    Imaginez un tableau reproduisant toujours les mêmes couleurs sans nuances et sans diversité... Ou encore, une musique basique avec des instruments interdits ou certains écritures interdites. Bannir la culture du bouddhisme tibétain c'est privé le monde de la richesse de ses nuances et de ses beautés et cela rejoint la destruction des grandes forêts comme celle de l'Amazonie détruite à plus de 50%. 

    La folie des grandeurs mènent au déclin de la planète toute entière dans de tels cas. Voici le mantra de la Compassion chanté par  Ani Chöying Drolma ou Ani Choying Dolma (née le 4 juin 1971 à Katmandou au Népal. Elle est connue au Népal et à travers le monde pour avoir popularisé les chants du bouddhisme et du folklore tibétains. Ani, "nonne", est une formule de politesse.

    Personne ne pourra détruire réellement le patrimoine tibétain car il se renouvelle au delà de la mort. Néanmoins, le peuple tibétain fut appauvri par la guerre et de nombreux monastères ont besoin de restauration et d'aide ainsi que la population encore sous oppression ainsi que la langue tibétaine écartée par les autorités chinoises mais dont beaucoup gardent, dans d'autres pays et autres continents, les précieux livres d'enseignements de cette langue traditionnelle possédant son propre patrimoine subtil et rempli de beauté.

    Plus de précisions sur ce lien wikipedia quant à la disparition des temples.

     

     

    « 12. Le monastère d'Hemis au Tibet où Jésus Christ séjourna

  • Commentaires

    3
    Mardi 30 Octobre à 21:47

    Bonsoir Seth,

                         Je vais essayer de te faire parvenir cela dans les jours qui suivent. Peux tu m'envoyer un mail ? Ce sera un rappel pour moi. Je suis justement en train de trier ma bibliothque en cette période. A bientôt Amitié.

      • Seth
        Mardi 30 Octobre à 22:36
        Je ne connais pas ton adresse mail. J’ai gardé ton contact par ton site actuel.
    2
    Seth
    Mercredi 24 Octobre à 17:28

    Bonjour Coline

    sais tu où peut on trouver ces pages manquantes si importantes qui pourraient être si utiles au Monde,.

    « pages importantes notamment deux pages dans le bardö Thödöl  »

    à quel endroit manquent elles?

    merci pour tous ces textes .

    A++ amitiés 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :