• Un livre unique : LA VIE DES MAITRES page 28 à 34

    Un livre unique : LA VIE DES MAITRES page 28 à 34

    1.4. Dédoublement d’un corps - Fusion des deux corps
    dédoublés


    Notre prochain déplacement comportait un aller et retour latéral. Nous laissâmes donc sur place le gros de nos bagages et nous nous mîmes en route le lendemain matin
    vers un petit village situé à quelque trente-cinq kilomètres de là. Seul Jast nous accompagnait. Le sentier n’était pas des meilleurs et ses méandres étaient parfois difficiles à suivre à travers la forêt dense, caractéristique de ce pays. La région était rude et accidentée, le sentier ne paraissait guère
    fréquenté.
    Nous eûmes parfois à frayer notre chemin à travers des vignes sauvages. À chaque retard, Jast manifestait de l’impatience. Nous nous en étonnâmes de sa part, lui qui était si bien équilibré. Ce fut la première et la dernière fois au cours de ces trois années et demie qu’il se départit de son
    calme. Nous comprîmes plus tard le motif de son impatience.
    Nous arrivâmes à destination le même soir, fatigués et affamés, car nous avions poussé de l’avant toute la journée avec une courte halte pour le repas de midi.
    Une demi-heure avant le coucher du soleil, nous entrâmes dans le petit village qui abritait deux cents habitants. Quand le bruit se répandit que Jast nous accompagnait, tous vinrent à notre rencontre, les vieux comme les jeunes, avec, tous leurs animaux domestiques.
    Bien que nous fussions l’objet d’une certaine curiosité, nous remarquâmes tout de suite que l’intérêt était centré sur Jast.


    Chacun le saluait avec un profond respect.

    Après qu’il eut dit quelques paroles, la plupart des villageois retournèrent vaquer à leurs occupations. Jast nous demanda si nous voulions l’accompagner pendant que l’on préparerait notre campement pour la nuit. Cinq des nôtres répondirent qu’ils préféraient se reposer des fatigues de la journée. Les autres et quelques villageois suivirent Jast vers l’autre extrémité
    de la clairière qui entourait le village.
    Après l’avoir traversée, nous pénétrâmes dans la jungle, où nous ne tardâmes pas à rencontrer une forme humaine étendue par terre. Au premier abord, nous la primes pour un cadavre. Mais un second coup d’oeil suffisait pour remarquer que la pose dénotait le calme du sommeil plutôt que celui de la mort.

    La figure était celle de Jast, ce qui nous laissa pétrifiés de stupeur. Soudain, tandis que Jast s’approchait, le corps s’anima et se leva. Le corps et Jast demeurèrent un
    instant debout face à face. Il n’y avait pas d’erreur possible ; les deux étaient Jast.

    Puis, soudain, le Jast qui nous avait accompagnés disparut, et il ne resta qu’un seul être debout
    devant nous. Tout se passa en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et, chose étonnante, personne ne posa de questions.
    Les cinq qui avaient préféré se reposer arrivèrent en courant ; sans que nous les ayons appelés. Plus tard, nous leur demandâmes pourquoi ils étaient venus. Les réponses furent : « Nous ne savons pas », « Notre premier souvenir c’est que nous nous trouvâmes tous debout en train de
    courir vers vous », « Personne ne se rappelle un signal quelconque », « Nous nous trouvâmes en train de courir vers vous et nous étions déjà loin avant de savoir ce que nous
    faisions. »
    L’un de nous s’écria : « Mes yeux sont si grands ouverts que je vois bien au-delà de la vallée de la mort. Tant de merveilles me sont révélées que je suis incapable depenser. »
    Un autre dit : « Je vois le monde entier triompher de lamort. » Une citation me revient à l’esprit avec une clarté aveuglante : « Le dernier ennemi, la mort, sera vaincu. »
    N’est-ce pas l’accomplissement de ces paroles ? Nous avons des mentalités de pygmées à côté de cet entendement gigantesque et pourtant si simple ». Et nous avons osé nous considérer comme des foudres d’intelligence. Nous sommes des enfants. Je commence à comprendre les paroles : « Il faut que vous naissiez de nouveau. » Comme elles sontvraies !
    Le lecteur imaginera notre stupéfaction et notre perplexité. Voici donc un homme qui nous avait
    accompagnés et servis tous les jours, et qui pouvait à la fois étendre son corps par terre pour protéger un village et continuer ailleurs un service impeccable. Nous fûmes forcés
    de nous remémorer les mots : « Le plus grand parmi vous, c’est celui qui servira les autres. » À partir de cet instant, la crainte de la mort disparut chez nous tous.
    Ces gens ont l’habitude de déposer un corps dans la jungle devant un village, quand le pays est infesté de maraudeurs à deux ou à quatre pattes. Le village est alors à l’abri des déprédations humaines et animales, comme s’il était situé dans un centre civilisé. Il était évident que le
    corps de Jast avait reposé là pendant un laps de temps considérable. Sa chevelure avait poussé en broussaille et contenait des nids d’une espèce de petits oiseaux particulière à ce pays. Ils avaient construit leurs nids, élevé leurs petits, et ceux-ci s’étaient envolés, d’où la preuve
    absolue du temps pendant lequel ce corps était resté là, étendu et immobile. Ce genre d’oiseaux est très craintif. Au moindre dérangement, ils abandonnent leurs nids. Cela
    montre l’amour et la confiance dont ils avaient fait preuve.
    Les tigres mangeurs d’hommes terrorisent les villageois, au point que ceux-ci cessent parfois toute résistance et croient que leur destinée est d’être dévorés. Les tigres entrent dans le village et choisissent leur victime. C’est devant l’un de ces villages, au coeur même d’une jungle épaisse, que nous vîmes le corps d’un autre homme étendu dans un but de protection. Ce village avait été assailli par des tigres mangeurs, d’hommes qui avaient dévoré près de deux cents habitants. Nous vîmes un de ces tigres marcher apparemment avec les plus grandes précautions par-dessus les pieds de la forme étendue à terre. Deux de nous observèrent cette forme pendant près de trois mois. Quand ils quittèrent le village, elle était toujours intacte à la même place, et aucun mal n’était advenu aux villageois. L’homme lui-même rejoignit plus tard notre expédition au Tibet.
    Il régna cette nuit-là une telle excitation dans notre camp que personne, sauf Jast, ne ferma l’oeil, lui dormait comme un enfant. De temps à autre, l’un de nous se levait pour le regarder dormir, puis se recouchait en disant à son voisin : « Pincez-moi pour que je voie si vraiment je suis
    éveillé. » Nous employâmes aussi de temps à autre des termes plus énergiques.

    (page 28 à 30)

    1.5. Jeunesse éternelle
    Nous nous levâmes avec le soleil et rentrâmes le même jour à notre point de départ, où nous arrivâmes juste avant la nuit. Nous installâmes notre camp sous un grand banian.
    Le lendemain matin, Émile vint nous dire bonjour. À nôtre pluie de questions, il répondit : Je ne m’étonne pas de vos demandes. Je répondrai de mon mieux, mais reporterai certaines réponses au moment où vous connaîtrez mieux nos travaux. Notez bien que j’emploie votre propre langage pour vous exposer le grand principe qui sert de base à nos croyances.
    " Quand chacun connaît la Vérité et l’interprète correctement, n’est-il pas évident que toutes les formes proviennent de la même source ? Ne sommes nous pas liés
    indissolublement à Dieu, substance universelle de la pensée ? Ne formons-nous pas tous une grande famille ?
    Chaque enfant, chaque homme ne fait-il pas partie de cette famille, quelle que soit sa caste ou sa religion ?
    Vous me demandez si l’on peut éviter la mort. Je répondrai par les paroles du Siddha : Le corps humain se construit en partant d’une cellule individuelle comme les corps des plantes et des animaux que nous aimons appeler frères plus jeunes et moins évolués. La cellule individuelle
    est l’unité microscopique du corps. Par un processus répété de croissance et de subdivision, l’infime noyau d’une cellule unique finit par devenir un être humain complet composé
    d’innombrables millions de cellules. Celles-ci se spécialisent en vue de différentes fonctions, mais conservent certaines caractéristiques essentielles de la cellule originelle. On peut
    considérer cette dernière comme la porteuse du flambeau de la vie animale. Elle transmet, de génération en génération, la flamme latente de Dieu, la vitalité de toute créature vivante. La lignée de ses ancêtres est ininterrompue et remonte au temps de l’apparition de la vie sur notre planète.
    La cellule originelle est douée d’une jeunesse éternelle, mais qu’en est-il des cellules groupées sous forme de corps ?
    La jeunesse éternelle, flamme latente de la vie, est l’une des caractéristiques de la cellule originelle. Au cours de leurs multiples divisions, les cellules du corps ont retenu cette
    caractéristique. Mais le corps ne fonctionne comme gardien de la cellule individuelle que durant le court espace de la vie telle que vous la concevez actuellement.


    Par révélation, nos plus anciens éducateurs ont perçu la vérité sur l’unité fondamentale des réactions vitales dans les règnes animal et végétal. Il est facile de se les imaginer haranguant leurs élèves sous le banian et leur tenant à peu près ce langage : Regardez cet arbre géant.

    Chez notre frère l’arbre et chez nous, les stades du processus vital sont
    identiques. Regardez feuilles et bourgeons aux extrémités du plus vieux des banians. Ne sont-ils pas jeunes, jeunes comme la graine d’où ce géant s’élança vers la vie ? Puisque leurs réactions vitales sont les mêmes, l’homme peut certainement bénéficier de l’expérience de la plante. De
    même que les feuilles et bourgeons du banian sont aussi jeunes que la cellule originelle de l’arbre, de même les groupes de cellules formant le corps de l’homme ne sont pas appelés à mourir par perte graduelle de vitalité. À l’instar de l’ovule ou cellule originelle, ils peuvent rester jeunes sans
    jamais se faner. En vérité, il n’y a pas de raison pour que le corps ne soit pas aussi jeune et chargé de vitalité que la semence vitale d’où il est issu. Le banian s’étend toujours, symbolisant la vie éternelle. Il ne meurt qu’accidentellement.


    Il n’existe aucune loi naturelle de décrépitude, aucun processus de vieillissement susceptible de porter atteinte à la vitalité des cellules du banian. Il en est de même pour la forme divine de l’homme. Il n’existe aucune loi de mort ou de décrépitude pour elle, sauf l’accident. Aucun processus inévitable de vieillissement des groupes de cellules humaines n’est susceptible de paralyser graduellement l’individu. La mort n’est donc qu’un accident évitable.
    La maladie est avant tout l’absence de santé (en hindou : Santi). Santi est la douce et joyeuse paix de l’esprit, reflétée dans le corps par la pensée. L’homme subit généralement la
    décrépitude sénile, expression qui cache son ignorance des causes, à savoir l’état pathologique de sa pensée et de son corps.

    Une attitude mentale appropriée permet d’éviter
    même les accidents.

    Le Siddha dit : On peut préserver le tonus du corps et acquérir les immunités naturelles contre
    toutes les maladies contagieuses, par exemple contre la peste ou la grippe. Les Siddhas peuvent avaler des microbes sans tomber malades le moins du monde.
    Rappelez-vous que la jeunesse est la graine d’amour plantée par Dieu dans la forme divine de l’homme. En vérité, la jeunesse est la divinité dans l’homme, la vie spirituelle, magnifique, la seule vivante, aimante, éternelle.

    La vieillesse est antispirituelle, laide, mortelle, irréelle. Les pensées de crainte, de douleur, et de chagrin engendrent la laideur appelée vieillesse. Les pensées de joie, d’amour, et d’idéal engendrent la beauté appelée jeunesse. L’âge n’est qu’une
    coquille contenant le diamant de la vérité, le joyau de la jeunesse.


    Exercez-vous à acquérir une conscience d’enfant. Visualisez l’Enfant divin en vous-même. Avant de vous endormir, ayez conscience de posséder en vous un corps de joie spirituelle toujours jeune et beau. Pensez à votre intelligence, vos yeux, votre nez, votre bouche, votre peau, et au corps de l’Enfant divin. Tout cela est en vous, spirituel et parfait, dès maintenant, dès ce soir. Réaffirmez ce qui précède en le méditant avant de vous endormir paisiblement. Et le matin, en vous levant, suggestionnez-vous à haute voix en vous disant à vous-même : Eh bien, mon cher X..., il y a
    un alchimiste divin en toi.

     


     

    Un livre unique : LA VIE DES MAITRES page 28 à 34

    Une transmutation nocturne se produit par le pouvoir de ces affirmations. L’Esprit s’épanouit du dedans, sature le corps spirituel, remplit le temple. L’alchimiste intérieur a provoqué la chute des cellules usées et fait apparaître le grain doré de l’épiderme nouveau, perpétuellement jeune et
    frais. En vérité, la manifestation de l’amour divin c’est l’éternelle jeunesse. Le divin alchimiste est dans mon temple, fabriquant continuellement de nouvelles cellules, jeunes et magnifiques. L’esprit de jeunesse est dans mon temple dans la forme de mon corps divin, et tout va bien. Om
    Santi ! Santi ! Santi ! (Shanti ! Shanti ! Shanti ! )(Paix, paix, paix !)


    Apprenez le doux sourire de l’enfant. Un sourire de l’âme est une détente spirituelle. Un vrai sourire possède une grande beauté. C’est le travail artistique de l’immortel Maître intérieur. Il est bon d’affirmer : « J’envoie de bonnes pensées au monde entier. Qu’il soit heureux et béni. » Avant
    d’aborder le travail du jour, affirmez qu’il y a en vous une forme parfaite, divine. « Je suis maintenant comme je le désire. J’ai quotidiennement la vision de mon être magnifique, au point d’en insuffler l’expression à mon corps. Je suis un Enfant divin, et Dieu pourvoit à mes besoins
    maintenant et toujours. »
    Apprenez à être vibrant. Affirmez que l’amour infini
    remplit votre pensée, que sa vie parfaite fait vibrer tout
    votre corps. Faites que tout soit lumineux et splendide La vie des maîtres, Baird Thomas Spalding Page 31 à 34.

    « Un livre unique et particulier : page 21 à 27LA VIE DES MAÎTRES 35 à 39 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :