• Le Tibet et la Haute Spiritualité Himalayenne

     

    lama-karta

    Le Vénérable Lama Karta

     

    Témoignage à son sujet d'une autre personne :

    "

    "J’aurai pu donner ce titre à l’article : Départ d’un Bon lama…

    A l’annonce du décès du Vénérable Lama Karta Rinpoché qui s’est éteint en toute sérénité à 10 h le 23 février 2013, j’ai été pris d’une grande tristesse.

    Son départ pour les champs purs nous rappelle à l’impermanence et nous invite à songer au sens de notre vie… Je vous invite à découvrir pourquoi il m’a enseigné la gentillesse.  

    Lama Karta : une puissante douceur incarnée

    J’ai eu l’occasion de rencontrer Lama Karta à plusieurs reprises, et en particulier au cœur de ma retraite de trois ans, puisque quelques lamas et maîtres sont venus nous rendre une « sainte visite ».

    Sa présence était chargée de « quelques pépites qui enseignent sans mots » :

    Il avait un charisme doté de douceur et de puissance, d’humilité et de noblesse… autant de qualités qui en général ne vont pas de pair en notre culture. Il incarnait, comme de nombreux autres lamas qui ont ponctué mon parcours, ces qualités qui nourrissent et transforment sans que les mots ne soient nécessaires. En cela réside une alchimie magique, une précieuse fibre que mon entendement cartésien ignorait avant la rencontre de ces maîtres authentiques".

     

    Les drapeaux de prières spontanées par le vent jouant avec les couleurs et les tissus pour honorer la Nature et les déités, les bouddhas, les êtres réalisés toujours auprès de nous demeurent et répondent à nos souhaits, se manifestent discrètement au travers de cette image. Par les délicates draperies étendues sur des fils sur les collines et les montagnes. Nous découvrirons le Tibet ancien, le Tibet actuel au travers de documentaires, d'écrits divers édifiants et ce qui découlent des enseignements millénaires bien médités au sein des grottes et habitations dans les montagnes enneigées où se sont perpétués des traditions et surtout une littérature répandue dans le monde, malgré la rigueur des froidures, de la vie dure, les tibétains vivent de spiritualités, de thé et beurre, d'orge. Découvrir leur vie actuelle, malgré le désastre chinois et le génocide, la destruction des temples.

    Sachez, que rien ne pourra détruire les acquis, car le bouddhisme tibétain affiné, provenant du bouddhisme hindous s'est vu répandu dans le monde entier, avec une grande ferveur.

     

    Nous voyagerons avec le Lama Karta Rinpoche, Vénérable boddhisattva, Vénérable Lama où nous nous sommes rencontrés. Je pourrai ainsi vous le faire connaître au travers de l'oeuvre qu'il a laissé et de son voyage au Tibet après des années d'exil. Un voyage très touchant car il a offert tout le fruit de son travail et de ses chants, ses livres. La simplicité de cet être qui a quitté ce monde il y a quelques années à peine. Sa présence reste dans ma vie. Je vous raconterai notre rencontre et son inspiration à dire les mots justes et son silence, sa beauté de par l'émanation de sa présence physique, douce, chaleureuse, illuminée dans son sourire et son regard tranquille comme l'océan de l'équateur reflétant le ciel.

     

     

    S'il est une belle rencontre que je fis : la sienne. Discret, retiré, aimable, simple, tout fut spontané au premier regard. Je pense que nous nous comprenions sans nous parler. La lignée Kagyu, une des quatre lignées tibétaines, est la seule à offrir les enseignements par télépathie et, nous le sommes. Les liens se tissent et se retissent au travers des vies antérieures où l'on s'est rencontré.

    Il a donc donné mon nom  : Karma Samten Tcheu Dreun. Le nom porté a une signification profonde de la réalité spirituelle. Son parcours est aussi particulier en ce monde traversée de vie dense. L'identité spirituelle s'assimile à l'identité réelle.

    Mon parcours m'a fait rencontré des êtres très édifiants, des personnalités connues du monde entier et je n'en retire aucune vanité car, nous sommes ici tellement petits dans ces univers multidimentionnels (ce qui le rend plus vaste).

     

    Il y a tellement à dire sur le Tibet et les Tibétains que j'ai ouvert cette rubrique. Rubrique existant déjà sur l'ancien blog disparu dans les méandres de la toile. Car tout ici disparaît un jour mais quelque part, tout reste comme inscrit dans les étoiles et l'autre dimension surtout en ce qui concerne la Bonté. Ainsi Rinpoché Lama Karta reste dans sa Bonté, vivant dans la béatitude des champs de la Félicité. Voici Lama Karta, son visage, son regard et son sourire.

    Le Tibet et la Haute Spiritualité Himalayenne

     

     J'aime à me souvenir de ses gestes et de ses paroles et toute la douceur émanant de mon bien aimé Lama.

    Lama Karta m'invita à rencontrer le Daïla Lama en mai 1990 s'il me souvient bien du mois de cette année là, au château de Yeuten Ling en Belgique. Une foule immense l'attendait auprès d'une tente dressée en l'honneur de sa visite.

     

    Je retrouve un texte du journal Le Soir daté du 23 avril 1990 et voici ce qu'il est écrit :

    "Le dalaï-lama en touriste à Bruxelles

    A son arrivée lundi matin à Zaventem, le dalaï-lama, chef spirituel et politique des Tibétains et Prix Nobel de la paix 1989, ne trouvera aucune personnalité gouvernementale pour lui souhaiter la bienvenue. La Belgique, à l'instar d'autres pays du monde occidental, continue, malgré le massacre de la place Tien An Men de juin dernier, à vouloir ménager Pékin pour qui le dalaï-lama n'est qu'un «exilé engagé dans des activités visant à saboter l'unité nationale».

     

    Le gouvernement belge n'a pas jugé utile de suivre l'exemple du nouveau président de la Tchécoslovaquie, Vaclav Havel, qui a bravé les Chinois en recevant officiellement, en février dernier, pendant cinq jours, le «moine» Tenzin Gyatso, ou le dalaï-lama, qui est pour les six millions de Tibétains la quatorzième «réincarnation de Bouddha». Pékin avait essayé d'empêcher l'arrivée du dalaï-lama à Bruxelles, même pour une visite privée: «Ce serait un acte inamical à l'égard de la Chine si des officiels ou toute autre personne exerçant une charge ou des personnalités de haut rang d'un pays quelconque recevaient le dalaï-lama»...

    Le leader tibétain, qui vit depuis plus de trente ans en exil (en Inde), est en Belgique pour participer au Parlement européen à l'audition publique sur les violations, par Pékin, des droits de l'homme au Tibet. Il se rendra jeudi à l'Institut tibétain à Huy.

    C'est tout. Un maigre programme pour un «dieu vivant». En somme, la Chine n'est pas l'Afrique du Sud et le dalaï-lama n'est pas Nelson Mandela. Aussi, trente et un ans d'exil ne se comptent pas comme vingt-sept ans de prison et ce qui se passe au Tibet, annexé de force par la Chine, ne se compare pas à ce qui se passe en Afrique du Sud. Pourtant l'oppression, selon le dalaï-lama et d'autres sources, a fait depuis l'entrée au Tibet de l'armée populaire de Mao en 1950 plus d'un million de morts et détruit plus de 6.000 monastères.

    En dépit de la poursuite de la répression à Lhassa, le dalaï-lama refuse toujours de prôner à ses fidèles le recours à la violence. Il a même renoncé implicitement à l'indépendance du Tibet. En juin 1988, il avait en effet proposé lors de sa visite «privée» au Parlement européen de Strasbourg un plan qui ferait du Tibet une «entité démocratique autonome donnant à la Chine» le contrôle des Affaires étrangères et de la Défense.

    Pour la Chine, c'est insuffisant: «Le dalaï-lama n'a pas explicitement reconnu l'appartenance du Tibet au territoire sacré de la Chine». Depuis, il y a eu, en mars 1989, la répression du mouvement séparatiste de Lhassa. En juin, le massacre de la place Tien An Men. En octobre, le pied de nez du jury d'Oslo aux maîtres de Pékin... Et la capitale Lhassa est toujours sous la loi martiale". Article signé de ABED ATTAR.

    Voici le Dalaï Lama et Lama Karta

    Image associée

    Voici de belles photos de Lama Karta au Potala lors de son voyage au Tibet

    Le Tibet et la Haute Spiritualité Himalayenne

     

    Le Tibet et la Haute Spiritualité Himalayenne

    Le Tibet et la Haute Spiritualité Himalayenne

     

      © Colinearcenciel © Karma Samten Tcheu Dreun

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le Yoga de Kalou Rinpoche

     

     

    Voici une très belle vidéo donnant un aperçu d'un des yogas de Kalou Rinpoché. Evidemment, la séance n'est pas complète mais donne un aperçu. Le yoga veille à la santé du corps, de l'esprit, de l'âme.


    votre commentaire
  • Ma rencontre avec Lama Karta

     

    Pratiquante de la méditation depuis des dizaines d'années et ce, de manière instinctive regroupant trois formes de méditation, il m'arrivait aussi de chanter des mantras sans savoir de quelle langue il s'agissait, en obtenant des résultats de ces invocations et cela même en conduisant ma voiture. Ces chants me venaient tout seul et les mots également, transformant parfois ma voix : comme un dialogue entre deux personnes lorsque le chant ne se faisait pas, sans comprendre un seul mot avec mon intellect, je sentais qu'il s'agissait de quelque chose de sérieux. Et c'est à cause de cela que je voulais rencontrer un Lama tibétain. Ainsi, le hasard n'existant pas en certaines démarches, je fus amené à me rendre au château de Yeunten Ling à Huy pour un entretien avec le Lama Karta et son traducteur Franz duquel je garde un si bon souvenir.

    Ainsi, lorsque je me trouvais devant le Lama Karta pour poser ma question, je ne sus que lui dire :"Ma méditation est t'elle bonne ?". Il me répondit simplement :"oui votre (ou "ta") méditation est bonne" en tibétain.

    Aussitôt après cet entretien, il m'invita dans son appartement où il fit du thé et présenta des biscuits que nous mangeâmes tranquillement. Il parlait très bien le français. Nous n'avons que très peu parlé : ce fut comme des retrouvailles, nous nous comprenions sans parler. L'ambiance était sereine, calme et tranquille, souriante et paisible.

    Je fus amenée à devenir sa disciple le jour où il me donna mon nom tibétain en me passant l'écharpe blanche autour du cou avec toujours son fidèle Franz à ses côtés. Karma Samten Tcheu Dreun c'est ainsi qu'il m'appella. Puis, je participais à des séances de mantra tibétain et, il m'était familier de les réciter sans pourtant que ces mots ne ressemblent (sauf prononcé par un autre grand lama avec des sons comme la langue des indiens du dakota où je retrouve ces mots familiers) à la langue dont je recherchais l'origine, celle qui me venait dans les mantras, ou chants spontanés me venant à l'esprit chez moi ou n'importe où lorsque je sentais venir ces paroles. J'aimais bien ces réunions où tout un groupe se rassemblait pour réciter des mantras tibétains. Le rimpoché était souvent en compagnie de Kalou Rimpoché en fin des années 1980.

    Le Lama Karta me fit savoir que le Daïla Lama allait venir en 1990. Il souhaitait que je vienne ce jour là et bien sûr que j'acceptais cette invitation. Je ne connaissais pas grand chose du bouddhisme tibétain mais je l'avais en moi.

    J'étais enceinte de 8 mois lorsque je me rendis à cette fête accueillant le chef spirituel des quatre branches tibétaines dont les kagyupas, la lignée dans laquelle je me trouvais. Ainsi, je vis une grande foule qui se bousculait.

    Je me rendis compte que, quelque soit la religion ou philosophie, j'étais très bousculée car tous voulaient probablement une belle place pour voir le Daïla Lama. Et je fus méchamment bousculée malgré l'enfant que je portais. Néanmoins malgré cette marée humaine assez déchaînée j'arrivais près de la tente dressée pour l'accueil du chef spirituel tibétain. Lama Karta me vit et me fit placer au premier rangt. Le Daïla Lama arriva et, regarda l'assemblée pour commencer son discours.

    Ma rencontre avec Lama Karta

     

    Lama Karta est au centre

    Je me sentais choyée par Lama Karta de toute son attention bienveillante. Les circonstances de ma vie n'ont pas permis de contact constant. Cependant lorsque Kalou Rinpoché quitta ce monde, des recherches se firent pour savoir où il allait renaître en ce monde. Ainsi l'on me posa la question et je répondis qu'il reviendrait vite et je donnais mes impressions à ce sujet. Kalu Rinpoché revient rapidement en effet car sa naissance se situe un mois après la naissance de mon premier enfant en 1990.

    Le lama Karta me fit un cadeau précieux : un bouddha d'une très grande beauté et il me dit qu'il s'en était lui même occupé car il y avait déposé à l'intérieur de la Protection sous une forme que je ne puis révélé. Ce bouddha me suivi partout dans mes voyages et fait le sujet de toute mon attention chaque jour. Je ne m'attendais pas à ce cadeau des plus extraordinaires reçu en cette vie. Lama Karta aurait aimé que je l'accompagne en Indes et dans ses voyages mais la situation que je vivais ne me permettait pas de répondre à sa demande. La situation de ma vie fut ensuite assez bouleversée et je comptais ménager Lama Karta de ces évènements aussi, je ne savais plus le rencontrer mais nous nous parlions au téléphone et par correspondance.

    Sa simplicité lumineuse,sa réalisation l'a fait nommé Rinpoché Lama Karta bodhisattva.

     


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

     

    Mandala réalisé avec des grains de sable Du site  à visiter : http://www.tuxboard.com/tableau-moines-tibetains-grains-de-sable/mandala-moines-tibetains-1/

    Dernièrement, en regardant un documentaire sur les femmes du Tibet, il m'est revenu en mémoire les écrits d'Alexandra David O'Neel. Lors de ses longues marches dans les montagnes himalayennes, elle et son compagnon tibétain, ne mangeait que de la Tsampa et buvait du thé avec du beurre de yak. Cette atlimentation leur suffisait malgré les efforts fournis dans les hivers glacés  parfois à 4.000 mètres d'altitude. De même, ces femmes cultivaient de l'orge et ramassaient à la main, avec très peu d'outils, les brins d'orge dont elles faisaient de gros tas amassés dans des paniers qu'elles portaient sur le dos. S'ensuivait tout le travail de récolte de la farine pour l'hiver entier.

    Les enfants et les vieillards ne consommaient que de l'orge, du Tsampa et du thé au beurre de yak et du lait de chèvre et peu de viande. En hiver, dans la montagne, les tibétains font réserve de viande séchée de yak afin de survivre en se chauffant avec du bois : l'été est une saison très ardue à la tâche afin de préparer toutes les réserves de l'hiver. Ce qui m'a frappé, c'est le peu de diversité dans la nourriture et pourtant, on y voyait des vieillards encore en bonne santé dépassant les 80 ans. Pour aller à l'école, les enfants partaient en début d'hiver, dans la neige traversant des lieux très périlleux pour se rejoindre tous dans un monastère afin d'y poursuivre des études. Certaines fillettes étant destinées à la garde des chèvres ne se rendent pas à l'école et restent au foyer pour aider et soigner leurs vieillards, soutenir la famille. Dans les pâturages l'une d'elle exprimait que les journées étaient longues.


    Ainsi, vivent des hommes et des femmes, loin des civilisations industrielles : leur vie est rude et très modeste. Leurs vêtements toujours colorés, restent toujours dignes et leur vie spirituelle élaborée, vitale, essentielle. C'est ainsi, que je fus fascinée par les écrits et documents extrêmement riches nés dans les montagnes enneigées, par des froids extrêmes, la culture tibétaine a survécu au travers de laborieux travaux et une organisation de vie particuliière leur donnant une résistance fantastique. Ainsi,beaucoup se disciplinairent à des pratiques et usages visant à la survie de leur corps au travers de la rigueur en hautes montagnes, de ces hivers long et glacés. 

    Utilisant l'huile pour s'éclairer et le bois pour se chauffer. L'hiver signifiait beaucoup de silence sinon le vent et les tempêtes hivernales ponctuées de leurs instruments de musiques et de leur mantra : une culture littéraire extrêmement riche et très profonde touchant l'âme. Aujourd'hui, l'Himalaya est touché par les déchets nucléaires que la Chine y dépose et l'extraction de l'uranium qui les intéressaient. La culture tibétaine ne sera jamais erradiquée car, si la source de cette culture est indienne ; ils ont avancé en subtilité dans les connaissances reçues, inspirées et universelles. Les récits d'Alexandra David O'Neel restent extrêmement édifiants et certains de ses écrits touchet au sacré qui vit en nous afin de nous remémorrer ce que notre intellect a oublié c'est à dire notre identité profonde. 

    TIBET PRECIEUX

    Tsampa

    TIBET PRECIEUX

     

    Thé au beurre tibétain

    TIBET PRECIEUX

    Femme tibétaine

    Alexandra David O'Neel

    TIBET PRECIEUX

    TIBET PRECIEUX

    Elle fut, en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont les journaux se firent l'écho un an plus tard et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition. l'une des premières européennes à entrer dans l'univers tibétain en tant qu'exploratrice. De nombreux ouvrages écrits de sa main, racontent ses voyages orientaux.

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Habillée du costume du Lama en 1933

    TIBET PRECIEUX

     Lachen Gomchen Rinpoché, né en 1867 à Namok dans le Sikkim) il vécut jusque 1947.

    Aussi appelé le Gomchen de Lachen, supérieur du monastère de Lachen, Ngawangt Kunzang Richen est un lama nyingmapa qui fut le maître spirituel d'Alexandra David-Neel en 1915. Il fut aussi un des grands maîtres rencontrés par Marco Pallis en 1936. En 1937, Anagarika Govinda le rencontra au Sikkim.

    TIBET PRECIEUX

    Lama Govinda au centre.

     L’Arya Maitreya Mandala avait été fondé 1933 à Darjeeling  par un Allemand, Ernst Lothar Hoffmann, plus connu sous le nom de Lama Anagarika Govinda. Il avait reçu l’ordination du Bouddhisme theravada à Ceylan, avant de parcourir l’Himalaya et d’adhérer au bouddhisme tibétain pour lequel il avait des préjugés l'estimant à priori diabolique. Govinda (1898-1985) s’installe à Almora en Inde du Nord où il vit pendant trois décennies. Dans les années 1960, il commence à voyager dans le monde et à donner des conférences sur le bouddhisme et l’Arya Maitreya Mandala. En Allemagne une extension de l'Arya Maitreya Mandala a été implantée en 1952 par Hans Ulrich Rieker, en Hongrie en 1953 par Ernö Hetényi. Lama Anagarika Govinda nomma Karl-Heinz Gottmann, Armin Gottmann, Robert Janssen et Volker Zotz ses régents Vajra, fonction traditionnelle qui confère la responsabilité de poursuivre la tâche d'enseignement léguée par le maître.

    Il fit un pèlerinage au mont Kailash au Tibet en 1932. Après la fondation de son ordre en 1933, il vécut durant trois décennies une vie d’ermite à Crank's Ridge, près d’Almora en Inde du nord. Puis, il a entrepris des voyages dans les régions les plus éloignés du Tibet, réalisant un grand nombre de tableaux, dessins et photographies. En 1937, il rencontra Lachen Gomchen Rinpoché au Sikkim. Il a décrit ses voyages dans son livre Le Chemin des nuages blancs.

    Le 14ème Dalai Lama: « Anagarika Govinda a beaucoup fait pour créer avec des gens de l'Ouest ont un intérêt pour la culture et la religion du Tibet et de promouvoir. » (Sur son 75ème anniversaire en 1973)

    K. C. Ayang Rinpoché: « Lama Govinda avait une grande connaissance de la culture tibétaine et le bouddhisme tibétain, il était un pratiquant accompli et atteignit la réalisation profonde » .

    Luise Rinser: « Je ne savais pas qui était ce Govinda, mais ses réponses étaient ceux qui (bien que je suis catholique et j'ai beaucoup étudié la  théologie) : il m'a donné la plus profonde impression, avec des réponses qui me correspondaient comme si elles venaient de moi lui-même... Son langage et la méthode sous-jacente de la pensée étaient européens. avec cette méthode, il peut  rapprocher les européens de l'Est contenu le plus dur sans simplifier illégalement et sans diluer les secrets profonds à une simple «philosophie de vie».

    Anagarika Govinda, qui a été naturalisé sous ce nom en Inde, était le fils d'un père allemand et d'une mère bolivienne le 17 mai 1898 à Waldheim en Saxe au monde. Son nom de naissance était Ernst Lothar Hoffmann.
    Il a travaillé à travers des études de littérature intensives des religions du monde bouddhisme et le christianisme. Le résultat de ce début conflit est apparu en 1920 à Leipzig sous forme de livre comme les idées de base du bouddhisme et sa relation à l'idée de Dieu.
    Pour accéder directement aux anciens textes bouddhistes, il a appris la langue Pali dans l'auto-étude.
     
    Pendant la Première Guerre mondiale, en tant que soldat, il a contracté la tuberculose. Après la sortie du  sanatorium, il a étudié la philosophie à l'Université de Fribourg, mais a renoncé à cela pour vivre comme un artiste. Dans la colonie d'artistes internationale sur Capri, il s'installe en tant que peintre et poète. En plus de nombreuses peintures de paysages et peintures abstraites  et de poèmes il fait éditer  Rythmiques Aphorismes (1926) et Des pensées et des visions (1927).
    En 1928, il se rendit à l'île de Ceylan (aujourd'hui le Sri Lanka) pour devenir moine bouddhiste. Mais  il a abandonné cette voie et a vécu depuis lors comme « Anagarika », littéralement « Maison Loser ». Dans l'ordination correspondante il fut, à Ceylan, le premier moine bouddhiste allemand Nyanatiloka le nom Govinda.
    Anagarika Govinda opérationnel jusqu'en 1932 créa et développa une « Union internationale bouddhiste », dans laquelle il voulait effectuer des organisations bouddhistes d'Asie et d'Europe. 
     
    De 1931-1937, il a travaillé comme chargé de cours dans les universités indiennes.
     
    À l'Université Vishva Bharati, il est entré en contact étroit avec son fondateur, le lauréat du prix Nobel Rabindranath Tagore (1861-1941).
    Il fit de nombreuses conférences sont apparus sur la psychologie bouddhiste à l'Université de Patna en 1939 comme l'attitude psychologique de la philosophie bouddhiste précoce.
    Suite à une conférence des bouddhistes indiens à Darjeeling,  Govinda resta assis pendant une longue tempête de plusieurs jours au monastère tibétain Yiga Choling. Cela a conduit à sa rencontre avec les savants et mystiques Lama Ngawang Kalzang (1866-1936), qui était aussi connu sous le nom de Tomo Guéshé Rinpoché et fut évalué comme un maître exceptionnel du bouddhisme tibétain de l'école Gelugpa. Govinda est devenu un disciple de Ngawang Kalzangs, qui lui a donné les réflexions suivantes comme base du chemin spirituel dans sa première instruction:
    " Plus notre propre imperfection est grande, plus nous sommes enclins à voir les erreurs des autres, tandis que ceux qui ont acquis une compréhension plus profonde, peuvent voir à travers cette erreur  la vraie nature des autres êtres". A remarquer que dans d'autres enseignements spirituel, il est dit :"Ne voir le mal en rien".... Ce qui pourrait ne pas être une bonne base et contradictoirement, ceux qui mesurent le mal fait et les dommages seraient une faculté justement élevée : le discernement étant la qualité du sage.
     
    "Tant que nous jugeons penser à d'autres et regarder vers le bas sur le monde, nous ne pouvons faire aucun progrès réel. mais dès que nous arrivons à la prise de conscience que nous vivons exactement le monde que nous méritons, nous sommes les erreurs des autres que notre propre sensation - même si elles se produisent sous une forme différente que nous en apparence, il est de notre propre travail que nous vivons dans ce monde imparfait, car cela est le sens ultime de notre propre création. Seule une telle attitude peut nous aider à vaincre nos difficultés, parce que remplacer la négation stérile par l'impulsion positive vers la perfection, ce qui non seulement nous rend digne d'un monde meilleur, mais nous sommes partie prenantes de la création".
     
     

     

    A la découverte du Tibet et de l'Himalaya et des enseignements du bouddhisme tibétain

               ©Colinearcenciel ayant pris refuge avec Rimpoche Lama Karta boddhisattva qui lui donna le                  nom de Karma  Samten Tcheu Dreun en 1989 ou 1988. Cela fera 30 ans. Lama Karta se                   trouve au ilieu le bras droit levé.

    TIBET PRECIEUX

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique