• SOUHAITS POUR 2018

    Bonjour, Je souhaite à tous mes amis et lecteurs de Grands Voeux pour l'Année Nouvelle 2018. Surtout la Santé et la Paix dans votre vie. La prospérité et le bien être intérieur, l'épanouissement. De l'amour et de l'amitié et du bonheur tout simplement.

    Loin de vous toutes malveillances, discernez afin de garder l'équilibre sur "votre bicyclette" et, veillez bien sur vous. Profitons de la Bienveillance et celle que l'on s'accorde quant on a le devoir de tant faire pour autrui dans certaines tâches ou circonstances et, tout au long de la vie.

    SOUHAITS POUR 2018

     

     

     

    Certains d'entre vous me demandaient des nouvelles d'un de mes enfants. Celle ci est toujours malade et l'on n'a pas encore de traitement sinon au niveau de l'alimentation stricte qui permet une qualité de vie meilleure pour elle mais peu tout de même : fort heureusement, elle garde le moral.

    Elle ne sait plus chanter comme avant et ne chante presque plus, ne sait plus utiliser ses mains comme avant bien que ses mains soient restées belles  : le violon ni autres instruments, ce n'est plus possible, elle qui aurait tant aimé chanté de l'opéra et qui en avait les capacités et l'oreille absolue. Lorsqu'elle le peut, elle écrit et dessine : ses dessins sont remarquables d'originalité ; ses petites textes aussi très symboliques.

    De ce fait, sa dépendance me prend beaucoup de temps mais j'ai décidé et surtout trouvé un moyen de reprendre le clavier tout récemment. Ayant perdu, depuis huit année déjà qu'elle est tombée malade, mon niveau acquis, je redémarre au clavier, sur mon piano tout doucettement avec des petites oeuvres. Et donc, certains rubriques ne serons plus complétées mais l'une passe dans d'autres mains sur un autre site dont je vous passerai le lien si ce domaine vous passionne. Au fond tout ce qui n'a pas trait à l'art et l'écriture de beaux textes, passerons ailleurs bien que les rubriques existantes resterons : c'est un choix afin d'avoir ce temps dont j'ai besoin pour reprendre cette respiration au travers d'une détente et une résilience jamais possible du temps de l'Académie où le climat humain était néfaste pour moi et mes proches qui en ont souffert.

    Je ne donnerai aucune source de la manière dont je vais reprendre cette étude. Maintenant, je suis pensionnée ce qui est un statut plus "honorable" selon les critères des "imbéciles heureux" excusez du terme mais c'est bien la réalité de ces vaniteux qui mangent le bonheur d'autrui.

    Les groupes sectaires de cette partie du pays où règnent les clans m'aura marqué et j'ai failli y perdre mon sourire après avoir tant et tant souffert et m'être battue pour une cause honorable et ils ne m'auront qu'en surface ôté ma dignité. J'espère un jour que la honte les couvrira du mal qu'ils ont fait car personne n'est épargné par les épreuves mais pour moi c'est une affaire classée, la porte s'est refermée sur ce chapitre douloureux de notre vie où la résilience n'a pas pu se faire complètement à cause de la vilenie d'une mauvaise langue qui n'a fait que mentir appuyée par un fils prétentieux qui ne fonctionnent que par relations voyez vous. Et même s'il y a du "talent relatif" pour moi, non accompagnée d'une belle âme, je n'écouterai pas les musiciens à ce point corrompus et laids d'avoir écarté, pour leur plaisir et se faire remarquer, avoir la main en somme, ce qui est ridicule et vaniteux, "des" personnes, car je ne fus pas la seule, du plaisir d'apprendre la musique. La discrimination eut son mot à dire. Le racisme existe mais la discrimination entre personnes de même peau existe aussi et surtout les préjugés si difficiles à ôter.

    Ceci dit, la vie n'est pas facile pour moi. Pas de relai, cette maladie est compliquée et demande de l'attention. Je ne relâche pas cette attention et je la donne à un ange, à quelqu'un qui n'a jamais fait de tort à quiconque, une innocente qui aura tant souffert et échappé plusieurs fois à la mort et les médecins en sont étonnés car, dans notre pays, elle est la seule survivante. Mais cette piqûre reçue n 2009 a été le déclencheur de cette fichue maladie pour laquelle on ne sait pas réclamer quoi que ce soit comme dommage, c'est peine perdue ou plutôt gagnée : qui croit encore en la "justice" ?

    Nous allons de l'avant et des recherches importantes sont en cours pour tenter de sortir des personnes dans ce pays d'une situation pareille. Nous restons priantes (dans notre petit coin chacune) et, confiantes dans la Providence même si nous ne pratiquons aucune religion sauf celle déjà imprimée dans notre coeur. C'est ainsi.

    Je découvre l'héroïsme d'une jeune personne, son courage et sa douceur malgré les fortes douleurs où elle me ménage et se ménage en restant dans le calme de "sa prison" dit elle (sa chambre) qu'elle arrive à quitter plus souvent grâce aux quelques soins qu'on sait lui prodiguer (les personnes soignantes et moi même). Cette piqûre est arrivée lors de ses presque dix sept ans et dès ce jour, elle fut malade et de plus en plus malade. Une piqûre faite en intraveineuse au lieu d'intramusculaire : est ce bien un vaccin qu'on lui a administré ? ou un poison subtilisé, échangé à notre insu ? Nous avons un doute.

    Il paraît qu'on nous en voulait, on ne sait pourquoi et que tout cela était voulu m'a t'on fait savoir... Eh oui,... On fait son devoir dans un pays démocratique et l'on s'aperçoit que de victimes l'on devient accusées et que tout un clientélisme se met en route pour vous vider et tenter de vous détruire. Mais Dieu nous aime Lui ! Et contre cela que peuvent ils faire ?

    Cette Lumière leur fait si mal qu'ils crachent leur venin, c'est ainsi dans ce monde de l'innocence... ce monde des apparences tellement trompeuses. Cela me fait du bien d'écrire mes pensées. Bien que je ne les dise pas toutes.

    Simplement au travers de ces années, nous avons connu dans le malheur et la misère, des lueurs aussi vives que les plaies et tellement concrètes qu'elles nous ont donné du courage à rester ici et à surmonter à force de persévérance offerte par ce que l'on appelle des états de grâce car, il n'y a pas d'autres termes pour expliquer les faits. Je les introduirai sous une forme ou une autre mais pas ici. Pour ceux qui me suivent depuis déjà depuis pas mal de temps, vous savez que tout n'est pas à dire publiquement.

    C'est peut être pour cela que j'aime les histoires fantastiques qui ne semblent pas réelles.

    Avec le recul, j'ai réécouté des compositions faites il y a déjà quelques années bien qu'il y ait eu depuis quelques arrangements, du DJ, et un peu d'écriture. Mais en 2006 j'étais bien partie avec certaines compositions reçues en dictée directe par le son en mon esprit je les entendais et le solfège me servira bien encore à pouvoir traduire par écrit ce qui fut et sera entendu.

    Donc, le recul m'a fait reconnaître de l'incomplet ou des petites musiques pourtant volées sur internet et vendues aux Bahamas et à Los Angeles par milliers sous formes de mp3 subtilisés sur youtube (les goûts et les couleurs ne se discutent pas dit on et les vols sont courants sur internet : ce sont les moeurs d'aujourd'hui : on ment , on vole, on détruit et tout est "normal").

    Pour certaines compositions, avec le recul, j'ai compris des erreurs importantes d'incomplétudes et par ailleurs, d'autres me semblent totalement complètes, surtout les "écoutées" et "reçues". Au vu, de cette possibilité, je vais donc plus revenir à ce qui était initial dans cet espace c'est à dire la musique car j'y consacrerai sur le plan pratique plus de temps enfin !. A la grâce de Dieu.

    Car la grâce vient de la Nature issue du Tout.

    Nous, les pauvres petites gens, mis à part et de ce fait devenu frileux aux contacts  dits "humains" pour tout ce que j'y ai vu de laid, mon ouïe étant si fine jusqu'à entendre les pensées, il a fallu beaucoup de courage pour persévérer. Mais il y avait une raison à cela et la seule raison à cela, sont de petites oeuvres entendues et inspirées pour lesquelles il me suffisait d'écouter et d'écrire et celle là sont totalement cohérentes et je les mettrai en exergue car, depuis, le logiciel d'écriture fournit un meilleurs son. Jamais je ne voudrai qu'elles soient interprétées devant moi par des musiciens car tous maintenant outre  les exceptions qui confirment la règle, représentent pour moi la vanité, la prétention et le mensonge.  Tout comme, le compositeur que cette femme a choisi de me comparer c'est à dire Robert Schumann pour me faire savoir que je finirai folle comme lui !

    Mais, je ne connaissais pas son histoire et je l'ai apprise grâce à un médecin de Bretagne qui aime, tout comme moi Beethoven (Ludwig von), un homme très érudit en la matière et en d'autres matières. Et de ce fait, je fus étonnée du calvaire moral que vécu Robert avec Clara entraînée dans le sillage d'un "ami" Johannes Brahms qui n'eût aucun scrupule à s'introduire dans l'intimité du couple, s'occupant plus de Clara et délaissant "son ami" Robert.

    La dégradation de sa relation avec Clara l'affecta au point qu'il en fut malade et termina, après une tentative de suicide de sa part, en asile psychiâtrique ; Clara qui savait pertinemment qu'il avait cette phobie des asiles l'y a laissé sans le visiter ce qui pouvait être salutaire à sa santé mais en réalité, elle qui interprétait si bien et semblait avoir un succès de femme séductrice sous des apparences de sainte nitouche, eût cette lâcheté de le laisser mourir et, lorsque l'on sait ce qu'étaient les asiles à l'époque, rien ne pouvait justifier une telle cruauté de la part d'une femme musicienne certes mais impitoyable quant au sort du père de ses propres enfants, isolé de tous ses proches et amis y compris le traître opportuniste que fut le musicien dont il fut question plus haut. Outre l'admiration que j'ai pour certaines mélodies de Brahms ; depuis que j'ai appris ces faits, mon admiration a réellement été largement affaiblie. Schumann ne connut pas le dernier de ses enfants, si bien qu'il me semble douter qu'il en soit réellement le père au vu des prémices à la souffrance de Robert.

    Sachant à quel point, des bigottes ou femmes semblant sobres et sages peuvent être plus "putains" et porter sous leurs robes austères des frivolités, que d'autres maquillées et coquettes voire excentriques vivent d'une âme pure et fidèle à leur amour sérieusement, profondément attachées, résistant aux attraits de certains séducteurs et opportunistes et ne sachant pas mentir et tromper l'homme épousé par amour. La vie de couple si l'un est faible peut tourner au cauchemar et si de plus, la tendance est au mensonge sans scrupule aucun et sans remise en question, un homme peut être détruit ou une femme.

    Ainsi l'amour entre deux êtres est une chose sérieuse à protéger. Les tentations multiples ne sont que pièges à éviter et si l'un faillit, la ruine se dessine à l'horizon provoquant aussi des faillites matérielles incontournables mais aussi le dépérissement de l'être qui soit disant était "aimé". Ainsi la légèreté traîtresse provoque tant de malheur. Et s'il arrive de faillir à la chair, ce n'est point péché mortel selon les termes religieux ; il est des circonstances qui provoquent "des accidents" à éviter car dangereux pour la continuité du couple, "accident de parcours" (éloignement géographique ou autres épreuves)  mais si l'amour est puissant et fort, valeureux et nourrit ainsi que le respect, "l'accident" se répare comme un os cassé se reconstruisant. Je ne suis certainement pas assez érudite en ce sens.

    L'injustice et la défaite en amour humilie et la cruauté ajoutée est donc bien mortelle. Comme juger dans ce cas de la folie de Robert Schumann ?

    Au cours de ma vie, j'ai rencontré beaucoup de personne car on me disait que j'avais un don à consoler. Et, bien souvent constaté que l'alcool ingurgitée avec excès vient aussi du mensonge ressenti inconsciemment et refusé d'être admis et la consolation se puise dans ces élixirs provoquant des troubles de dépendance grave.

    L'humiliation venue de l'être le plus chéri et la trahison insensée dont il fut l'objet ainsi que la brutalité morale à l'abandonner dans le moment où il en avait le plus besoin. Bien sûr qu'il perdait ses moyens lorsqu'on le voit souffrir de lombalgie, il avait trop à porter, déjà des prémices. Et sa difficulté à s'exprimer oralement dénote  que déjà, au cours de son enfance et de sa jeunesse il eut certainement eut à souffrir de par une défaillance affective parentale. Et si son tempérament était schizoïde ; il n'est aucun danger et rien à comparer avec la schizophrénie. Le désespoir, nous pouvons le connaître au point de vouloir en finir. Si rien ou personne, ni même la providence ne se manifeste, comment résister à une réelle tentative. A cette époque où il n'était pas facile de se procurer une médication permettant d'adoucir les chocs émotionnels.

    Johannes Brahms alla le visiter à peine et surtout Clara et cela dura trop de temps.

    Robert Schumann avait tant donné au niveau musical d'ailleurs Clara porte son nom et non le sien. Sans Robert, parlerait on d'elle aujourd'hui ? Non.

    Ainsi, les gens, et même les musiciens, souhaitent travestir les histoires et traiter de fou Robert Schumann et, le raconte aux élèves Bien souvent, ils se moquent des affaires sentimentales tournant en dérision et sans respect pour les oeuvres pourtant jouées encore aujourd'hui, ces mélodies tellement belles et si bien tournées. Un homme perdant la raison pouvait il devenir fou au point d'être "incarcérer" dans un asile ? N'y avait il pas là des intérêts autres que de s'abandonner aux bras de l'amant ou d'autres amants : il fallait se débarrasser de lui. Ainsi, un magnifique compositeur se mourrait d'amour brisé et de déception dans un asile où il fut maintenu de la volonté même de "sa" Clara.

    En effet, il est des êtres qui se meurent d'amour et se braquent toute leur vie à vouloir retrouver un amour perdu sans vouloir admettre la trahison et ne pouvant trouver de consolation réelle comme ahuri et non éclairé par la teneur de la cruauté dont ils font l'objet. Heureux celui qui trouve secours en cet Ailleurs Vivant où l'Amour règne en maître sans jamais décevoir.

    "La Nature est là qui t'invite et qui t'aime" disait Lamartine.

    Qu'il est bon de ne plus attendre d'être aimé pour se sentir vivre lorsque l'on a apprit par la force des événements beaucoup d'êtres ne savent pas vous aimer vraiment et commanditent votre calvaire et votre crucifixion. "La Nature est là qui t'invite et qui t'Aime" reste certainement l'un des messages les plus précieux laissé par Alphonse de Lamartine.

    A bientôt.

    Coline 

     

     

    Mon coeur est au repos, mon âme est en silence

    Alphonse de Lamartine

    SOUHAITS POUR 2018

     

     

    « La divulgation a commencé : LA LUNE et SATURNELe pouvoir des Maîtres canalisés dans une petite fille guérissant une aveugle »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :