• Pour un temps défini

    Les ailes de la liberté

     

    J'ai les allures d'un homme ou d'une femme.

    Pourtant je ne suis pas ordinaire.

    Aucune livre ne m'a apprit ce que je savais.

    Ce que je sais est venu du Ciel lorsque je commençais à peine à marcher.

    Mes parents, ma famille n'était pas dévotionnel.

    Il participait à une religion de manière superficielle, pour les fêtes principales, simplement.

    Mon père disait croire à cet institution où un homme représentait ce Dieu qui était venu sur terre il y a deux mille ans.

    C'était plus une question de principe. Il avait du respect pour les religieux. Mais avant tout il préférait les beautés de ce monde. Lui seul savait qu'il y avait chez moi quelque chose de différent.

    Je disais des choses qui n'étaient pas de mon âge et qui paraissait étrange, des petites phrases très opportunes annonçant ce qui pouvait être innattendu.

    Lorsque j'arrivai près de la trentaine, je lui ai parlé de ces dons que la Nature m'avait donné à mo père avec quelques mots seulement. Et  il me répondit qu'il le savait depuis toujours.

    Ainsi, je voyageais entre terre et ciel durant toute mon enfance et ma jeunesse et encore aujourd'hui.

    J'observais tout, petit(e) d'un regard lucide. Si proches étaient mes proches, ils étaient scrutés dans leur âme et leur comportement.

    J'eu cette révélation venant du ciel de cet Être immense enveloppant toute la Nature et la vie, avec une Tendresse et un Amour dont je fus enveloppée. Et je fus saisie de cette Vérité.

    Ainsi, plus tard, vers l'âge de six ans, lorsque je dû me soumettre à des rituels de cette religion, je le fis par obéissance et le mieux possible mais je pleurai devant un crucifix d'un homme ensanglanté car il ne représentait pas ce que j'avais vécu et tout ce qui était exprimé ne pouvait en aucun cas être une réalité, celle que dont j'avais été imprégnée et comblée quelques années auparavant. Ainsi, je ne pus adhérer mais, je me devais d'être respectueuse des règles que m'imposaient mes parents avec une bonne volonté.

    Leur vie mondaine me semblait des plus superficielles mais nous fûmes élevés dans le confort. J'étais le seul enfant à partir dans ces choses spirituelles dont je ne pouvais rien partager car, mes visions et mes contacts avec les mondes de beauté,les dialogues dépassaient leur entendement ainsi que mon sens de la justice et des valeurs.

    Ainsi, il fut une période, où je voulus quitter ce monde et où je me sentis inutile et impuissante à tous ce qui se déroulait de tellement triste et lamentable.

    L'autorité était importante. Mon apparence fragile, et on m'avait appris à obéir et à suivre des règles de conduite.  Je ne fus pas conditionnée : comment l'aurai je pu tellement puissantes étaient ces forces et ces êtres qui s'adressaient à moi seule, dans le secret.

    Ainsi, je ne parlais de cela à personne. A l'époque, l'on m'aurait emmené chez un psychiâtre bien que mon père disait des psychiâtres et des psychologues qu'ils étaient plus fous que les fous  : il s'en méfiait.

    Vers l'âge de vingt ans, certains jeunes me trouvaient étranges et me demandaient : "qui es tu ?"et je répondais : "Je suis une âme errante" tout en sachant que j'étais avant tout une âme mais je n'errais pas. Je me demandais ce que je faisais ici sur cette planète.

    Il me suffisait de si peu pour que remonte en mon esprit, ma conscience, le message de mon âme et de mes contacts et surtout un contact qui me sauva la vie plusieurs fois.

    Je ne puis raconter la suite. Mon destin a pu montré certains de ces aspects mais il est de mon devoir de rester dans l'ombre afin de travailler, méditer et garder le lien, l'union, car c'est ainsi que les choses doivent se passer.

     

    Anonyme en ce monde, je ne suis pas d'ici. Je ne suis que de passage pour un temps défini. Il n'est pas étonnant pour les hommes et les femmes de cette planète de souvent y pleurer.  Qu'ils sachent cependant qu'ils ne sont pas seuls et dans ce sens il a été dit :"cherchez et vous trouverez" "Frappez et l'on vous ouvrira". Mettez toute votre ferveur en place et méfiez vous des faux gourous. La puissance divine dépasse tout entendement. Appellez et l'on vous ouvrira et de même ouvrez la porte de votre coeur à la Bonté divine et à la Création divine.

    "la Nature est là qui t"invite et qui t'aime" comme l'a si bien exprimé

    Alphonse de Lamartine.

    Pour un temps défini

     

     

     

     

    « Le noeud du coeur libéréLe Recueil d'Arcangelo Corelli »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :