• PAGE 1395 - 1394 - 1393 -1492 - 1491

    LIFE IS LIFE - LAIBACH  (MUSIQUE DE FILM)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:15

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, LIFE IS LIFE - LAIBACH

         

       LIFE IS LIFE

               

                 

                    LAIBACH

     

    Laibach est un groupe de musique industrielle slovène. C'est l'un des premiers groupes de ce genre musical à avoir atteint une renommée internationale, à l'instar de Ministry. Il doivent notamment leur succès à une reprise de Life is life de Opus, parue sur l'album Opus Dei, publié par le label Mute, mais leur renommée dans le milieu industriel remonte à leurs débuts.

    Il est impossible de comprendre ce groupe sans tenir compte de l'histoire de la Yougoslavie et de l'Europe en général. Ce groupe est la version intellectualisée et conceptualisée de Test Dept. Son image de marque est la création d'albums hautement conceptuels mêlant subtilement subversion, idéologie et poésie. Avec l'album Opus Dei sorti en 1986, on est peut-être dans la quintessence de l'expression industrielle : Réussir à démontrer quelles sont les techniques de contrôle de notre monde en parodiant des hymnes populaires des groupes Yes ou Queen révélant le contenu idéologique et totalisant implicite de ces chansons et en s'en moquant en les comparant à des marches militaires. C'est la naissance du mythe Laibach à l'ouest et aussi de la guerre menée contre ce groupe et ses protagonistes depuis.

    Aujourd'hui le groupe se fait plus rare et est devenu une sorte de référence incontournable. On notera que Laibach est l'entité la plus connue d'une nébuleuse d'artistes slovènes rassemblée sous le nom générique de NSK (Neue Slowenische Kunst) qui comprend théâtre (Noordung), musique (Laibach), peinture (Irwin), affiches/propagande (NK), philosophie (department of pure and practical philosophy).

     
    lien permanent

    PADMASAMBHAVA - LA VUE JUSTE (UNIVERS MYSTIQUE)posté le vendredi 10 octobre 2014 14:55

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, PADMASAMBHAVA - LA VUE JUSTE

       

     

    PADMASAMBHAVA

     

         Padmasambhava 

    C'est un de mes bouddhas préférés

    bouddha

    Vufausse, vue juste, vue parfaite

     

    Dans le bouddhisme, il n'existe pas de chose telle que la philosophie. En fait, dans les langues indiennes, en incluant le sanskrit et le pali (les langues des Écritures bouddhiques indiennes), il n'y a pas de mot correspondant à « philosophie », que ce soit littéralement ou métaphoriquement. Il y a un mot qui a longtemps été traduit par « philosophie », mais qui ne veut pas du tout dire cela. Ce mot est darsana (en pali : dassana). Darsana vient d'un mot signifiant « voir », et signifie « ce qui est vu », ou « vue », « perspective », ou même « vision ».

    Clairement, ce n'est pas la même chose que la philosophie. Le mot philosophie signifie littéralement « amour de la sagesse ». En revanche, le darsana est bien une question de perception directe et d'expérience directe : le dar²ana ne représente pas quelque chose ayant un contenu conceptuel.

    Dans le bouddhisme, le terme n'est pas darsana, mais drsti. Drsti vient aussi d'une racine signifiant simplement « voir », et drsti signifie aussi « vue », « perspective », « vision ». Traditionnellement, le bouddhisme distingue deux sortes de vue : la vue juste et la vue fausse. C'est une distinction importante. Afin de comprendre la distinction entre les deux, examinons la question de la vue dans le sens littéral, parce qu'une vue, qu'elle soit fausse ou juste, est, métaphoriquement parlant, une façon de « voir ».

    On peut dire qu'il y a deux sortes de vue : la mauvaise et la bonne. Une mauvaise vue est tout d'abord une vue faible. Notre vue est dite faible si nous ne voyons pas très loin ou pas très distinctement. Deuxièmement, une mauvaise vue est limitée. Elle est limitée à un champ très étroit. Nous ne voyons que ce qui est juste devant notre nez. Nous ne voyons pas ce qui est d'un côté ou de l'autre, et nous voyons encore moins tout autour de nous. Troisièmement, une mauvaise vue est déformante, comme lorsque nous voyons à travers une chose qui déforme : un morceau de verre de bouteille, un vitrail qui rend tout multicolore, ou un épais brouillard. Une vue qui est faible, limitée et déformante est une mauvaise vue.

    Une bonne vue est l'opposé de cela. Une bonne vue est une vue qui est forte : nous voyons loin et clairement. C'est une vue qui n'est pas étroite : nous avons un large champ de vision. C'est une vue qui n'est pas déformante : nous ne voyons pas les choses à travers un objet déformant ou réfractant, mais nous les voyons directement.

    Les facteurs de la vue fausse

    À l'aide de cette distinction entre bonne et mauvaise vue, dans un sens très ordinaire, nous pouvons peut-être commencer à voir la différence entre vue fausse et vue juste. Une vue fausse est, pour commencer, une vue faible. Nous voulons dire qu'elle n'a pas d'énergie derrière elle. S'il n'y a pas d'énergie derrière notre vision, alors notre « vue pénétrante » des choses est faible ; nous ne voyons pas clairement la véritable nature des choses ; nous ne voyons pas les choses telles qu'elles sont. L'énergie dont nous avons besoin provient de la méditation - la méditation dans le sens de l'expérience de dhyana. Cette énergie concentrée, que nous puisons dans notre expérience de la méditation, transforme une compréhension purement conceptuelle de la vérité en expérience directe.

    Deuxièmement, une vue fausse est limitée. Elle est limitée à une étroite gamme d'expérience. Cette gamme est ce dont nous faisons l'expérience à travers les cinq sens physiques et l'esprit rationnel. Quelqu'un dont l'expérience est limitée à cette gamme étroite généralise néanmoins souvent, et en tire des conclusions, sans être conscient d'autres possibilités de perception et d'expérience. On pourrait donner l'exemple d'un homme qui ne s'intéresse qu'à son travail, à sa famille, aux paris sur le football, et ainsi de suite. Cela fait le tour de ses intérêts. Il ne porte aucun intérêt aux affaires du monde, à l'art, à son développement personnel. Son expérience est donc limitée, et cependant il voit l'existence elle-même, la vie elle-même, simplement dans les termes des limites de son existence.

    Troisièmement, une vue fausse est déformée. Notre vue des choses peut être déformée de toutes sortes de façons. Elle peut être déformée par l'émotion. Quand nous sommes heureux nous voyons les choses sous un jour très différent du jour sous lequel nous les voyons quand nous sommes tristes. Si nous n'aimons pas une personne, nous lui voyons toutes sortes de défauts, alors que si nous aimons une personne, nous lui voyons tout un tas de perfections qu'en fait elle n'a peut-être pas. Notre vue est aussi déformée par des préjugés de diverses sortes, liés à la race, à la classe, à la religion ou à la nationalité.

    Une vue fausse est donc une vue qui est faible (elle n'a pas derrière elle la force de la méditation), qui est limitée (elle est restreinte à une étroite gamme d'expérience), et qui est déformée (par des émotions partiales et par des préjugés).

    Les facteurs de la vue juste

    Une vue juste est l'opposé d'une vue fausse. Une vue juste est une vue qui est forte et puissante. Elle a derrière elle l'énergie concentrée de la méditation et est donc à l'origine non seulement d'une compréhension conceptuelle des choses, mais aussi d'une expérience directe de la vérité. Elle ne reste pas à la surface, mais pénètre profondément dans le cœur des choses. Elle voit tout clairement et distinctement. Une vue juste est illimitée et sans restriction. Son champ couvre la totalité de l'expérience humaine. Elle n'est pas confinée à ce dont on peut faire l'expérience au travers des sens physiques et de l'esprit rationnel. S'il lui arrive de généraliser, elle généralise à partir de toutes les expériences humaines, dans tous les domaines, à tous les niveaux. Enfin, une vue juste n'est pas déformée. Elle n'est pas déformée par l'émotion ou les préjugés, mais voit les choses telles qu'elles sont.

    Jusqu'à présent j'ai parlé en termes de vues, mais les vues n'existent pas dans l'abstrait : les vues sont toujours les vues de quelqu'un. Tout comme il y a deux sortes de vues, les vues fausses et les vues justes, il y a deux sortes de gens. Il y a des gens qui ont des vues fausses et il y a des gens qui ont des vues justes. Il y a des gens dont la vue de l'existence est limitée, restreinte et déformée. Il y a des gens dont la vue de l'existence est illimitée dans son étendue, sans restriction dans sa portée, et sans aucune déformation.

    Les gens qui ont des vues fausses sont techniquement connus dans le bouddhisme comme prthagjanas, ou « gens ordinaires » ; ceux qui ont des vues justes sont appelés aryas, ou « spirituellement nobles ». Nous pourrions dire que les premiers sont ceux qui n'ont aucun degré de développement personnel, qui n'ont pas du tout travaillé sur eux-mêmes et qui sont, si l'on peut dire, tels que la nature les a faits. Les seconds sont ceux qui ont atteint un certain degré de développement personnel, qui ont travaillé sur eux-mêmes, et qui ne sont pas comme la nature les a faits : ils se sont re-faits, re-créés, re-modelés, dans une certaine mesure au moins.

    Les « gens ordinaires » sont bien sûr en majorité ; les « spirituellement nobles » sont en minorité. Il est cependant possible de changer de catégorie. Les prthagjanas peuvent devenir les aryas. La personne ordinaire peut devenir une des personnes « spirituellement nobles ». On fait cela en développant la prise de conscience, en cultivant des émotions positives, en élevant son niveau de conscience et, par-dessus tout, en se débarrassant des vues fausses et en développant les vues justes.

    La vue parfaite.

    Jusqu'à présent je n'ai parlé que de deux sortes de vues, fausses et justes. Mais, en réalité il y en a trois. La troisième est la Vue Parfaite, ou, plutôt, la Vision Parfaite. La Vision Parfaite est la vue juste développée dans son étendue la plus complète. C'est la vision totale de l'homme total, au plus haut niveau concevable de son développement. La Vision Parfaite est la vision sans limites ; c'est la Vision inconditionnée de la Réalité inconditionnée ; c'est la Vision qui transcende l'espace et le temps ; c'est une vision qui transcende la cadre ordinaire de la perception, la relation sujet / objet elle-même. La Vision Parfaite est la vision de Celui qui est Éveillé, de celui qui voit avec Sagesse et Compassion. Ainsi, la Vision Parfaite est la vision du Bouddha.

    Notre vue est une vue fausse. Ce n'est qu'occasionnellement que nous avons un éclair de vue juste. La plupart du temps, nous voyons les choses faussement. Non seulement cela, mais nous rationalisons nos vues fausses. Nous les présentons sous une forme conceptuelle systématique. Ce sont toutes nos soi-disant philosophies mondaines, nos -ologies et nos -ismes divers et variés. Si, cependant, nous pouvons avoir un aperçu de la façon de voir du Bouddha, nous serons momentanément élevés à ce niveau, au moins en imagination, et nous pourrons voir où nous nous tenons, exactement. Nous aurons une véritable philosophie, qui donnera une signification à notre vie, et qui nous permettra de comprendre les principes généraux qui sous-tendent tout le processus de développement personnel individuel.

     

    lien permanent

    MANTRA GAYATRI chanté par DEVA PREMAL  (UNIVERS MYSTIQUE)posté le vendredi 10 octobre 2014 14:57

     

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    MANTRA GAYATRI

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

     

     

     

    COMPASSION ET DEVOTION
    AMITHABA BOUDDHA DE LA COMPASSION
     
     
     
     
    ♥ ♥♥♥♥♥ ♥

    « Puisque la pure conscience de l’instant est le véritable bouddha

       Par l’ouverture et le contentement, j’ai trouvé le Lama en mon cœur

       Lorsque nous réalisons que cet esprit est naturel et sans limite il est la nature même du Lama.

       Il n’est plus besoin de lamentations, de prières avides et tenaces ni de plaintes artificielles.

      En nous détendant simplement dans cet état inaltéré, ouvert et naturel,  nous recevons la grâce où tout ce qui s’élève se libère sans objet »

    ♥ ♥ ♥

    Extrait du "Livre de la Vie et de la Mort" Sogyal Rinpoché

    lien permanent

    SALUTATION AU SOLEIL - YOGA (UNIVERS MYSTIQUE)posté le vendredi 10 octobre 2014 15:00

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, SALUTATION AU SOLEIL - YOGA
    SALUTATION
    .
     
    AU SOLEIL
     
     
     
    .
     
    lien permanent

    MANTRA et DANSE SACREE ORIENTALE (UNIVERS MYSTIQUE)posté le vendredi 10 octobre 2014 15:03

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, MANTRA et DANSE SACREE ORIENTALE

     

     

    ...........

    MANTRA

     DANSE SACREE

    ORIENTALE

     

     

     
    ...............
    lien permanent
     

    TEXTE SIOUX et CHANT SIOUX (POESIES & CITATIONS)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:01

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, TEXTE SIOUX et CHANT SIOUX

    "L'homme blanc prétend que nous sommes belliqueux, alors que nous sommes pacifiques. Il nous traite de sauvages, mais c'est lui qui est sauvage. Regardez cette coiffure de plumes d'aigle, il appelle cela un bonnet de guerre. Bien sûr, nous l'utilisions autrefois pour la guerre, mais la plupart du temps, nous l'arborions pendant les cérémonies rituelles, et pas pour aller au combat. Chaque plume représente une bonne action, et ma coiffure en compte trente six. Elles n'appellent pas à la guerre, elles montrent seulement qui nous somme. De même, l'Homme Blanc appelle nos chants des chants de guerre, mais il s'agit en fait de prières que nous adressons à Dieu. Il dit aussi à tort que nos tambours sont des tambours de guerre, alors qu'ils nous servent uniquement à communiquer avec Dieu. Paler de "tambours de guerre" n'a aucun sens pour nous. Quand il observe comment nos guerriers se peignent le visage, il y voit encore des peintures de guerre. En réalité, ils ne se peignent pas pour se battre, mais pour permettre a Dieu de distinguer clairement leurs visages s'ils sont appelés à mourrir. Comment, dans ces conditions, pouvons nous parler de paix à l'Homme Blanc, quand il ne voit partout que la guerre ?"
     
    Matthiew "Noble Red Man" King (Oglala)


     

    lien permanent

    TEXTE AMERINDIEN DE LA LOUVE (POESIES & CITATIONS)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:02

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, TEXTE AMERINDIEN DE LA LOUVE

    squaw_lakota1
    Image:
     http://indien.nexenservices.com 



    Nous sommes Amérindiens!

    Dans nos yeux, la fierté d'un grand peuple
    Dans nos coeurs, le souvenir des grandes chasses

    À travers vos machines et votre tintamarre
    Nous n'entendons plus parler le vent

    Nous marchons sur une Terre
    Que nous ne reconnaissons plus.

    Nous étions un grande Nation
    Nous ne sommes plus que l'ombre de nous-mêmes....

                                                                                La Louve

    lien permanent

    LES CATHARES  (MUSIQUE DU MONDE & HISTOIRE)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:05

     
    C'est vers le XIIème siècle qu'apparaîssent les cathares. Mais cette série de vidéos nous en apprendra plus (à voir l'une après l'autre).
     

     

    On appelle « Cathares »les adeptes d'un mouvement chrétien médiéval. Le nom a été donné par les ennemis de ce mouvement, jugé hérétique par l'Église catholique et adopté tardivement par les historiens.

     

    D'autres sources rappellent que ce nom, proposé pour la première fois par le moine Eckbert de Schönau (en Rhénanie), serait un jeu de mot associant ces hérétiques avec des adorateurs du diable (catus), représenté sous la forme d'un chat blanc ailé. Enfin, Michel Roquebert, propose dans son ouvrage, l'hypothèse d'une erreur de Alain de Lille qui aurait confondu le terme catharos (pur) et kataroos (écoulement) qui a donné en français le mot catarrhe, pris dans le sens d'un « suintement de la doctrine hérétique ». « Communauté à deux niveaux », les adeptes de ce mouvement se nommaient eux-mêmes « Bons Hommes", "Bonnes Dames" ou "Bons Chrétiens", mais étaient appellés "Parfaits" pour l'Inquisition, qui désignait ainsi les "parfaits hérétiques", c'est à dire ceux qui avaient reçu le "consolament", c'est-à-dire l'imposition des mains et faisaient la prédication, par opposition aux simples « fidèles » hérétiques. 

     

    Principalement concentré en Occitanie, dans les comtés de Toulouse et de Béziers-Albi-Carcassonne le catharisme subit une violente répression armée à partir de 1208 lors de la croisade contre les Albigeois puis, condamné au IVe concile de Latran en 1215, durant un siècle, la répression judiciaire de l'Inquisition

     

    Au milieu du XIIe siècle (1167), les Églises cathares étaient au nombre de huit cents en France. Au XIIIe siècle, en 1226, un nouvel évêché fut créé, celui de Razès, dans la région de Limoux. Ces églises étaient indépendantes. Elles ne reconnaissent pas d'autorité supérieur à celles des citoyens, comme celle du pape pour l'Eglise romaine. Les maisons de "parfaits" étaient réunies sous l'autorité d'un diacre, et chacune était dirigée par un ancien ou une prieure. 

    L'évêque était lui-même assisté par un «fils majeur» et un «fils mineur», qui étaient choisis parmi les diacres, et qui prenaient sa succession, le fils mineur remplaçant le fils majeur, qui devenait évêque à sa mort ; cela se produisit fréquemment lorsque la persécution commençà. Les femmes pouvaient obtenir le consolament et accéder ainsi à la vie de parfait. Même si elles n'étaient pas habituellement chargées de la prédication, comme les hommes, quelques exeples montrent qu'elles pouvaient assurer toutes les missions dévolues aux bons hommes : prédication, notamment pendant la répression inquisitoriale. Par contre il n'y a pas de trace de femme diacre ou évêque à l'époque. 

     

    Par cette organisation, les Cathares ont voulu reproduire fidèlement celle de l'Église primitive, telle qu'elle est décrite dans le Nouveau Testament, dans les épîtres de Saint-Paul, et dans les Actes des apôtres, principalement.

    Le catharisme ne s'appuie pas sur une théologie puisqu'il considère que Dieu, inconnaissable et non accessible, est absent de ce monde. Cette doctrine est le fruit d'un travail de recherche scripturaire, prenant en compte le Nouveau Testament, notamment l'Évangile selon saint Jean et celui selon saint Luc, dont au moins la moitié est aujourd'hui considérée comme le reliquat de l'Évangélion de Marcion de Sinope, lui-même écrit selon la prédication de Paul de Tarse. C'est une interprétation très différente des évangiles de celle qu'en fait l'Église catholique. Les cathares s'appuient aussi sur de nombreux écrits (Paul, Marcion, Livre des deux principes, rituels, etc.) et s'inspirent de courants de pensée plus anciens (paulinisme, gnosticisme), tout en gardant, sur bien des points, de notables distances avec ces philosophies ou religions, auxquelles le catharisme ne peut être assimilé d'un bloc. En effet, les cathares n'ont jamais parlé de Mani, de Sophia ou des Éons, et se différencient réellement des écrits de Paul et de Marcion, représentant une évolution doctrinale, de celle de ces deux pères de l'église.

    Les cathares recherchent le sens originel du message du Christ. Leur foi se base sur les principes suivants :

    • Dieu, appelé le principe Bon, existe de toute éternité et n'aura pas de fin. Il est parfait et son œuvre est parfaite, inaltérable et éternelle. Il est omniscient et tout puissant dans le Bien.

    Dieu est le créateur de ce qui est, et ce qu'il n'a pas créé n'est rien (nihil traduit par «néant») ;

    • Les esprits, appelés anges par simplification, sont de nature divine ;
    • Dans le Néant est le principe Mauvais, ou principe du Mal. Dieu, qui n'a pas de mal en Lui, ne peut connaître ce principe Mauvais, mais celui-ci, ambitionnant d'imiter Dieu, est parvenu à détourner une partie des esprits de la création divine ;
    • Le principe Mauvais a attiré les esprits par force (catharisme absolu ou dyarchien), ou par tentation (catharisme mitigé ou monarchien), car il n'a d'existence que pour autant qu'il puisse se mêler à la création divine (le Bien).
    lien permanent

    VOYAGE AU PAYS DES CATHARES (MUSIQUE DU MONDE & HISTOIRE)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:06

     
    Un deuxième document sur les lieux cathares, la première vidéo est un hommage rendu au Bons Hommes. 

     

    lien permanent

    LE PAYS CATHARE  (MUSIQUE DU MONDE & HISTOIRE)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:12

     

    Les châteaux et paysages cathares ne manquent pas d'attiser notre curiosité naturelle et notre besoin de voyager dans l'espace temps à la découverte d'autres univers.

    lien permanent
      |

    Le BLEU du Rêve PERPETUEL ©Colinearcenciel  (MES POESIES&TEXTES&DESSINS&PEINTURE)posté le jeudi 09 octobre 2014 23:26

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, Le BLEU du Rêve PERPETUEL ©Colinearcenciel

     

    C'est le bleu du rêve perpétuel longeant les rives des océans profonds.

    Il poursuit sa course infiniment courte et longue et se ravive à cette eau claire des sillons de vagues submersives bercées par le vent, le vent doux des jours d'été ressourcés au creux du plein hiver par le feu du dehors et du dedans, là au profond de mon bleu ciel, émeraude et saphir bleu. 

     Perce neige étoilée tu rêves.

    Tu rêves accrochés aux montagnes près des cieux et touchant de tes frêles pétales les  nuages d'ouates étendus impalpables comme le sucre, poudrés de crème telle qu'on les aime, veloutée. Nos lèvres aspirent les douceurs de vivre par le regard posé sur les hauteurs si proches, aspiré dans l'athmosphère des sphères étoilées sous la lune dorée, changeante chaque nuit, présente, brillante, complice, taciturne, sympathique, ronde ou menue, de toutes ses faces irradiées selon celui que l'on nomme l'astre du jour brillant par elle dans nos nuits.

    L'océan se gonfle de rêves gigantesques et bleus. Bleus et encore bleus des interfaces de cette coupole étrange, sans horizon précis.

    Il fallait que l'homme y regarde de plus près pour savoir qu'au-delà le fil du temps se remonte plus on y va loin, vers la préhistoire et la formation de la terre primitive un jour née comme nous, née un jour d'un tout immuable projetant des créations constantes comme l'esprit petit d'une seule personne et l'on mesure l'infini dans tous les sens, celui de la longueur et de la largeur ; celui de la hauteur et de la profondeur ; mesurer la mesure de l'immesurable mesuré dans l'immesure encore immesurable et programmé, sans aucun hasard bien qu'il y paraîsse le contraire.

    Tout se tient dans ce que l'on peut nommer absurde ou folie, une logique irréfutable sans avoir ce pouvoir de la déterminer, il reste ce grand mystère et ce mystère profond, le profond mystère de l'inconnaissable et de l'inconnaissance.

    L'humilité la salue et lui inculque l'ouverture par où pourra se faufiler la beauté d'une fleur, celui du vol d'un oiseau océanique.

    ©ColinearCenCiel, octobre 2010

     

    lien permanent

    SUR LE FIL RAVISSANT, HORS DU COMMUN ...  (CONCEPTS MUSICAUX)posté le vendredi 10 octobre 2014 12:58

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, SUR LE FIL  RAVISSANT, HORS DU COMMUN ...

     Attention au son en démarrant, mettre le son plus fort ensuite.

    .

    YANN TIERSEN

     "SUR LE FIL"

    .

    .

     
    lien permanent

    UN AMI C'EST...  (POESIES & CITATIONS)posté le vendredi 10 octobre 2014 12:59

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, UN AMI C'EST...

    Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, UN AMI C'EST...

    .

    Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, UN AMI C'EST...

    .

    Un ami c’est quelqu’un qui dit oui à l’amour et non à la manipulation.
    Un ami c’est quelqu’un qui reconnaît la souffrance de mon
    silence et qui sait attendre le bon moment pour parler.
    Un ami c’est quelqu’un qui peut écouter la même histoire une deuxième fois comme si c’étais la première.

    Un ami c’est quelqu’un dont le toucher transmet la
    tendresse de son cœur.
    Un ami c’est quelqu’un qui peut en lire autant
    dans mes yeux que dans mes paroles.
    Un ami c’est quelqu’un dont la fermeté et la conviction ne sont jamais dures, même dans la correction fraternelle.
    Un ami c’est quelqu’un qui ne profite jamais de
    ma faiblesse à son avantage.


    Un ami c’est quelqu’un qui reconnaît ma fatigue et qui se plait a certains moment de savoir que je dors plutôt que d’être avec lui.
    Un ami c’est quelqu’un qui me permet de pleurer en sa présence.
    Un ami c’est quelqu’un qui m’aime et qui peut admettre
    qu’il ne sait pas au juste pourquoi.
    Un ami c’est quelqu’un qui se demander pourquoi je l’aime autant.


    Un ami c’est quelqu’un que Dieu met sur le chemin
    de la vie pour me montrer son amour.
    Un ami c’est quelqu’un qui m’invite à la sainteté
    sans me pousser à la contention.
    Un ami c’est quelqu’un qui me libère de la honte
    du péché pour me convaincre du pardon.


    Un ami c’est quelqu’un qui connaît la valeur
    de la parole et du silence.
    Un ami c’est quelqu’un qui sait me protéger des illusions
    pour faire face à la réalité sans me détruire
    .

     

    lien permanent

    24 PROVERBES TIBETAINS  (MES POESIES&TEXTES&DESSINS&PEINTURE)posté le vendredi 10 octobre 2014 21:37

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, 24 PROVERBES TIBETAINS

    Mandala réalisé par ©Colinearcenciel en 2004

    Même un lapin qui grignotte peut s'empiffrer à en mourir.

    -----------------------------------------------------------

     

    La tension exercée sur la corde d'un arc l'use vite, Le cheval voyageant à vive allure arrive rapidement au bout de ses forces.

    -----------------------------------------------------------

    On ne peut attacher l'aigle doré planant dans les hauteurs, On ne peut faire barrage à l'eau bondissante.

    ------------------------------------------------------------

    On ne voit pas le yak sauvage courir sur son propre visage, mais on distingue la puce sur celui d'autrui.

    ------------------------------------------------------------

    On respecte un roi en son pays, on respecte un sage en tout lieu.

    ------------------------------------------------------------

    Pour guérir les blessures, tout est bon, même la graisse de chien !

    ------------------------------------------------------------

    Pour les hommes il n'y a pas d'espoir, sauf à trouver le bonheur dans le coeur des divinités.

    ------------------------------------------------------------

    Quand le chat est absent, c'est le nouvel an pour les souris.

    ------------------------------------------------------------

    Quand on accouche on ne se souvient pas de la copulation; Quand on copule, on ne se rappelle pas l'accouchement.

    ------------------------------------------------------------

    Qui sait si c'est demain ou ta prochaine vie qui viendra en premier ?

    ------------------------------------------------------------

    Quoi que tu ai promis ne le laisse pas changeant comme les noeuds d'une corde mais aussi inébranlable qu'une entaille dans le rocher.

    ------------------------------------------------------------

    Si la vie intérieure n'est pas pleine d'illusions, les fruits extérieurs ne seront pas gâtés.

    ------------------------------------------------------------

    Si l'étalon a de la vigueur, il a tout le désert du nord pour courir.

    ------------------------------------------------------------

    Si l'on frappe le chien du monastère, cela blesse le coeur du lama.

    ------------------------------------------------------------

    Si on a pas expérimenté la douleur, on ne peut goûter au bonheur.

    ------------------------------------------------------------

    Si on le prend, le pot brûle, mais si on le lâche,il se casse.

    -----------------------------------------------------------

    Si on verse du sable dans l'oreille d'un singe, il va secouer la tête pour s'en débarasser. Si on verse de l'or dans l'oreille d'un singe, il va secouer la tête pour s'en débarasser.

    -----------------------------------------------------------

    Si tu es sans amour, tu ne rencontreras pas d'amour en retour.

    -----------------------------------------------------------

    Sur l'autre versant, il n'y a pas de bouses de yak, et sur ce versant-ci, on a pas de panier !

    -----------------------------------------------------------

    Une bouche, deux langues.

    -----------------------------------------------------------

    Une soudure habile lie hamonieusement le fer au cuivre.

    -----------------------------------------------------------

    Une souris au coeur vaillant peut soulever un éléphant.

    -----------------------------------------------------------

    Un lapin ne peut poser ses pattes sur les cornes d'un daim.

    -----------------------------------------------------------

    Un tigre ayant trop mangé ne peux plus rien avaler, le vautour peut alors s'approcher sans crainte.

    -----------------------------------------------------------

    Va souvent chez ton ami ou l'herbe envahira le chemin inutilisé.

    Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, 24 PROVERBES TIBETAINS

    Chaque position des mains a une signification symbolique spirituelle

    Mandala dessiné par Colinearcenciel

    .

     

    lien permanent

    CHANSON et TEXTE INDIEN  (POESIES & CITATIONS)posté le vendredi 10 octobre 2014 13:00

     
    ***************************************************
    CHANSON INDIENNE      

    Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, CHANSON et TEXTE INDIEN

    Si tu savais mon frère
    Ce que je trouve là-bas chaque fois
    Le rythme lent de la terre
    Où les vies passent doucement pas à pas

    Si tu savais mon frère
    Ce qu'ensemble veut dire là-bas
    Au cœur des monastères
    Ils s'inclinent devant tant de foi

    Ici nous âmes sont grises
    Les gens ne se regardent pas
    Nos sentiments s'enlisent
    Et l'on ne voit que ce que l'on a pas

    Eux tu sais quand ils disent
    Pas besoin de signer en bas
    Chaque matin chaque brise
    C'est ton corps qui parle pour toi

    Si tu savais mon frère
    Comme je me retrouve quand je suis là-bas
    Dans le chants leurs prières
    Où j'aime tant mêler ma voix

    Si tu savais mon frère
    Comme chaque jour est fort là-bas
    Les bonheurs les misères
    Tout se partage même le moindre repas

    Le pain et les chimères
    La peur de l'au-delà
    Juste offrir et se taire
    Sans réfléchir juste comme ça

    La crainte du tonnerre
    La mort qui vient déjà
    C'est tout leur univers
    Qu'ils partagent simplement avec toi

    Si tu savais
    Il suffit de donner
    Si tu savais
    Aimer c'est partager

    Si tu savais
    Il suffit de donner
    Si tu savais
    Aimer c'est partager

    Le bonheur, c'est partager
     
       

    Nous étions un peuple

    Nous étions un peuple sans loi,

    mais nous étions en très bons termes

    avec le Grand Esprit,

    créateur et maître de toutes choses.

    Vous Blancs,

    présumiez que nous étions sauvages.

     

    Vous ne compreniez pas nos prières.

    Vous n'avez pas essayé

    de les comprendre.

    Quand nous chantions nos louanges

    au soleil, à la lune ou au vent,

    vous disiez que nous

    adorions des idoles.

     

    Sans nous comprendre,

    vous nous avez condamnés

    comme des âmes perdues,

    simplement

    parce que notre culte

    était différent du vôtre.

     

    Nous voyions la main du

    Grand Esprit dans presque tout :

    soleil, lune, arbres, vent et montagnes.

    Parfois, nous l'approchions

    à travers toutes ces choses.

     

    Était-ce si mal ?

    Je pense que nous croyons

    sincèrement en l'Être suprême ;

    d'une fois plus forte que celle de bien

    des Blancs qui nous ont

    traité de païens..

     

    . Les Indiens qui vivent près

    de la nature ne vivent

    pas dans l'obscurité.

    Saviez-vous que les arbres parlent ?

    Ils le font, cependant.

    Ils se parlent entre eux et

    vous parleront si vous écoutez.

     

    L'ennui, c'est que

    les Blancs n'écoutent pas.

    Ils n'ont jamais appris

    à écouter les Indiens,

    aussi je doute qu'ils écoutent

    les autres voix de la nature.

     

    Pourtant, les arbres m'ont

    beaucoup appris :

    tantôt sur le temps,

    tantôt sur les animaux,

    tantôt sur le Grand Esprit.

     

    Tatanga Mani ou Walking Buffalo,

    indien stoney (1871-1967)

          
            
     

       
    lien permanent
      |MAINS ET INSTRUMENTS  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)

    posté le jeudi 19 juin 2014 12:16

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, MAINS ET INSTRUMENTS

    Le jour de l'audition au début de ce mois.  Déjà l 'année musicale s'achève mais en beauté. Hier, nous avons non seulement joué en quintette et ce, sans partition. Grâce à notre professeur nous avons analysé un motif et ensuite, à cinq nous avons composé chacun des mesures qui se suivaient en gamme pentatonique : le résultat a été magnifique puisque nous l'avons joué en canon mais ensuite avec 2 instruments qui jouaient un quarte au-dessus. Le résultat fut impressionnant mais dommage : nous n'avons pas enregistré ! J'espère que nous recommencerons ce type d'expérience très enrichissante !

    lien permanent

    REPETITION ET RECHERCHE  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)posté le jeudi 09 octobre 2014 23:16

    Ici, je cherche encore pour ma composition mais le temps est court, avant le récital donc, je vous partage cette petite recherche, sans rien de particulier sinon le son des grandes orgues.

     

    lien permanent

    PAISIBLE SOIR © ColinearCenCiel  (MES POESIES&TEXTES&DESSINS&PEINTURE)posté le jeudi 09 octobre 2014 22:53

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, PAISIBLE SOIR © ColinearCenCiel

     

     

    Paisible Soir

     

    Paisible soir en rêve admiré

    Assise sur le tiroir des images lointaines

    Où il était loisible, de vivre l'apaisement du soleil couchant

    Les jours de tourmente où l'enfant pleure de ses innombrables souffrances

    Une maman songe à la cruauté de ceux à qui il faut dicter comment la soigner et de cette indifférence

     

    Les oiseaux volent en liberté et se cachent dans l'agonie

    Personne n'assiste à leurs misères

    Ils déployent leurs ailes gracieuses au ciel

    Pour nous montrer la liberté de l'élan

    Et l'espérance à toutes épreuves

    De quelles beautés leur plumage s'affublent

    De teintes dessinées et d'esquisses à notre regard

    Quel délice ces messagers dont le rôle est de voler

    Et battre des ailes ou planer

     

    Dites-moi qu'il est si rare

    Lorsqu'il sont malades de les voir

    Car ils se cachent, l'âme déjà au loin.

     

    La nature n'a pas de mystère

    Sinon la pureté de cet infini

    Cet infini qui nous habite

    Ce lien si cher aux âmes sensibles

    De l'humanité au coeur doux

     

    Tandis qu'il est des loups en meute

    S'attroupant en dilettante, en réunion de faste

    Déliant leurs langues de venins, avec des projets funestes

    Pour ceux qui les font vivre : les petits et les souffrants.

     

    O soir paisible, si je dois m'agenouiller

    Et porter une prière en message aux messagers

    Glissant entre terre et ciel

    C'est bien de m'exclamer :

    "Petites âmes innocentes, portez à notre Dieu

    Ces mots des tourmentés afin qu'il entende pour agir

    Sur ces consciences fermées et les poisons des appâts

    Qui fait faire n'importe quoi dans l'insouciance

    Dans ce qui devrait être sérieux

    Guidez nos pas vers les salvatrices sources

    Que nous soyons abreuvés par tes messagers bipèdes

    Les vrais, les forts, ceux qui te ressemblent toi le bon,

    Le bon Dieu.

     

    Oui, guides nos pas vers ce qui est bon

    Guides nos pas vers les bonnes gens

    De qui nous ne recevrons aucune amère humiliation

    Et qui rende le service pour lesquels ils sont en fonction

    Ceux qui volent comme les oiseaux et accomplissent

    leur mission en conscience : ils deviennent si rare de nos jours"

     

    Soir paisible, assise sur le tiroir des images du passé

    Où tout promettait la douceur et l'art de vivre en paix

    Un séisme a ravagé nos rêves d'amour et de tendresse

    Et un être déguisé cupide ressemblant à un ange

    Ravage encore par son mensonge en conséquence tragique, les jours enfermés dans les murs où l'on est contraint au cauchemar de la peur.

     

    Soir paisible aux oiseaux qui volent dans le ciel

    Ton empreinte inscrite dans l'infini de l'âme

    Ouvre l'esprit à la clarté de l'astre et que cette nuit

    Mon âme s'envole avec vous pour chercher le rayon de l'amour éblouissant de clarté, celui qui aveugle et foudroye

     

    Les passagers non éclairés qui errent dans l'ombre et leurs couloirs, comme des robots dans leur fonction, sans âme au coeur alourdit par les ors pesants des billets et de l'argent, les castes qui cachent bien leurs fastes et leurrent par menteries ajoutant la souffrance à la souffrance au lieu de la guétir car le monde est bien malade de tant d'incompétence.

     

    Soir paisible, et nuit si calme, tu offres tes ardeurs de bonheur à ceux qui luttent.

    Et l'exhaucement des voeux par la puissance que tu déployes avec humilité.

     

    Soir paisible aux oiseaux enchantés

    Je sais qu'aux premiers rayons de soleil

    Tu te transformeras en aurore

    Apportant ton haleine fraîche d'oxygène pur

    Et bientôt, allongée, je m'endors

    Pour recevoir la douceur du voyage bienfaisant et sûr

    Entrer dans la dimension si proche de l'azur

    Bientôt un de ces voeux sera exhaucé

    Selon la  bonne volonté de la divine persuasion

    C'est à la source qu'elle agira et tarira l'empoisonnée

    Qui empoisonne de son venin infesté de bestiole

    Par ces démons vociférants de l'intérieur sous des airs tranquilles et pacifiques, plus hypocrites que les serpents.

     

    Ramènes à mes narines les senteurs tropicales

    Ramènes à mon regard la mer d'huile où dansent les dauphins

    Sur des tablettes de pierre le feu de ton rayon a gravé des mots et dans mes mains tu as ramené le livre sacré que l'on m'avait volé

    Par la beauté des oiseaux du ciel et la puissance de l'eau et de la tornade

    Par les glaces, les givres, la lave des volcans, par tous les éléments harmonieusement unis qui produisent les fruits de la terre, les arbres et les végétations luxuriantes, les fleurs de toute beauté, de la plus fine à la plus résistante, par les saisons chacune en leur charme et la semence du baobab,

    l'humilité des petites choses de chaque jour ; par tout cela,

    il en découle une eau vive, un torrent de fraîcheur.

     Paisible soir, ta lueur docile

    Pliant sous le charme des oiseaux portés par les mouvements de leurs ailes

    En cette nuit, tu vis dans la lumière infinie

    Du soleil en ses éclats d'or brûlant

    Plus vive que jamais

    Tu te déplaces dans le cercle parfait

    De ta trajectoire et tes yeux ne disent rien

    Mais ta bouche parle et dit :

    "Bénis sois tu humble créature née sur ma pâture et faite de mes mains

    Bénis sois-tu pour tes chuchotements qui me sont doux à l'oreille

    Bénis sois-tu "

     

    Dans le palais du roi

    L'âtre de sa flamme s'est éclairé

    Soudainement et secrètement

    Elle s'est élevée

    Pour offrir un baiser

    Au soleil brûlant et redoutable de force et d'ardeur

     

    ©ColinearCenCiel, octobre 2009

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    lien permanent

    MOANDA Musique créée par © ColinearCenCiel  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)posté le jeudi 09 octobre 2014 23:20

     

     

     

    MOANDA

     

    Petite composition

    déposée déjà ici en septembre 2010, remise aujourd'hui comme un simple souvenir

    lien permanent

    FRAGMENT D'UN CANTATE D'ETUDE - ARRANGEMENT de ColinearCenCiel (MES ARRANGEMENTS MUSICAUX et INTERPRETATIONS)posté le jeudi 09 octobre 2014 23:24


     

    Une simple petite voix en plus, c'est une petite étude personnelle mais je vous la mets pour vous la partager. Déjà déposée en le 19 octobre 2010 et en la repostant aujourd'hui, je me réjouis d'avoir du temps  pour continuer à composer le plus rapidement possible car j'en ai tellement besoin ! Et beaucoup à faire pour écrire tout cela !

    Belle nuit à vous.

    Coline

    lien permanent
      |TABULA RASA de ARVO PART (BIOGRAPHIES DE MUSICIENS & OEUVRES)

    posté le jeudi 09 octobre 2014 22:09

     

    TABULA RASA

    LUDUS

    Une belle image prise chez MA DOMIE D'AMOUR...
    lien permanent

    PATIO de ARVO PART  (BIOGRAPHIES DE MUSICIENS & OEUVRES)posté le jeudi 09 octobre 2014 22:11

     

    Le style et l'écriture d'Arvo PART se caractérise par l'écriture minimaliste de Pärt, cette musique épurée dont il était question plus tôt et qui donne une impression de simplicité. C'est pourquoi certains musicologues, détracteurs de la musique de Pärt, l'ont qualifié de compositeur « simpliste ».

    Le premier élément est l'utilisation de rythmes simples tels que « noire, blanche, noire, blanche » ou « blanche, noire, blanche, noire ». Le second élément est le fameux style tintinnabulum.  Chez Pärt, cette écriture formelle s'inspire donc du son de la clochette. C'est lorsqu'un instrument quel qu'il soit, articule son jeu entre trois notes principales, celle de l'accord parfait d'une gamme. Cette simplicité se retrouve également dans l'utilisation de notes récurrentes et d'une certaine stabilité de la gamme. Pärt, contrairement à beaucoup de compositeurs des époques baroque, classique, baroque et romantique n'utilise donc pratiquement jamais de modulations.

    lien permanent

    REPETITION  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)posté le jeudi 19 juin 2014 12:37

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, REPETITION

    Et apprentissage ! Une photo prise par mon professeur, toujours pour le doigté, car il est intéressant d'apprendre le hautbois face à un miroir. Merci de votre visite et de vos encouragements. Bon jeudi à vous.

    lien permanent

    UN BON SOUVENIR DU JOUR DU RECITAL JUIN 2014  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)posté le jeudi 19 juin 2014 12:32

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, UN BON SOUVENIR DU JOUR DU RECITAL JUIN 2014

    Une photo prise par MM avec la pianiste dont je ne peux, par discrétion dévoiler le nom, mais sachez que c'est une grande pianiste et, c'est avec beaucoup de chance que je l'ai eue aussi en accompagnement pour le violoncelle, instrument que j'ai mis de côté au profit du hautbois dont le son est tout aussi divin. La différence entre les deux instruments est énorme. Le hautbois demande aussi une  participation du corps entier mais avec une maîtrise du souffle pour la hanche double. L'instrument est magnifique et le son très particulier emmène l'esprit très loin : il est magique !

    lien permanent

    CHAMP DE BLE ENSOLEILLE Part One et Part Two compositeur Colinearcenciel 2014  (MES COMPOSITIONS MUSICALES)posté le jeudi 19 juin 2014 12:21

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, CHAMP DE BLE ENSOLEILLE Part One et Part Two compositeur Colinearcenciel 2014

    Voici la deuxième partie enchaînant la première avec une reprise. Une suite est prévue avec orchestration. La voici et l'illustration de cette photo faite par mon professeur pour le doigté en début d'année.

     

    lien permanent
     
    « PAGE 1400 - 1399 -1398 -1397 - 1396PAGE 1390 - 1389 - 1388 - 1387 1386 - 1385 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :