• O FIANCE DE MA TENDRE JEUNESSE ©Colinearcenciel

     

    VALSE TRISTE

     

    Sibélius

    Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, O FIANCE DE MA TENDRE JEUNESSE poème de Coline sur La VALSE TRISTE de SIBELIUS

     

    O fiancé de ma tendre jeunesse

    Tu me couvrais des plus jolis présents

    Et de mots délicats : tu me disais de ton coeur être la déesse

    Et tu étais pour moi le plus précieux des hommes

    Tu ressemblais à un ange sous tes blonds cheveux

    Ton visage fin et délicat et tes yeux

    Effilés, orientaux, reflétaient la douceur et la tranquillité.

    Il fut si court le temps de nos amours , de notre alliance

    A la nuit de noce aux berceaux de nos enfants.

    _____________

    Les chandelles allumaient notre repas du soir

    En étincelles de bonheur aux fonds de nos regards.

    Le ventre de la femme prêt à mettre au monde,

     Reçu on ne sait pourquoi,

    Ce choc de l'avertissement de l'autre qui se dissimulait sous L'apparence distinguée et érudite, l'autre...

    ____________

    De stupéfaction en stupéfaction,

     Du pourquoi du je ne sais comment,

     Surgissait glaçant les paysages de nos étés fleuris.

     Et ces fleurs gelées se brisèrent brisées...

    L'une d'elle avait eu la chance de parler au soleil ou du moins, Avait-elle pu par je ne sais quel avantage,

     Bénéficier d'une faveur particulière.

     Elle avait cette capacité à tenir entre ses pétales

     le fil d'or d'un rayon de soleil !

    ______________

     Et donc, au temps de la glaciation soudaine,

     Elle vit cette bourrasque,

     Cette destruction soudaine

     Tandis que sa sève nourrissait ses petites fleurs.

     Tout sortilège ne pouvait en aucun cas empêcher cela !

    Un monstre avait surgit comme si,

     Un ange pouvait se transformer en démon devant vous.

     Et cette femme au nourrisson aux touts petits,

     de stupéfaction,

     en stupéfaction confusionnés

     rencontra machiavel au sein de son foyer.

    ______________

     Quant à la rose,

     Elle reçut un avertissement de son rayon doré

     Qui vibrait de paroles amoureuses, attentionnées.

    ___________

    De ta notoriété et de la mienne,

     Tu terminais de très hautes études

     Tout en travaillant et ton dernier diplôme

     Avec brio tu l'obtenus grâce à ton talent

     En plus haute distinction.

    ______________

     L'épouse t'avait bien soutenu en sa belle maison

     Où tu avais pu t'installer auparavant.

     Elle était brillante,

     Appellée de conférences en conférences

     Et de l'étranger on venait la voir

     Car elle aussi avait de grands talents.

    A deux ans et demie, notre petit Mozart,

     Eblouissait son professeur de piano

      Quelle promesse à cette enfant si petite

     Qui vous parlait avec tant d'éloquence

     Que les gens en étaient tout interloqués,

     Eblouis de tant de grâces !

    Le temps des glaciations fut si brutal

     De Machiavel réveillé ô pauvres des pauvres,

     Misérable tableau en guenilles ...

    _____________

    La rose survivante au rayon en son coeur brûlé de l'amour

     En lumière entendit la sentence

     Sans en comprendre la hauteur,

     Ni la profondeur, ni la largeur, ni la longueur !

    Mais elle l'entendit !

     Non seulement cela

     Son rayon la souleva pour la planter sur une autre terre !

    Elle avait deux boutons sur ses frêles petites branches :

    la glaciation si brutale les avaient atteints

     Et elle supplia le rayon de les réchauffer

     Et de leur redonner la vie !

    ____________

     Et son rayon d'or et de lumière

     En sa puissance infinie la rassura

     Il faudrait un peu de temps,

     Beaucoup de patience

     Elle produirait les fleurs

     De son courage et de sa persévérance !

    Le plus petit des boutons de ses deux branches défaillaient

     Et ce membre lui semblait presque mort !

    La femme quant à elle répétait :

    O mon tendre fiancé, mon époux, où es tu ?

     Qu'es tu donc devenu ?

     Machiavel le possédait,

     Ricanait préparant de plus sombres jours.

    Machiavel s'est divisé en dix

     puis en vingt

     Puis nombre incalculé comme un fruit se pourrissant en pourrissant les autres dont certains l'étaient déjà...

    _____________

    La rose où son coeur s'abreuvait

     Du miel miraculeux au rayon d'or

     Semblait se flétrir

     Prête à mourir

     Contrainte à regarder des spectacles d'hypocrisies tenaces,

     De tortures lui étaient infligées,

     Que l'on peut voir sur certains tableaux

     Des siècles passés, barbares

     Obligée de plier sans capacité à se défendre de telles choses,

     Ni de pouvoir se mettre sous terre

    Ou de monter vers son soleil

     D'amour et de tendresse,

     De douceur, repos car plus rien ne la consolait

    Dans ce jardin misérable

    Des misères de la torture infligée si douloureuse :

     Une prison obligatoire sans barreau

     Sans gardien fréquentés par des bourreaux

     Aux apparences "de bonne composition".

     Il fallait bien qu'elle soit nommée la folle ou la dérangée

    La maladive depuis toujours ;

     Ce que l'on donne comme excuse

     Pour cacher les pires vices.

     La lâcheté, le besoin de puissance,

     Et tout ce que vous savez ou devinez...

    _______________

    O fiancé de ma tendre jeunesse,

    Créateur des fleurs et papillons

    Des montagnes et des mers

     Je t'avais fait savoir

     Que tu étais pour moi un maître d'Amour

     Surpassant tout ce que les humains

     Ne pouvaient contenir et, que chaque jour,

     J'ouvrirai mon coeur à ce breuvage

     Où toi et moi nous pouvions nous désaltérer ensemble.

    .

     Que ne pouvais je savoir

     Qu'il existe des hommes

     Qui épousent pour autre chose que pour aimer :

     L'éducation recèle de bien grandes failles.

     ©ColinearCenCiel

    « LA NUIT ETOILEE © ColinearcencielCET HORIZON © Colinearcenciel »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :