• Ô Ciel Ô Ciel Ô Ciel

     

    Au pastel du ciel 

    Silencieux passagers

    Déguisés en nuages étirés

    Glissent et volent parés

    D'ailes longues et fines

    Pour descendre et remonter

    A peine nous frôler

     

    Les parures du ciel

    En mouvement d'horloge

    Oubli du temps

    Par leurs gracieux mouvements lents

     

    Ô Ciel Ô Ciel Ô Ciel

    J'irai la voir un jour ...

    Y retrouver tous mes amours

    Mes amours d'ici me rejoindront un jour

    Pour revenir au berceau après leur parcours

    D'ici là, je repasserai par ici

    Comme ces anges car mes ailes n'ont pas été brisées

    Elles sont incassables. Les anges qui passent par ici

    Le savent tant.

    Nous retournerons au Ciel, chez nous.

    ©Colinearcenciel

     

     

     

    x

     

    Ils nous frôlent avec d'autres amis et ils veillent discrètement. Se promener dans la nature et regarder le ciel : il parle

     

    Le ciel ne menace jamais

    Parfois les éléments se choquent et provoquent des phénomènes

    Sa vastitude ne sera jamais conquise par les humains. S'ils tendent à l'abîmer, c'est la planète terre qui subira. Les autres veillent : les autres mondes veillent. Plus puissants que tous les puissants. Ils sont si discrets qu'ils choisissent qui l'est aussi et ont de bonnes raisons. Regarder souvent le ciel, c'est regarder l'éternité  et s'y donner tandis qu'il nous offre le rafraîchissement de l'âme et de nos véhicules vitaux. Rêver c'est bien ; contempler et recevoir en sa coupole la Coupole du Ciel.

    ©Colinearcenciel

    « La Folia italienne puis espagnole, française et anglaise XVème siècle à nos jours20. LE TEMPS FILE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :