• MUSIQUE ET MATHEMATIQUE CHEZ J.S. BACH II

     

    MUSIQUE ET MATHEMATIQUE CHEZ J.S. BACH II

    De nombreux compositeurs prirent l'habitude d'insérer dans leurs compositions des formules hermétiques, reflets des mystères de l'Univers. Mais c'est le génie de BACH d'avoir su donner au plus haut point un contenu spirituel à ces spéculations, expression d'un ordre nouveau de la musique. BACH explora tous les domaines de l'écriture musicale, sans barrière, ni frontières, comme s'il voulait, dans son oeuvre, reconstituer toute l'histoire de la musique. Tout l'itinéraire de BACH est marqué par "la théorie des passions", système de figurae et de topoi, hérité de la rhétorique et codifié par le savant jésuite Athanasius Kircher (1601-1680) dans son monumental traité Musurgia Universalis sive Ars Magna consoni et dissoli (1650) repris au siècle suivant par Mattheson : il fallait que les sons ou les phrases musicales, reproduisent les différents sentiments ou passions. Ainsi naquit toute une rhétorique musicale, formant une sorte de lexique sonore dont BACH usa largement. L'on remarque que toutes les manières (ou styles) répertoriées par Kircher, auxquelles correspondent des formes ou des situations déterminées sont présentes dans les oeuvres de Bach. Ce concept de "passion" implique que toute oeuvre doit correspondre à une structure bien déterminée, à un fundamentum mathematicum essentiel, dans lequel l'ornementation n'est pas un attribut secondaire, mais reflète au contraire l'harmonie divine.

     

     

     



     

     

     

    « MUSIQUE ET MATHEMATIQUE CHEZ J.S. BACH I BOURREE SUITE n° 3 DE JEAN SEBASTIEN BACH »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :