• Les pyramides chinoises

    Les pramides chinoises

    Les pramides chinoises

    Les pramides chinoises

    Les pramides chinoises

    On parle beaucoup des pyramides égyptiennes et pourtant, des pyramides, il en existe partout sur la planète bleue.

    Elles constituent encore un mystère pour les scientifiques et bien des découvertes semblent encore à faire à leur sujet. Aujourd'hui, nous nous penchons sur les pyramides chinoises.

    Il faut savoir que ces pyramides ne sont pas visibles par les touristes. Situées principalement dans la région la plus antique de la Chine, et autour de la capitale Chiang il en existe des centaines. Elles seraient les derniers lieux habités par les empereurs dit on, le lieu de séjour pour entrer dans l'autre vie : celles des défunts riches et puissants.

    Le premier empereur Qing fut le premier mis au trône à l'âge de 13 ans, sa première préoccupation fut de construire le lieux de repos de sa dépouille mortelle sous la forme d'un mausolé ressemblant à une pyramide.

    Selon l'historien Sima Qian (145-90 av. J.-C.), la construction du mausolée commença en 246 av. J.-C. et impliqua plus de 700 000 ouvriers (les temps furent très durs et épuisants pour ceux qui travaillèrent comme des esclaves maltraités afin de poursuivre des travaux titanesques).Sima Qian, dans  ses Mémoires historiques, écrits un siècle après l'achèvement du mausolée, il le décrit en ces termes :

    « Le neuvième mois, on enterra Che hoang (Qin Shi Huang) dans la montagne Li.

    Dès le début de son règne, Che-hoang avait fait creuser et arranger la montagne Li.

    Puis, quand il eut réuni dans ses mains tout l’empire, les travailleurs qui y furent envoyés furent au nombre de plus de sept cent mille ; on creusa le sol jusqu’à l’eau ; on y coula du bronze et on y amena le sarcophage ; des palais,  toutes les administrations, des ustensiles merveilleux, des joyaux et des objets rares y furent transportés et enfouis et remplirent (la sépulture).

    Des artisans reçurent l’ordre de fabriquer des arbalètes et des flèches automatiques ; si quelqu’un avait voulu faire un trou et s’introduire (dans la tombe), elles lui auraient soudain tiré dessus.

    On fit avec du mercure les cent cours d’eau, le Kiang, le Ho, et la vaste mer ; des machines le faisaient couler et se le transmettaient les unes aux autres.

    En haut étaient tous les signes du ciel ; en bas toute la disposition géographique.

     

    On fabriqua avec de la graisse de phoque des torches qu’on avait calculé ne pouvoir s’éteindre de longtemps.

     

    Eul-che (Qin Er Shi)dit : Il ne faut pas que celles des femmes de l’empereur décédé qui n’ont pas eu de fils soient mises en liberté. Il ordonna que toutes le suivissent dans la mort ; ceux qui furent mis à mort furent très nombreux.

    Quand le cercueil eut été descendu, quelqu’un dit que les ouvriers et les artisans qui avaient fabriqué les machines et caché les trésors savaient tout ce qui en était et que la grande valeur de ce qui avait été enfoui serait donc divulguée ; quand les funérailles furent terminées et qu’on eut dissimulé et bouché la voie centrale qui menait à la sépulture, on fit tomber la porte à l’entrée extérieure de cette voie et on enferma tous ceux qui avaient été employés comme ouvriers ou artisans à cacher (les trésors) ; ils ne purent pas ressortir.

    On planta des herbes et des plantes pour que (la tombe) eût l’aspect d’une montagne ».  

    Des tests modernes effectués sur le tumulus ont révélé des concentrations exceptionnellement hautes de mercure, ce qui tend à confirmer le compte rendu historique de Sima Qian.

    Les régimes de vie,pour le peuple très lourd et très cruels en ces temps reculés où la Chine telle qu'elle est aujourd'hui géographiquement non constitué : il existait plusieurs royaumes.

    Détail d'une partie de l'armée enterrée.

    Ces soldats furent enterrés, bien que ce fait fut contesté.

    Leur taille scupltée est en moyenne de 185 cm.

     

    Depuis la dynastie des Qin jusqu'à celle des Qing  (1644 - 1912), il y a eu près de 400 empereurs.

    Certains se sont proclamés eux-mêmes empereurs et ont fondé leur propre empire en opposition à la légitimité de l'empereur régnant, tels que Li Zicheng et Yuan Shu.  Tous ces empereurs n'ont pas toujours été reconnus comme légitimes.

    Parmi les empereurs connus, les plus célèbres sont :

    Qin Shi Huang  de la dynastie Qin,

    l'empereur Wudi de la dynastie Han,

    l'empereur Taizong de la dynastie Tang,

    Kubilai Khan de la dynastie Yuan,

    l'empereur Kangxi de la dynastie des Qing

     

    Le mandat du Ciel

    Le mandat du Ciel, ou mandat céleste (天命 : Tiānmìng) est un concept chinois apparu sous la dynastie Zhou qui a permis d'affirmer la légitimité du pouvoir des Empereurs de Chine.

    Il est fondé sur l'approbation que le Ciel accorde aux dirigeants sages et vertueux, approbation qu'il cesse d'accorder si ceux-ci ont une conduite mauvaise ou sont corrompus.

    Par la suite, le concept permit d'appréhender les manifestations naturelles comme des messages du Ciel.

    Les catastrophes naturelles étaient ainsi perçues comme des signes témoignant de la réprobation du Ciel, ce qui légitimait le peuple à se rebeller, pour qu'une dynastie plus vertueuse se voie alors confier le Mandat du Ciel.

    Ce concept, proche de la notion de monarchie de droit divin qui existait en France et dans d'autres pays d'Europe, en diffère cependant par le fait qu'à la différence du droit divin, le Mandat Céleste peut être retiré aux souverains qui agissent mal.

     

    Ce concept se rencontre pour la première fois dans les chroniques écrites des paroles du duc de Zhou, jeune frère du roi Wu de la dynastie des Zhou (de 1122 av. J.-C. à 256 av. J.-C.), et qui exerça la régence pendant l'enfance du petit roi Cheng, fils du roi Wu. Il est considéré par beaucoup comme ayant été à l'origine de cette notion.

     

    Plus tard, le concept de Mandat du Ciel fut invoqué par Mencius, le célèbre philosophe, considéré comme le plus grand des philosophes chinois après Confucius.

    Le concept de Mandat du Ciel fut utilisé par les Zhou pour justifier le renversement par eux de la dynastie des Shang, et sera utilisé par de nombreuses dynasties à venir. Le duc de Zhou expliqua aux sujets de la dynastie des Shang que si leur roi n'avait pas abusé de son pouvoir, son Mandat ne lui aurait pas été retiré.

    Plus tard, lorsque la pensée politique chinoise se sera approfondie, le Mandat sera lié à la notion de cycle dynastique.

    Le concept de « Mandat du Ciel » avait un grand rôle en Chine, où il aidait à contraindre l'empereur à garder la mesure dans l'utilisation de son pouvoir, par la perte de légitimité qu'auraient entraîné des abus, et le droit moral qu'aurait alors eu la population (ou des prétendants au trône) de se révolter contre la dynastie.

    Le Mandat ne nécessitait aucune naissance particulière, aucune origine noble : des dynasties brillantes comme les Han ou les Ming  ont au contraire été fondées par des hommes d'extraction modeste.

    Le Mandat du Ciel était héréditaire entre père et fils, mais jamais entre mère et fille.

    De graves inondations ou des famines étaient considérées comme autant de preuves que le Ciel était en train de retirer son mandat à la dynastie.

     Voici un documentaire sur ce jeune empereur de 13 ans : premier empereur de Chine et la construction de son "tombeau" en forme de pyramide, la plus grande qui soit sur terre.

     

     

     

     Le site choisi pour la construction de ce mausolée fut le Mont Li. Un autre tombeau fut découvert : une sorte de palais souterrain. Mais un obstace pouvait faire en sorte que les travaux ne s'engagèrent pas. En effet, des sources d'eau pouvait inonder en certaines saisons le lieu sacré. La première précaution demandant des travaux monumentaux fut de protéger le site des inondations par des moyens de détournement de ces crues en construisant des barrages dont un qui mesure 3 kms de long et de 12 à 15 mètres de haut. 

    Ils utilisèrent une méthode de travail assidu de la terre selon une méthode multimillénaire qui permettait une durée de temps très longues et ce matériel très naturel utilisé en multiples couches, des murs aussi durs que du béton. Voici un schéma de cette mausolée pyramidale. Il est étrange de constater la similitude de cette construction avec des temples tel que celui de Palenque et autres constructions typiques de l'amérique du sud. Nous trouverons ce même genre de constructions monumentales sous terre et sous mer datant de plusieurs milliers d'années.

     

    Les pramides chinoises

     

     

    Le site s'étend sur une superficie de  6.000 hectares. Il n'a pu être visité en totalité mais des archives décrivent la chambre mortuaire. Le plafond est décoré de constellations ; un parquet représentant le territoire de l'empire avec lac et fleuves et océan de mercure et des répliques de tous les palais de l'empereur afin que son âme s'y sentent bien : il devait y avoir pour lui de quoi vivre et règner éternellement selon l'interprétation qui en est donné.

    Les documents de l'époque omettent de mentionner ce que les constructeurs ont dissimulé dans trois fosses du tombeau : la célèbre armée de 8.000 soldats en terre cuite !. Et tout à côté, des hauts fonctionnaires, des jongleurs, des acrobates, des chars tirés par des chevaux avec leurs palefreniers. Tout l'univers de l'empereur est reproduit en bronze et en argile.Les objets en bronze sont extrêmement raffinés et véritablement des oeuvres d'art.

    Les pramides chinoises

     

    Un soldat en argile se situant dans la tombe.

    Les pramides chinoises

    L'entourage de l'empreur en argile

     

     

    L'empereur souscrit à une tradition cruelle des souverains le précédent en sacrifiant des sujets pour le servir après sa mort. Mais pas totalement car le site était bien trop  grand pour obliger des milliers de sujets à y être enfermés vivants. Cependant, toutes les concubines du roi durent y mourir afin de rester près de lui : celles qui n'avaient pas d'enfants de lui. On y trouva donc des ossements. Bien que ce soit légende ou non, des traces demeurent, troublantes.

    En 2005, des archéologues purent pénétrer en ce lieu et y trouvèrent bien des trésors. Dans une grande chambre de 80 mètres sur 50 cernée par une enceinte de pierre de de 125 mètres à 150 mètres ; tout autour la terre contenait une forte concentration de mercure. Un autre mystère entoure ce tombeau et non élucidé. A son achèvement l'édifice mesurait 115 mètres de haut soit deux fois sa hauteur actuel sa base devait donc mesurer à la base 500 mètres de côté soit un monument 5 fois plus grand et 4 fois plus grand que la pyramide de Kephrem. Selon certains experts les éléments naturels auraient érodés l'édifice. Une autre théorie exprime que le tombeau n'aurait jamais été achevé. Un autre archéologue aurait une autre théorie. Il dit :"Il y a de très nombreux ossements ici, trop nombreux pour compter le nombre de morts comme une fosse commune. Sa main d'oeuvre à l'empereur les a enrôlé de force. Des jeunes hommes en général et s'est tué à la tâche.. Ils travaillaient et mouraient d'épuisement. Et son corps se retrouvaient dans une fosse commune ; les soldats par contre étaient mieux respectés. Certains ont même leur tombe particulière avec une plaque. Les ouvriers venaient de différentes classes sociales et s'ils pouvaient payer une tombe, c'est ainsi qu'ils avaient leur propre tombe. Mais les ouvriers devaient travailler une année entière gratuitement pour participer à la construction de la pyramide. Aucun souverain n'a dépensé autant pour son tombeau. Il est mort en 210 avant notre ère et le peuple s'est révolté : 3 ans plus tard, son successeur a été assassiné. Donc, le tombeau n'a jamais été achevé à cause des révoltes.

    Les autres empereurs ont réfléchi :"comment construire un tombeau sans mettre leur dynastie en péril".

    Les Hans ont été moins autoritaires. Bien que le premier empereur était tyrranique et voulait construire un tombeau aussi important que le premier. Donc, ils abandonnèrent ces idées. Les tombeaux impériaux furent alors transformés en protection militaires avec des cités funéraires, des villes fortifiées avec des tombeaux protégés des empereurs.

     

    Il y avait beaucoup de guerres et de conflits notamment avec les Huns qui voulaient conquérir la Chine. Il y eut tout de même des pyramides Hans mais elles ne furent jamais visitées par des archéologues afin de laisser les âmes des défunts empereurs.

    Elles défiaient l'imagination par leur conception.

    La ville de Xuzhou abrite un tombeau de cette dynastie et aujourd'hui le public peut admirer cette construction et les objets qui y résident. Un tombeau creusé à l'intérieur d'une colline comprenant une cuisine, des gardes mangers et des toilettes et tout ce qu'un souverain avait besoin pour continuer à mener un grand train de vie ... Une salle de fête avec musiciens et danseurs, banquets, toute ce qu'il faut "pour continuer à vivre dans l'au delà son style de vie et ses divertissements favoris". 

    Certains de ces tombeaux étaient creusés dans la roche ce qui démontre un talent remarquable des bâtisseurs de l'époque avec un couloir de plus de 50 mètres parfaitement rectiligne. Ils ont pu être visité par des archéologues. 

    Les eaux souterraines risquaient d'endommager ces constructions mais les ingénieurs de l'époque transformèrent ce problème en atout.  Ils creusèrent des réservoirs pour l'utilisation de l'eau à des fins domestiques.

    Les empereux se faisaient recouvrir de plaques de jade : cette pierre était réputée pour conserver la dépouille des défunts. Voici la façon dont elles étaient disposées au travers de cette image : ce travail très minutieux de l'agencement des rectangles de jade assemblés comme on le voit dans ces photos rarissismes :

     

     

     

    Les pramides chinoises

     

    Les pramides chinoises

    Des alchimistes et des embaumeurs travaillaient néanmoins à la conservation des corps des nobles.

     

    En 1971, une momie fut trouvée par des ouvriers creusant un tunnel et sont tombés par hasard sur un trésor archéologique : un tombeau datant de la dynastie Han au IIème siècle avant notre ère où, souvenez vous, les empereurs craignaient que leur dynastie ne s'éteigne dû au fait des révoltes crées par les constructions esclavagistes des pyramides. Si ces ouvriers découvrirent un trésor de divers objets, c'est dans le tombeau même qu'ils découvrirent quelque chose d'absolument précieux.

    En effet, une momie en état de parfaite conservation au point qu'une autopsie a pu être effectuée sur cette femme (comme sur un cadavre récent) certainement très aimée de son temps (il y a plus de deux mille ans). Nous avons les explications données concernant la conservation de son corps physique. Voici des images rarissismes concernant cette momie :

     

    Les pramides chinoises

     

     

    Les pramides chinoises

     

    Autopsie : ses mains sont totalement intactes

    Les pramides chinoises

    Les pramides chinoises

     

     

    La conception du tombeau pourrait donner une explication à la conservation de ce corps. Le corps se corrompt au contact de l'air et de l'eau.

    Schin Wuai a été enterré à 20 mètres de profondeur enveloppée par 20 mètres de soie. Elle fut mise dans 4 sarcophages gigogne scellés avec de la laque. La chambre funéraire était ensevelie sous 1 mètre de charbon de tous les côtés (comme une enveloppe) puis d'1 mètre d'argile blanche très dense enveloppant l'ensemble. Tout dans la conception de cette tombe a été fait pour préserver au mieux ce corps.

     

    Vint ensuite la dynastie Tang au XIème siècle qui sut apporter richesse et abondance au pays et aux habitants. Ceux ci étaient cosmopolite et avaient des relations avec toute l'Asie et même l'Europe. Grâce à la route de la soie, son économie était très prospère ainsi que sa culture.

    Un empereur Tang a dit : "Le peuple est comme l'eau, il peut porter votre bateau ou bien il peut le faire chavirer et le couler".

    Ces empereurs étaient conscients des erreurs du passé mais ils leur fallaint une structure imposante pour leur repos éternel. Pourquoi avaient t'ils cette idée ? Ils étaient conscients que s'ils faisaient comme les anciens, ils réduiraient leur peuple à nouveau en esclavage... Or, c'est sous leur dynastie que la Chine fut l'ère la plus florissante qui soit pour tous.

     

    Ils ont cependant trouvé une solution à Balingk  avec le tombeau de Weng Vème empereur de la dynastie des Tang.

    L'empereur a demandé à ses ingénieux à creuser un tunnel dans une montagne. Pour le repos des ames des empereur, il faut une hauteur : il choisit une structure naturelle. Les ingénieurs ont fait en sorte qu'il soit introuvable. Mais on connaît celle de sa fille morte en 643 à l'âge de 23 ans. Elle fut inhumée sans faste avec des petites figurines pour la protéger. Des fresques sur les murs représentent sa vie terrestre dont elle pourra se souvenir dans l'au delà. Les empereurs Han était conscient que les tombes luxueuses ne pouvaient être qu'être pillées.

    Ces pyramides, mausolées ou tombes funéraires demeurent les plus beaux joyaux de l'antiquité de la Chine ancienne et gardent encore leur mystère. Pourquoi pensaient t'ils qu'ils leur fallaient une montagne ou une construction haute pour trouver la paix et le repos éternel : ceci est une question intéressante dont nous trouverons sans doute réponse dans les articles qui suivrons.

    ©Colinearcenciel.

     

     

    « L'épopée de GilgameshLe corps est un oeil »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :