• Le voyage de Milarépa à Latchi

    Milarepa
     
    Bouddha - 37 Citations
     
    En vérité, Milarépa le vénérable et puissant yogi, depuis sa résidence de la Vallée du joyau, vint pour méditer dans l’aire de Latchigangs (un des 24 lieux de pélerinage), dans le massif de l’Everest, en suivant simplement les injonctions de son Lama. Lorsqu’il entra à Nyaang Tsarma, qui est la porte de Latchi, ceux du village avaient organisé un grand banquet et devisaient :
     
    - Actuellement, il paraît qu’un adepte parfait demeure en retraite d’un lieu inhabité, s’appuyant sur une discipline ascétique. On le nomme Milarépa.
    Tandis qu’ils énonçaient des rumeurs le concernant, le Jetsün se présenta sur le seuil. Une femme au visage juvénile, ornée de paruves brillantes, sortit. C’était Lègséboum.
    - D’où es tu yogi ? Quel est ton nom ?
    - On m’appelle Milarépa. Je suis un anachorète habitant les montagnes sans attache. Auprès de toi, bienfaitrice, je mendie des vivres pour boire et pour manger, tu dois donner.
    Elle dit :
    -Il est légitime de vous inviter à manger. Mais êtes-vous Milarépa lui-même, comme vous l’annoncez ?
    -Mentir à ce propos n’aurait pas de sens, répondit-il.
    La jeune personne, ravie, rentra prestement et annonça aux convives :
    -Cet aimable yogi, que nous disions lointain tout à l’heure, s’est maintenant présenté à notre porte.
    Tous sortirent, certains saluèrent ; d’autres, après l’avoir interrogé précisément sur son histoire, assurés qu’il était bien le Jetsün, le guidèrent à l’intérieur. Eprouvant une grande foi et vénération, ceux de Tsarma offrirent leurs respects, leurs souhaits de grâce, de gloire et de santé. Sur son siège le plus élevé se tenait la jeune et riche hôtesse, Shendormo. Elle demanda à l’ermite des instructions justes et détaillées, puis questionna :
    -Maintenant Lama, oµ allez-vous ?
    -Je vais à Latchi méditer.
    -Alors vous devriez vous installer à Drélung Kyokmo et bénir ce site qui est le nôtre. Vous ne serez pas embarrassé j’assurerai votre service.
    Un enseignant qui se trouvait là ajouta :
    -Nous nous chargerons des présents et des offrandes. Ce Latchi porte en fait le om de Drelung Kyokmo, la Vallée des Démons. Maintenant Lama, si vous y résidez, nous vous servirons et vous demanderons des enseignements autant qu’il est possible.
    C’était Teunpa Shkyaguna. L’hôtesse dit ensuite :
    -Très juste ! Nous possédos une plasante pâture d’altitude, mais ne désirons plus nous rendre en cette étape solitaire, craignant la réputation grandissante des démons qui s’y présentent ouvertement pour causer du tort. Je vous prie d’y partir rapidement.
    Tous ceux de l’assemblée présentèrent leurs respects. Le Maître dit :
    -Je partirai vite. Je n’irai pas à cause de votre alpage. J’irai pour méditer, parce que j’en ai reçu l’ordre de mon guru.
    Eux répondirent :
    -Cela nous suffit ! Nous envoyaons aussitôt un serviteur chargéa de bons vivres.
    -Je ne suis pas homme à cohabiter dans les ermitages avec des compagonns ni à conserver de riches victuailles près de moi. Je partirai donc seul. Néanmoins, votre dévouement est étonnant et nous l’éprouverons plus tard.
     
    Le jetsüng atteignit Latchigangs. Parvenu au sommet de la passe, il subit les terrifiantes magies d’êtres non humains (ces êtres peuvent selon avis d’un rinpoche, des êtres de manifestation du Guru ou de personnes bénéfiques oeuvrant pour le yogi et donc personne ne peut décider si ces êtres sont réellement maléfiques). Le ciel tourbillonnait et coupait la voie au faîte du col. La course des éclairs modifait la position des montagnes de part et d’autre de la vallée tandis qu’éclatait le bruit effrayant de la foudre. Le torrent bondissait pour se transformer en un grand lac agité de violentes vagues. Milarépa frappa au sol de sa canne ferrée et adopta un regard puissant. Le lac, depuis le fond, se résorba et disparut. Dès lors, le lieu fut renommé pour sa mare dormante.
     
    Le Jetsün avança un peu sur le dévert. Alors les êtres non humains, par des ondes de choc entraînant la chute d’amas de roches, jetèrent les montagnes à terre.. Les Dakinis, entre les versants de la vallée, offrirent une route pareille à la course d’un serpent des montagnes. Sur cette voie soudaine, le roulement d’éboulis cessa. Dès lors, celle-ci fut renommée comme la Haute route des dakinis.
     
    Après cela, les êtres non humains les plus faibles se tinrent cois ; les plus forts, n’auant pas trouvé leur chance, cherchaient encore une occasion en bordure de la haute route. Le Jetsün lança de nouveau le regard qui par son éclat supprime les égarements. Toutes les magies cessèrent. Et, à cet endroit, une trace de pied resta gravée dans la pierre (site où des empreintes miraculeuses ont été photographiées) : http://magiedubouddha.com/p_thai-puta1.php emphttp://magiedubouddha.com/p_thai-puta1.php
     
    Le Vénérable avait à peine progressé que le ciel s’éclaira. Il devient joyeux, s’assit sur une éminence et entra dans une profonde méditation d’amour pour les êtres vivants. Sa dévotion en retira une considérable bienfait. Le lieu où il faut assis fut renommé l’éperon d’amour. Il parvint à Tchuzang.
     
    Au soir du 17ème jour de la lune d’automne de l’année du Tigre de Feu, alors qu’il restait en l’état du yoga du “flot continu de la rivière” (*), un puissant esprit malin, qui avait l’aspect d’un Bharo du Népal, vint à la tête d’une armée de fantômes occuper la terre et le ciel de la vallée de Tchuzang. rassemblant les éclairs et la foudre, ils engloutirent des montagnes et causèrent la chute d’une terrifiante pluie d’armes tranchantes ! Ils se montrèrent sous diverses formes écoeurantes en éruction de chants discordants, ainsi que des exclamations sorties de la nuit :”Capturons-le ! Tuons-le !”. Milarépa comprit qu’il s’agissait toujours des êtres non humain à la recherche d’une occasion. Il dit en chantant la Doctrine de la “Véracité des actes et de leur fruit”.
     
    Je prends refuge auprès du gracieux Seigneur
    Et je salue tous les Gurus !
    Pour la conscience, toutes les apparences égarantes sont mirages et tours de magie.
    Des déités vénimeuses des montagnes
    O vous pitoyables larves insatisfaites Vous ne nuirez pas à Milarépa.
    (ces entités, êtres en vie apparaissant à Milarépa font partie des esprits avides toujours insatisfaits et que l’on croise tous : le monde des esprits avides parmi les six mondes décrits par les tibétains)
    Par le fruit des méchantes actions passées
    Vous possédez un corps qui erre dans les airs ( les esprits errants qui ne se détachent pas de la matière mais qui pensent toujours s’y trouver alors qu’ils ont leur corps subtil n’acceptent pas leur nouvel état et même ne s’en rendent pas compte et n’en n’ont pas conscience)
    Un esprit asservi au karma venu à maturité.
    L’émergence de la misère mentale et des pensées vicieuses.
    Accouplées à la haie de corps et d’esprit
    Clament :”Attrapons-le ! Battons-le ! Tuons-le !”
    Ce yogi vêtu de coton, au coeur simple,
    Assuré de l’inexistance des processus mentaux
    Est un brave dans sa pratique et ses manières de lion.
    Son corps désire la citadelle d’n corps de Bouddha,
    Sa parole tend à l’invulnérabilité du mantra
    Son esprit aspire à l’enceinte de la claire lumière”.
     
     
    (*) le yoga du flot continu de la rivière est l’état de Samadhi, l’état d’absorption dans lequel l’esprit ne se détourne plus de sa méditation : un état de concentration profonde avec perte de conscience du monde extérieur. Ne pas sortir du flot ou être dans le flot et un état de samadhi avec un aspect dynamique et actif du yoga de Mahâmudrâ ou « Grand Symbole » ou « Grand Sceau » désigne un système de méditation utilisé dans le bouddhisme pour atteindre l’éveil, la réalisation de la nature ultime de l'esprit et de la vacuité pénétrant tous les phénomènes du samsara et du nirvana.
    Le corps de la pratique est divisé en deux :

     

    Chiné : exercice de quiétude mentale.

     

    Lhagthong : méditation de la vision pénétrante
     
    Le chant continue ainsi :
    Les sens et leurs objets par nature sont vides
    Peu importe, pauvres ombres affamées
    Que vous ricaniez d’un yogi tel que moi
    Si la loi de cause à effet est véridique,
    Vous avez accumulé des causes
    Créant des effets maintenant à maturité.
    Quelle tristesse que ces êtres partis pour les mondes infernaux !( le monde des démons)
    Misère hélàs pour ces larves avides !
    Quelle pitié de ne pas connaître
    La signification et la non-existence de toutes choses !
    Ce Milarépa si émacié
    Par un savoir chanté, vous révèle le Dharma.
    Etres vivants rassemblés par naturelle fécondité,
    Aucun de vous qui ne me soit désormais apparenté.
    Je suis bienveillant : aussi quel dommage de m’affliger !
    Lorsque vous renoncerez à vos esprits malfaisants
    Ne serait il pas bon de réfléchir Aux conséquences de vos actes et aux causes ? Ne serait il pas bien que vous pratiquiez
    Les dix vertus de la Doctrine (***)
    Discernez et appréhendez proprement les mots ?
    Prêtez l’oreille et percevez leur signification !
    Ainsi il a chanté.
     
    (***) Les dix Vertus de la doctrine : Ne pas tuer, ne pas prendre ce qui n’est pas donné ; observer la pureté et la morale ; dire la vérité ; parlez poliment ; ne pas rompre la parole ; ne pas médire ou calomnier ; ne pas s’approprier le bien des autres ; ne pãs causer de tort ou de blessure à autrui ; observer la pure doctrine.
     
    ☼☼☼☼~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~☼☼☼☼
     
    L’armée des démons répliqua :
    - Ton éloquence ne nous tourne pas la tête ! Tu as apaisé nos sortilèges mais nous ne tolérerons pas ta tranquillité. Puis, la majorité du groupe s’en alla. Pourtant, les maléfices continuèrent et se multiplièrent. Milarépa réfléchit et leur dit :
     
    -Par la grâce du lama, je suis un yogi ayant réalisé l’inexistence de tous les phénomènes. Parce que je les porte contiuellement à l’esprit, les illusions du principe démoniaque obstructeur confirment et amplifient encore l’Eveil.
    Résultat de recherche d'images pour "bouddha"
     
     Bouddha de Leshan
     
    « ☼~~☼Chant de la Vallée du Joyau de la Roche Rouge☼~~☼☼~~☼ Le chant des Septs grands ornements☼~~☼ »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :