• LE MENUET ANTIQUE de MAURICE RAVEL

     

    LE MENUET ANTIQUE

    de

    Maurice Ravel

    1932-1935

     

    Il compose la Ballade de la reine morte d'aimer. Il fréquente Erik Satie, lit Mallarmé, Baudelaire, Poe, Condillac, Villiers de Lisle-Adam. En 1895, il publie pour la première : le Menuet antique et la Habanera.

     

    Résultat de recherche d'images pour "menuet antique"

     

     

     

     

     

     

    Il entra au Conservatoire de Paris en 1889 et fut l'élève de Charles de Bériot et se lia d'amitié avec le pianiste espagnol Ricardo Vines qu'il choisit comme interprète de ses meilleures oeuvres et avec qui il rejoint plus la Société des Apaches.

     Enthousiasmé par la musique de Chabrier et d'Erik Satie ; également admirateur de Mozart de Camille Saint-Saëns, Claude Debussy et de Mallarmé et du Groupe des Cinq influencé par la lecture de Charles Baudelaire, Edgar Poe, Condillac, Villiers de L'Isle-Adam et surtout de Mallarmé, Ravel manifesta précocement un caractère affirmé et un esprit musical  très indépendant. Ses premières compositions en témoignèrent : elles étaient déjà empreintes d'une personnalité et d’une maîtrise telles que son style ne devait guère connaître d’évolution par la suite : Ballade de la reine morte d'aimer (1894), Sérénade grotesque (1894), le Menuet antique  (1895) et les deux Sites auriculaires pour deux pianos (Habanera, 1895 et Entre cloches, 1897).

    L’année 1897 vit entrer Ravel dans la classe de contrepoint d'André Gedaige et Gabriel Fauré est devenu  son professeur de composition ; deux maîtres dont il reçut l'enseignement avec comme condisciple Georges Enesco.  Fauré jugea le compositeur avec bienveillance, saluant un « très bon élève, laborieux et ponctuel » et une « nature musicale très éprise de nouveauté, avec une sincérité désarmante ». Les deux artistes devaient se vouer leur vie durant une grande estime réciproque. À la fin de ses études, Ravel composa une ouverture symphonique pour un projet d'opéra baptisé Shéhérazade — ouverture créée en mai 1899 sous les sifflets du public, à ne pas confondre avec les trois poèmes de Shéhérazade  pour voix de femme et orchestre datés de 1903 —, et la célèbre Pavane pour une infante défunte qui reste une de ses œuvres les plus jouées, même si son auteur ne l'estimait pas beaucoup.

    À la veille du XXème, le jeune Ravel était déjà un compositeur reconnu et ses œuvres discutées. Pourtant, son accession à la célébrité n’allait pas être chose aisée. L’audace de ses compositions et son admiration proclamée pour les « affranchis » Chabrier et Satie allaient lui valoir bien des inimitiés parmi le cercle des traditionalistes.

     

    « LA PREMIERE AUDITION PUBLIQUE de MAURICE RAVELLA VALLEE DES CLOCHES de MAURICE RAVEL »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :