• La musique du Gandharva Véda et Bouddha Ram Bahadur Bomjon

    L'Ayurvéda Maharishi utilise la musique du Gandharva Véda, le système de musique le plus ancien au monde.

    Le Gandharva Véda est calculé de façon précise pour avoir un effet positif sur les doshas et sur l'équilibre de toute la physiologie. Cette musique est jouée avec les instruments traditionnels, comme les sitars, les flûtes en bambou, ou les tablas.

    Chaque raga de l'Ayurvéda Maharishi est prescrit à certains moments de la journée, d'après les listes précises trouvées dans les anciens textes authentiques, en particulier ceux concernant les rythmes et les cycles naturels.

     

     

    La musique du Gandharva Véda

     

     

     

    La musique du Gandharva Véda

     

    Qui est Ram Bahadur Bomjan ?

    Buddha boy, comme on le surnomme ausssi, est un jeune homme du village de Ratanapuri, district de Bara, au Népal, qui a attiré des milliers de visiteurs et l'attention des médias à partir de 2005, d'abord pour être demeuré au pied d'un arbre en méditation pendant huit mois, suggérant à divers observateurs un parallèle avec l'histoire de Siddhārtha Gautama puis pour diverses actions plus ou moins controversées.

     

    Le phénomène :

     

    Sa mère est Maya Devi Tamang. Il est élevé dès son plus jeune âge dans la communauté bouddhiste Tamang, il ne fait pas parler de lui jusqu'en 2005, année à partir de laquelle il se fait remarquer pour, prétendument, ne pas avoir mangé ou bu pendant six mois, ce qui serait un cas d'inédie ( fait pour une personne de vivre sans se nourrir en puisant son énergie dans le milieu ambiant, cela sur de longues périodes pouvant concerner une partie non négligeable de sa vie). Néanmoins, entre 17 heures et 5 heures, était déployé un écran de tissu pour le cacher du regard du public. De plus, nul, à part sa famille, n'était autorisé à l'approcher à moins de 50 mètres.

     

    Le 14 novembre 2005, une équipe médicale l'a observé pendant une demi-heure et a conclu qu'il était vivant et qu'ils avaient besoin de l'observer pendant au moins une semaine pour arriver à une conclusion. En décembre 2005, il a été observé et filmé par un comité de 9 scientifiques sous la tutelle d'un prêtre bouddhiste, Gunjaman Lama, durant 48h, sans pouvoir cependant l'approcher à moins de 3 mètres. Le comité a demandé à lui faire une prise de sang pour vérifier son taux de sucre pour savoir s'il avait pris de la nourriture mais la demande a été refusée comme tous les examens physiques. La raison de ces oppositions, invoquée par les proches de Ram Bahadur Bomjon, est que sa méditation ne doit être perturbée à aucun prix.

     

    Des dévots de cet adolescent le considèrent comme une réincarnation de Siddhārtha Gautama. En principe, selon le système de pensée bouddhique Ram Bahadur Bomjon ne saurait être la réincarnation de Bouddha, celui-ci ayant mis fin au cycle des renaissances, le Saṃsāra. Cependant, les frontières entre les croyances de l'hindouisme et celles du bouddhisme sont très souples au Népal.

     

    Le nombre de personnes se rendant sur place pour voir Ram Bahadur Bomjon a amené le gouvernement à déployer des militaires.

     

    En 2006, Discovery Channel a réalisé un documentaire intitulé « le garçon aux pouvoirs divin ». L'objectif était de parvenir à savoir s'il s'abstenait réellement de se nourrir et de boire en le filmant continuellement pendant quatre jours et quatre nuits. Lors de leur première approche, l'équipe de tournage fut contrainte de se tenir à l'écart, derrière une clôture barbelée, et malgré une caméra à infrarouge, elle ne peut obtenir de preuves de quoi que ce soit. La seconde fois, plusieurs semaines plus tard, ils purent filmer pendant 96 heures en continu. Selon ce reportage, le jeune homme n'aurait pas changé de position pendant tout ce temps et n'aurait consommé aucune nourriture ni aucune boisson.

     


    Une autre photographie plus récente de lui, où il est plus âgé.

     

    Disparition et réapparition :

     

    Le jeune homme disparait le 11 mars 2006, sans explication. Il fait une réapparition le 29 mars 2006, puis est retrouvé dans l'est du royaume népalais le 26 décembre 2006. Selon un journaliste népalais, qui affirme l'avoir rencontré récemment, le « Petit Bouddha » a passé ces longs mois à errer dans les forêts et observe « une période de piété qui se poursuivra durant six ans ». Il ne se nourrit que d'herbe et possède « une force supérieure pour méditer », a-t-il précisé. En 2007, il aurait été retrouvé en méditation par l'inspecteur de police Rameshwor Yadav dans un trou en forme de bunker.

     

    Il réapparaît le 12 novembre 2008 dans la même jungle et prêche devant près de 10 000 personnes.

     

    En juillet 2010, le jeune homme a été interrogé par la police après avoir giflé plusieurs personnes (17 selon les plaignants) qui auraient perturbé sa méditation. Le jeune homme déclare que les villageois avaient grimpé sur la plateforme pour se moquer de lui. Les plaignants prétendent eux qu'ils auraient été agressés.

     

    Le 20 mai 2011 a eu lieu une cérémonie d'« éveil », à laquelle ont assisté des journalistes français.

     

    En mars 2012, certains de ses disciples auraient retenu une jeune femme slovaque captive dans la jungle parce qu'elle aurait pratiqué une forme de sorcellerie afin de perturber la méditation de Ram Bahadur Bomjon. La même année, plusieurs organisations religieuses organisent une pétition demandant la protection du "buddha boy".

     

    Prise de position pour le droit des animaux :

     

    En 2009, il s'est opposé au sacrifice d'animaux de la fête de Gadhimai.

     

    Source : Wikipédia

     

    Il est très peu probable, pour ne pas dire certain, que ce jeune homme n'est pas la réincarnation de Siddhārtha Gautama, En revanche, à la lumière d'autres vidéos que j'ai pu voir, son enseignement reflète la sagesse éternelle des grands initiés, et il possède incontestablement un niveau d'être bien supérieur à celui de l'homme de la rue.

     

     

     

     

     

    Ram Bahadur Bomjon (né le 9. Avril 1990 parfois orthographié Bomjan, Banjan, ou Bamjan), également connu sous le nom Palden Dorje (son nom monastique) et maintenant Dharma Sangha, est du village Ratanapuri, district de Bara, Népal. Certains de ses partisans ont affirmé qu'il est une réincarnation du Bouddha, mais Ram lui-même a nié, et de nombreux praticiens du bouddhisme conviennent que le Bouddha est entré dans le nirvana et ne peut renaître.

    Il a attiré des milliers de visiteurs et l'attention des médias en dépensant mois dans la méditation. Surnommé le Bouddha Boy, il a commencé sa méditation, le 16 mai 2005. Il aurait disparu de l'arbre creux où il méditait depuis des mois, le 16 Mars 2006, mais a été trouvé par certains adeptes une semaine plus tard. Il leur a dit qu'il avait quitté son lieu de méditation, où de grandes foules avaient été le regardaient, "parce qu'il n'y a pas de paix". Il a ensuite sa propre voie et réapparu ailleurs au Népal le 26 Décembre 2006, mais a laissé de nouveau le 8 Mars 2007. Le 26 Mars 2007, les inspecteurs de la zone de Police Post Nijgadh en Ratanapuri trouvé Bomjon méditant dans une chambre souterraine d'environ sept pieds carrés.

     

     

    BUDDHA BOY 

    Ci dessous : Nepal Maha Sambodhi Oct 22, 2014

    Une annonce de Bodhi Dharma Sangha Shrawan Organisation
    concernant les obstructions délibérées contre le Dharma et le Guru
    par Sonam Gyurme et certaines autres personnes et organismes.

    On entend parler le divin méditant

     

     

    Maha Sambodhi Dharma Sangha Guru's Message in Patharkot of April 9, 2013

    Message du Maha Sambodhi Dharma Sangha Guru à Patharkot du 9 Avril, 2013

     

    Une annonce de Bodhi Shrawan Dharma Sangha datée du 11.01.2016

    11 janvier 2016 

    Maha Sambodhi Dharma Sangha Guru
    Bodhi Marga Darshan Maitri Dharma

    Une annonce de l'Organisation Bodhi Shrawan Dharma Sangha concernant les entraves délibérées au Dharma et au Guru par Sonam Gyurme, par certains autres individus et certaines agences.

    Sonam Gyurme Bal Tamang originaire du district de Jhapa, Népal, est entré pour la première fois dans “Tapasya Grounds”, le lieu sacré situé dans la forêt de Halkoria, à Ratanpuri VDC, en août 2010. Moins d'une année avant que Guru Maha Sambodhi Dharma Sangha ne complète ses six années d'austérités rigoureuses de tapasya. Après quelques entrevues, Sonam a pris refuge avec le Méditant, a été employé pour travailler comme assistant et a pris le titre honorifique de Khenpo. Il fit alors le voeu solennel d'obéir au Guru et d'effectuer loyalement les tâches qui lui étaient confiées.
    Ayant étudié au Ningma Institute de Gangtok au Sikkim, en Inde, sous la direction de Kyabje Rigjin Dorje Rinpoche, Sonam était un pratiquant de la Voie ancienne, doté d'une formation étendue et d'une connaissance considérable de cette ancienne voie.

    Tout comme le monde matériel a son ensemble de moeurs, de lois et de règles, le Dharma aussi a ses moeurs, ses lois et ses règles propres. Le Dharma ou le Guru ne seront pas contestés.
     
    Cette vérité est difficile à comprendre pour les personnes qui n'ont pas fait de tapas véritables, les pratiques de contemplation profonde et d'austérités extrêmes lors de la méditation pénitentielle. Quels étaient les moeurs, les lois et les règles des enseignements précédents obtenus de la voie ancienne?
    Quelle en est la part de savoir véritable, libre de toute fabrications rajoutées? Le monde pourrait peut-être le savoir.

    Avant les six années d'austérités et de méditation, un ensemble de lois, de règles et de moeurs mondaines était suivi. Maintenant, la Voie de Bodhi Maitri Dharma (BodhiMarga darshan MaitriDharma) est atteinte, elle comprend aussi un ensemble distinct et différent de moeurs, de lois, de règles.
    Une fois révélés pour le bénéfice du monde et la libération de tous les êtres vivants, toutes les actions du Guru, ses faits et gestes, ses mots et même ses pensées font corps avec les moeurs, les lois et les règles du Dharma, à tout moment. Le Dharma est l'univers et l'essence qui le maintient.

    Dans le Dharma, les péchés peuvent être pardonnés sous trois conditions: quand ils sont commis par ignorance, à son insu ou par la force. Mais pour ceux qui commettent des péchés hors de ces trois conditions, il n'y a pas de pardon mais seulement l'abandon. Quiconque commet le péché de contester le dharma, incompris les gurus du dharma, ne pourra plus pratiquer le dharma, n'obtiendra plus jamais de vie humaine, ni de vie animale, ni même la vie d'un fantôme puisqu'il aura complètement épuiser sa propre âme.

    Quand Sonam Gyurme commença à travailler pour Guru, il eu la tâche de rédiger un texte court basé sur la sagesse omnisciente de Bodhi Marga darshan Maitriya Dharma ainsi qu'il fut révélé au Guru pour le bien-être du monde et pour la libération de tous les êtres vivants dans l'univers.
     
    Ce texte devait faire parti du programme pour la paix dans le monde Maitriya Puja Mahadarshan qui marquait la complétion du long tapasya de Guru.
     
    Au début, Sonam semblait rédiger loyalement les paroles de sagesse de Maitri telles quelles étaient dites par Guru. Puis très rapidement, son attitude devint subversive et sacrilège. Il présenta Maha Sambodhi Dharma Sangha comme un pratiquant de la voie ancienne, propageant l'ancien savoir. Avec l'intention principale de détruire Maitri Dharma et de dissimuler le véritable Guru Maha Sambodhi Dharma Sangha, Sonam Gyurme a rempli le texte avec les notions déjà connues de l'ancien savoir et remaniées par ses propres fabrications et des mensonges inutiles, tournant la sagesse dharmique à l'envers. Il a prit la résolution d'empêcher BodhiMarga darshan MaitriDharma de remplacer sa propre voie, la voie ancienne, celle d'un savoir ancien.

    Outrepassant encore plus son autorité, Sonam Gyurme a proposé des plans outrageux pour attirer les donations. Au lieu d'augmenter la conscience spirituelle, il a élaboré de nombreux projets matériels pour inciter l'avidité et l'avarice, guidant les personnes cupides à se concentrer sur leurs propres intérêts égoïstes. Sans même en avoir informé le Guru auparavant, Sonam Gyurme a orchestré les quinze jours de Mahadarshan MaitriPuja (20 mai-6 juin 2011). Il a proclamé de longs discours dans le micro au sujet de plusieurs projets ambitieux et mondains, tous entièrement créés de toute pièce par lui-même.
     
    S'écartant du Dharma, il a, au nom du Dharma, établi une école Maitriya School, un hôpital Maitriya Hospital, une villa Matriya Mansion, un hall d'assemblé Maitriya Dharma Hall et le Maitriya Global Media, transformant ainsi l'immense élan d'amour et de foi en une entreprise.
     
    Pour beaucoup de personnes de ce monde, cela s'est transformé en opportunités attrayantes. Persuadés que les projets étaient tous approuvés par le Guru lui-même, les adeptes et des disciples de la sangha, nationaux et étrangers, ont alors accumulé des millions et des millions de roupies.
    Peu après, il s'est avéré que la gestion de ces sommes d'argent devenait sérieusement corrompue. En effet, à la fin des 15 jours des cérémonies du 20 juin, il ne restait aucune trace des nombreux millions provenant des donations. Sonam Gyurme et ses assistants ont été sommés de présenter un rapport détaillé et d'expliquer leurs actes devant le Comité réuni à cet effet. Sans aucun respect et sans en parler à qui que ce soit, Sonam Gyurme a disparu une nuit d'août 2011 après avoir détourné l'amour, la foi et la dévotion respectueuse des adeptes, des villageois alentours, des lamas laïques ou des lamas des traditions anciennes mais aussi des adeptes du monde entier et de la sangha internationale.
     
    Dans la foulée, il a, en autre, propagé la confusion, l'avidité frustrée et l'amertume. Depuis, il n'y a aucune information le concernant, il paraît qu'il aurait quitter le pays. Sonam Gyurme a obstrué par tous les moyens possibles la clarification et la dissémination de BodhiMarga darshan MaitriDharma par le Guru Maha Sambodhi Dharma Sangha, provoquant de la souffrance, du tourment et de l'angoisse.
     
    Entre-temps, il a fait courir le bruit que Maha Sambodhi Dharma Sangha n'avait rien de spécial, qu'il n’était plus q’un autre guide de la Voie ancienne, dispersant ainsi une vague de confusion et de doutes dans la sangha du monde entier.

    Puis, pour la première fois, Guru s'est exprimé longuement, Il a parlé aux villageois et aux adeptes au sujet de l'accomplissement que représente Maha Sambodhi et la sagesse omnisciente de Bodhi Marga darshan Maitri Dharma. Alors les gens ont compris qu'une ère nouvelle était née. Épris de rancune et vaincu, Sonam Gyurmé Bal Tamang s'est rendu dans la maison familiale de Guru à Ratanpur où il dupe les membres de sa famille avec des rumeurs mensongères et des idées cupides. Il est parvenu à les rendre furieux et rancuniers, ce qui a provoqué une rupture totale entre Guru et sa famille en 2011.

    Le monde n'étant pas encore capable et ne souhaitant pas contempler BodhiMarga darshan Maitriya Dharma, nous faisons connaître par cette annonce un épisode sombre des premières années, c'est non seulement une illustration de la nature inexorable et essentielle du Dharma mais aussi celle de la conséquence irréversible de l'anéatissement de soi pour ceux qui délibérément s'opposent au Dharma ou au Guru. Sonam Gyurme a commis de graves erreurs en éloignant les adeptes loin du Dharma tout en les attirant dans l'avarice et la cupidité, sans parler de la fraude et des détournements. De plus, en essayant de supprimer Maitri Dharma et de cacher le Véritable Guru, il a, tout comme certains individus, certaines agences, ici-même et ailleurs, commis l'ultime péché contre le Dharma même, et pour cela il n'y a ni pardon ni recours mais uniquement l'extinction.

    (Sarva Mangalam Asthu)

    Les adeptes, les personnes en quête de vérité, ceux qui partout souhaitent en savoir plus sur Guru et le Dharma, sont cordialement invités à contacter les disciples au Dharma Centre, aux numéros suivants:
    dharmasangha.office@gmail.com
    tél/ + 977 9808 557889, +977 981019993002, +977 9803339922
    Bodhi Shrawan Dharma Sangha Centre Office, Badegaun 2016.01.11
     
     
    « La grâceLe petit bouddha du Népal : son message »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :