• La guillotine en permanence Chanson de 1789

    La guillotine en permanence Chanson de 1789



     

    "La guillotine en permanence" , air : la bonne aventure o gué
    une des chansons composées en "l'honneur" de la guillotine pendant la révoluton française de 1789

    inteprétation : Denise Benoit , la révolution française en chansons , cassette 1989

    La guillotine en permanence Chanson de 1789

     

    La révolution française de 1789

    Le député Guillotin,
    Dans la médecine
    Très expert et très malin,
    Fit une machine
    Pour purger le corps français
    De tous les gens à projets.
    C'est la guillotine, ô gué !
    C'est la guillotine !

    Pour punir la trahison,
    La haute rapine,
    Ces amateurs de blasons,
    Ces gens qu'on devine,
    Voilà pour qui l'on a fait
    Ce dont on connaît l'effet,
    C'est la guillotine, ô gué !
    C'est la guillotine !

    A force de comploter,
    La horde mutine
    A gagné sans y penser
    Migraine maline.
    Pour guérir ces messieurs-là,
    Un jour on les mènera
    A la guillotine, ô gué !
    A la guillotine !

    De la France, on a chassé
    La noble vermine,
    On a tout rasé, cassé
    Et mis en ruine.
    Mais de noble, on a gardé
    De mourir le cou tranché
    Par la guillotine, ô gué !
    Par la guillotine !

    Messieurs les nobles mutins,
    Dont chacun s'échine,
    Soufflant par des efforts vains
    La guerre intestine,
    Si nous vous prenons vraiment,
    Vous mourrez très noblement
    A la guillotine, ô gué !
    A la guillotine !

    Le dix nous a procuré
    Besogne de reste,
    Les traîtres ont abondé,
    C'est pis qu'une peste.
    Comme on n'en veut pas manquer,
    On punit sans déplanter,
    La machine reste, ô gué !
    La machine reste !

    « En revenant de la revue (1886)Chant des ligueurs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :