• JESUS-CHRIST

    Jésus-Christ? L'être ayant inspiré tant et tant d'artistes, de poètes, de musiciens. L'Être le plus épousé de tant d'êtres, est certainement l'Être le plus passionnant et le plus émouvant qui soit. C'est pourquoi cette rubrique à Son Nom lui est réservé.

    JESUS-CHRIST

     

     

    1. Jésus-Christ a t'Il parcouru l'Asie ? ( et ...Témoignage d'un enfant de dix ans)

    2. En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

  •  

    Suite aux interrogations que suscite le livre La Vie des Maîtres de Baird Thomas Spalding, je me suis souvenue d'articles ou d'ouvrages où il était écrit que le Christ Jésus avait parcouru l'Asie. J'ai fait des recherches à ce sujet et je n'ai vu qu'un documentaire sur youtube où un homme est à la recherche des traces de Jésus en Asie mais, il affirmait avec une grande certitude que Jésus, appellé aussi ISSA n'y avait jamais mis un pîed durant sa vie sur terre. Son voyage et sa recherche sont récents, beaucoup trop récents...

    Evidemment, quelle déception puisque j'avais lu le contraire. Il me fallut peu de temps, en relisant la vie des Maîtres, pour découvrir une possibilité de recherches sur le parcours de Jésus, le Christ en Asie. Et au contraire, quant au livre de Baird T. Spalding, pour le moment, il m'est encore impossible de pouvoir dessiner un parcours sur une carte ! Je n'ai pas fini la relecture mais le sujet semble volontairement tu par l'auteur ou encore nous donnant des indices, sans véritablement nous citer les lieux. Et, ce, certainement pour différentes raisons précises et sérieuses. (Voir la rubrique Livre en PDF).

     

    Si l'un d'entre nous décidait de nos jours de tenter de découvrir les traces de Jésus ou de Issa en Asie, il est bien clair que toutes traces ont eu le temps de disparaître. Cependant, d'autres y ont pensé bien avant et ont fait des recherches en trouvant des certitudes. C'est pourquoi, j'ouvre cette rubrique qui permettra de mieux connaître la vie terrestre de Jésus-Christ, sans aucune prétention et aussi de mieux connaître Sa Nature.

     

    Rien ne remplace une rencontre personnelle avec le Christ. Tant de témoignages en parlent de nos jours aussi sur youtube. Il semble que certains éléments de sa vie terrestre ne soit pas révélé volontairement car il existe une telle dimension supérieure à cette Vie que l'on pourrait appellée "miraculeuse" que le dernier mot n'a pas encore été prononcé.

     

    Voici un témoignages de l'action de Jésus Christ dans la vie d'un petit garçon. Je mettrai d'autres témoignages au cours de ces pages car tous ces témoignages sont réels.

     

     

    ©Colinearcenciel, 6 novembre 2017 

     


    votre commentaire
  •  

    En 1887, un homme fasciné par la culture bouddhiste tibétaine (appellé le Thibet à l'époque) décide de partir découvrir des horizons lointains en Asie mais son voyage prend une autre tournure lorsqu'il découvre que Jésus-Christ est connu par certains Lamas sous le nom d'ISSA.

     

    Cet homme se rend tout d'abord au Cachemire en Indes. Il se rend ensuite à Kargil (Khargil) dans un petit village du nom de Chargol au centre duquel se dressent trois chapelles thibétaines et des rochers dont un sculpté et taillé en Bouddha haut de quelques mètres à Moulbek orthographié de nos jours : Mulbek. Voyez plus bas la photo de ce bouddha appellé Maitreya.

    En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

     

    En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

     

    En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

    Bouddha de Mulbek taillé dans la roche.

    En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

    Un monastère déjà blanc à l'époque (1887) et décrit comme tel se voit ici sur cette photo appellé le Palais de Leh :

     

    En 1887 un voyage vers les traces de Jésus-Christ

     

    C'est au Palais de Leh que notre écrivain et voyageur Nicolas Topovitch, rencontre dans ce qu'il appelle un "couvent" un lama thibétain "très laid" mais "très cordial" portant un vêtement jaune et un bonnet à oreilles de drap de la même couleur. Il tenait à la main une "girouette de prières en cuivre" qu'il mettait souvent en route durant la conversation. Ils entrèrent dans un couloir où tout le long il y avait des "images de Bouddha et statues couverts de poussière" et ce couloir débouchait sur une terrasse permettant de voir les confins de l'horizon. Ils s'asseyèrent et eurent comme boisson de la bière de houblon appellé tchang, préparé sur place au "couvent".

    Voici Leh capitale du Laddak aujourd'hui

     

    Voici le lama et le voyageur discutant de divers sujets. Voici ce que lui dit le Lama :"Le clergé des monastères préfère de beaucoup les visites des européens à celles de musulmans. Les musulmans n'ont aucun point de contact avec notre religion ; tout récemment encore, dans leur campagne victorieuse, ils ont converti de force une partie des bouddhistes à l'islamisme. Il nous faut beaucoup d'efforts pour ramener ces musulmans, ces descendants du bouddhisme dans la voie de Dieu. Quant aux européens, c'est une toute autre affaire. Non seulement, ils professent les principes essentiels du monothéisme, mais ils font partie des adorateurs de Bouddha presque au même titre que les lamas qui habitent le Thibet même. La seule faute des chrétiens est, qu'après avoir adopté la grande doctrine de Bouddha, ils se soeint en même temps complètement séparés d'avec lui et qu'ils se soient créés un Daïla lama différent : le nôtre seul a reçu le don divin de voir face à face la majesté de Bouddha et le pouvoir de servir d'intermédiaire entre le ciel et la terre".

     

    Le voyageur comprit qu'il parlait du Pape chrétien. Et, il répondit au Lama :"Nous avons un "fils de dieu" à qui nous adressons nos prières ferventes, c'est à lui que nous avons recours pour qu'il intercède auprès de notre Dieu unique et indivisible". Le Lama lui répondit :" nous aussi nous respectons celui que vous reconnaissez comme fils d'un Dieu unique, mais nous ne voyons pas en lui un fils unique, mais l'être excellent, l'élu entre tous : Bouddha, en effet, s'est incarné dans la personne sacrée d'ISSA, qui, sans employer ni le feu ni le fer, est allé propager notre grande et vraie religion partout dans le monde. Je veux parler de votre Daïla Lama terrestre, celui à qui vous donnez le titre de Père de toute l'Eglise. C'est là un grand péché : puis t'il être remis aux ouailles qui sont dans le mauvais chemin" dit le Lama en faisant encore tourner sa "girouette"...

    Le voyageur sursauta et lui dit :"Vous venez de me dire qu'un fils de Bouddha, Issa, l'élu d'entre tous, avait répandu votre religion sur la terre : qui donc est il ?

    "ISSA est un grand prophète, l'un des premiers après les 22 bouddhas, il est le plus grand qu'aucun de tous les dalaï-lama, car ils constitue une partie de la spiritualité de notre Seigneur. C'est lui qui vous a instruit, qui , dans le girons de Dieu ramena les âmes frivoles ce qui vous a rendus dignes des bienfaits du Créateur, qui a permis enfin à chaque être de connaître le bien et le mal ; son om et ses actes ont été enregistrés dans nos écritures sacrées et, en lisant sa grandes existence écoulée u milieu de gens égarés, nous pleurons sur l'horrible péché des païens qui l'ont assassiné après l'avoir mis à la torture". 

     

    Le voyageur était surpris de la ressemblance de ce ISSA avec JESUS-CHRIST. N'oublions pas que nous sommes en 1887 !. Or, de nos jours, les tibétains reconnaissent le Christ Jésus comme le plus grand des Boddhisattvas. Mais les surprises ne cesseront pas dans les découvertes que nous ferons au cours de ces articles bénis comme peut l'être notre vie en restant relié à Son Essence même. N'oublions pas, cependant les stratégies de détournement de la vérité qui permet de prendre plus de pouvoir et plus de richesse car Dieu fut souvent et l'est encore, utilisé à des fins guerrières ou de conquête ou d'asservissement : totalement contraire aux principes divins de Bonté et d'Abondances de grâce en Lui qui ne souhaite que le bien sous toutes ses formes : la santé, la guérison, l'Harmonie, l'Amour ce qu'Il inspira dans les Arts au cours des siècles et des millénaires cans les âmes de bonne volonté et portée vers ce qui est Bon et Paisible pour l'homme et sa prospérité. 

     

    Vous trouverez ce livre en PDF dans ce lien ICI mais, ne manquez pas les articles qui suivent car nous allons voyager avec ce voyageur avec illustration et cartes géographiques pour bien situer les lieux et pour ceux qui ne peuvent lire le livre en entier, il sera fait un résumé afin de découvrir tout comme l'écrivain voyageur les étapes de son voyage. D'autant que je poursuis de manière cohérente afin de vous faciliter la tâche. Le Livre en cours La Vie des Maîtres sera repris ensuite d'une façon résumée reprenant les éléments les plus importants également. Ainsi chaque article se suit de manière cohérente.

     

    Bonne lecture chers lecteurs et amis !

    ©Colinearcenciel, 6 novembre 2017

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Résultat de recherche d'images pour "Jésus de soeur Faustine"

     

    L'apparence physique de Jésus Christ, semble d'après wikipédia, impossible à connaître car, il est affirmé qu'il n'existe aucun document fiable le décrivant. Or, il existe des documents de l'époque de la vie de Jésus au Vatican et ils devraient pour tous les chrétiens, être publiés afin que tous sachent. Cependant, ces documents demeurent secrets et consultables uniquement par certains privilégiés. Nous savons également par la description de ceux qui ont vu Jésus qui est apparut tant de fois au cours des siècles, quelle était l'apparence de Jésus. Soeur Faustine en fit un portrait certes si peu en correspondance avec sa beauté. Elle le dit elle même. Voyons une lettre qui serait fausse selon Wikipédia concernant cet Être merveilleux.

    Ancienne carte postale d'église en provenance d'Italie

    Source

     

    LETTRE DE   FABRICIUS  PUBLIUS  LENTULUS 
    Gouverneur de la Judée sous le règne de Tibère César au  SÉNAT  ROMAIN.

      
         Publius Lentulus à 
      TIBÈRE  EMPEREUR 


                - Salut -

        Voici. ô Majesté. la réponse que tu désires. 
        Il est apparu un homme doué d'une puissance exceptionnelle, on l'appelle le grand prophète; ses disciples l'appellent FILS DE DIEU, son nom est JÉSUS-CHRIST. En vérité, ô César, on entend raconter chaque jour, des choses merveilleuses de ce Christ qui ressuscite les morts, guérit toute infirmité et étonne toute Jérusalem par sa doctrine extraordinaire. Il a un aspect majestueux et une figure rayonnante pleine de suavité; de manière que tous ceux qui le voient sont pénétrés d'amour et de crainte à la fois. On dit que son visage rosé à la barbe divisée par le milieu est d'une beauté incomparable et que personne ne peut le regarder fixement sans en être ébloui. 

     


       Par ses traits, ses yeux bleu ciel, ses cheveux châtain clair, il ressemble à sa mère qui est la plus belle et la plus douce des femmes que l'on ait jamais vu dans ces contrées. 

     

    Son langage précis, net, grave, inattaquable est l'expression la plus pure de la vertu, d'une science qui surpasse de beaucoup celle des plus grands génies. 

     


       Dans ses reproches et dans ses réprimandes il est formidable; dans son enseignement et ses exhortations il est doux, aimable, attrayant, irresistible. Il va nu-pieds et tête-nue; à le voir de loin, on rit, mais à sa présence on tremble et l'on est déconcerté. On ne l'a jamais vu rire, mais on l'a vu pleurer. Tous ceux qui l'ont approché disent qu'ils en ont reçu santé et bienfaits; néanmoins je suis harcelé par des méchants qui disent qu'il nuit grandement a Ta Majesté, parce qu'il affirme publiquement que les rois et leurs sujets sont égaux devant DIEU. Commande-moi donc, Tu seras promptement obéi.

     

    P.Lentulus.  proconsul romain en Judée

    .

    La lettre de Lentulus est considérée comme apocryphe pour un certain nombre de raisons. Aucun gouverneur de Jérusalem ou procureur de Judée n'est connu pour avoir été appellé Lentulus et un gouverneur romain ne se serait pas adressé au Sénat de la manière représentée. Cependant les actes du divin Augustus énumèrent un Publius Lentulus comme étant élu en tant que consul romain pendant le règne d'Augustus. En outre, un écrivain romain n'aurait pas utilisé les expression "prophète de vérité" fils des hommes" ou "Jésus Christ". Les deux premiers sont des idiomes hébreux et le troisième est tiré du Nouveau Testament. La lettre donne donc une description de Jésus telle que la piété chrétienne l'a conçu.

     

    La lettre a été imprimée pour la première fois dans  la "Vie du Christ" par Ludolphe de Chartreux (Cologne 1474) et dans l'introduction aux oeuvres de Saint Anselme" (Nuremberg, 1491). Mais ce n'est ni l'oeuvre de Saint Anselme ni celle de Ludolphe. Selon le manuscrit, un certain Giacomo Colonna a trouvé la lettre en 1421 dans un ancien document romain envoyé à Romme par Constantinople. Il doit avoir été d'origine grecque, et traduit en latin au cours du treizième ou quatorzième siècle, bien qu'il ait reçu sa forme actuelle aux mains d'un humaniste du quinzième et seizième siècle. Christophe Mylius, le bibliothécaire du XVIIIème sicèle d'Iéna a déclaré que la lettre était écrite en lettres d'or sur papier rouge et richement liée, mais perdue.

    Friedrich Münter lettré du XIXème siècle, croyait pouvoir retracer la lettre jusqu'à l'époque du Dioclétien, mais les érudits d'aujourd'hui ne l'acceptent généralement pas. La lettre se lit en traduction :

    "Lentulus, le gouverneur des Jésuralemites au Sénat et au peuple romain "

    "Salutation.

     

    Il est apparu de nos jours,  un homme d'une grande puissance (la vertu), appellé Jésus Christ. Les gens l'appelle prophète de la vérité, ses disciples "fils de Dieu". Il ressuscite les morts et gérit les infirmités. C'est un homme de taille moyenne (statura procerus, mediocris et spectabilis) : il a un aspect vénérable, et ses spectateurs peuvent à la fois le craindre et l'aimer. Ses cheveux sont de la couleur de la noisette mûre, jusqu'aux oreilles, mais au dessous des oreilles ondulées et frisées, avec un reflet bleuté et lumineux qui coule sur les épaules. Il est séparé en deux sur le dessus de la tête, après le modèle des nazaréens. Son front est lisse et très gain avec un visage sans ride ni tache, embelli d'un teint légèrement rougeâtre. Son nez et sa bouche sont parfaits. Sa barbe est abondante, de la couleur de ses cheveux et divisée au menton. Son aspect est simple et mature, ses yeux sont changeants et lumineux. Il est terrible dans ses réprimandes,  doux et aimables dans ses admonitions gai et sans perdre sa gravité. Il n'a jamais été connu pour rire, mais souvent pour pleurer. Sa taille est droite, ses mains et ses bras beaux à voir Sa conversation est grave, peu fréquente et modeste. Il est le plus beau parmi les enfants des hommes".

     

     

    Différents manuscrits varient du texte précédent dans plusieurs détails. Ernst von Dobschütz, énumère les manuscrits et en fait une critique. La description est en accord avec la soit disant image d'Abgar de Jésus et il est également d'accord avec le portrait de Jésus Christ dessiné par Nicéphore, SaintJean Damascène et le Livre des Peintres (du Mont Athos).

    Voyons en premier lieu, ce que l'on raconte sur Jésus Christ et Abgar d'Edesse. Avant la crucifixion de Jésus Christ un roi appellé Abgar V Ukkâma  "Abgar V le noir" en araméen règnait sur le royaume d'Osroène qui avait sa capitale à Edesse actuellement Urfa en Turquie. Edesse était une forteresse de force considéralbe très proche de l'Euphrate. Elle était un carrefour important en routes pour les caravanes convoyant les marchandises en provenance de la Chine et de l'Inde vers l'Ouest. Il y a une route nord sud reliant les hauts plateaux arméniens avec Antioche et Edesse à l'époque figure pari les bonnes places sur la scène internationale.

     

    Dans les archives d'Edesse exite une correspondance entre Jésus Christ et le roi Abgar et cela est raconté par un historien : Eusède l'évêque de Césarée. Eusède a copié ces lettres. Il existe une copie en araméen, en syriaque et en grec. Cette correspondance est la lettre du roi et la réponse qui fut dictée par Jésus Christ. Le roi Abgarsouhaitait que Jésus vienne près de lui. Il confia son courrier à Hannan son coursier et homme de confiance afin de l'apporter à Jésus Christ. Voici le contenu de sa lettre :

     

     

     

    .

     

     

     

    Le royaume d'Osroène

     

    Voici le texte de cette correspondance :

    Abgar Oukkama à Jésus, le bon médecin qui est apparu dans le pays de Jérusalem, salutation. J'ai entendu parler de toi et de tes guérisons effectuées, que tu n'utilises ni médicaments ni racines, mais par ta parole, tu fais voir les aveugles et marcher les boiteux, tu purifies les lépreux, fais entendre les sourds. Comment par ta parole, tu guéris les esprits des malades et ceux qui sont tourmentés par les démons, et que tu ramènes les morts à la vie. Et après avoir entendu toutes ces choses que tu fais, je conclus que l'une des deux choses doit être vraie : soit tu es descendu du ciel, ou bien tu es le fils de Dieu. Je t'écrit donc pour te demander si tu veux prendre la peine de venir à moi, qui t'adore, et guérir tout le mal dont je souffre, selon la foi que j'ai en toi. J'ai entendu dire que les Juifs murmurent contre toi et te persécutent, qu'ils cherchent à te crucifier pour te détruire. Mais je possède une petite ville, elle est jolie et assez grande pour nous deux à vivre en paix. "

    Quand Jésus reçu la lettre, dans la maison du grand prêtre des juifs, il dit à Hannan, le secrétaire, " Va, toi, et dis à ton maître qui t'a envoyé à moi " :

    Heureux es tu qui a cru en moi sans m'avoir vu. Car il est dit à mon sujet, que ceux qui m'ont vu, ne veulent pas croire en moi, et que ceux qui ne m'ont pas vu, veulent croire et être sauvés. Mais au regard de ce que tu m'as écrit, que je devrais venir à toi, il est nécessaire pour moi de remplir toutes choses ici pour lesquelles j'ai été envoyé, et après je monte à nouveau vers mon Père qui m'a envoyé. Quand je serai monté auprès de lui, je t'enverrai un de mes disciples, qui peut guérir toutes tes souffrances et te redonner la santé, et convertir tous ceux qui sont avec toi pour la vie éternelle. Et ta ville sera bénie à jamais, et l'ennemi ne la prendra jamais. "

    Abgar dépêcha Hannan (ou Ananias) avec une lettre, dans laquelle il demandait à Jésus de venir à Édesse pour le guérir. Hannan était un peintre, et au cas où Jésus refuserait de venir, Abgar lui demanda de faire son portrait et de le lui apporter. Hannan trouva Jésus, mais il était entouré d'une grande foule et il ne put l'approcher. Il voulut faire son portrait, mais n'y parvenait pas " à cause de la gloire indicible de son visage qui changeait dans la Grâce ". Voyant qu' Hannan désirait le peindre, Jésus demanda de l'eau, lava et essuya son visage avec un linge et sur ce linge ses traits restèrent fixés. C'est pourquoi cette image est connue sous le nom de " Mandylion " (Mouchoir). Jésus le remit à Hannan et lui dit de le porter avec une lettre à Abgar. Dans sa lettre Jésus refusait d'aller à Édesse, car il avait une mission à accomplir. Quand Abgar reçut le portrait, il guérit de sa maladie. Sur le portrait miraculeux de Jésus, Abgar fit écrire ces paroles : " O Christ Dieu, celui qui espère en Toi ne périra pas ". Il fit enlever une idole qui se trouvait dans une niche au-dessus d'une des portes de la ville, et y fit placer la Sainte Image.

    Icône d'Abgar tenant le Mandylion - Encaustique - Xème siècle - Monastère chrétien orthodoxe Sainte-Catherine - Égypte

    L'image refait surface en 525 AD, lors d'une crue du Daisan, affluent de l’Euphrate, dont l'inondation détruit la ville d’Édesse. Cette crue est mentionnée dans les écrits de Procope de Césarée.

    Lors de la reconstruction de la ville, est découvert un linge, portant les traits d’un visage, caché dans une niche maçonnée au-dessus de la porte ouest. Ce linge est alors identifié au portrait offert à Abgar. L’empereur Justinien fait construire, en son honneur, la basilique Sainte-Sophie d’Édesse, qui conserve le linge enfermé dans un reliquaire, à l‘intérieur d‘une chapelle à droite de l’abside.

    En 544, durant le siège de la ville par le roi perse Chosmès, à peine le Mandylion est-il montré du haut des remparts, que c’est la débâcle parmi les assiégeants.

    Au cours de la période allant de 544 à 944, la notoriété du Mandylion se répand dans tout l'empire de Byzance. L‘autorité centrale ne peut l'ignorer.

    Dans la dernière année de son règne, l’empereur romain Lécapène Ier (920 à 944) envoie le général Jean Curcas à Édesse. Après un siège rapide, il contraint la ville à céder le Mandylion. Au cours d’un voyage triomphal, le linge est transporté à Constantinople, où il arrive le 15 août 944. Il sera conservé dans la chapelle du Phareet jusqu'en 1204.

    En 1146, les Turcs s'emparent d'Édesse et la basilique Sainte Sophie est détruite.

    Le tissu disparaît de Constantinople au cours de la quatrième croisade en 1204 et réapparaît en tant que relique, conservée par Saint Louis, à la Sainte Chapelle.

    Il disparaît définitivement lors de la Révolution française.

    Copie du Mandylion, au centre de l'immense croix ornée de joyaux qui se trouve au milieu de l'abside de la Basilique Saint Apollinaire in Classe à Ravenne

    La basilique Saint-Apollinaire in Classe est une basilique du VIème siècle, située àClassis (en italien : Classe), ancien port antique de Ravenne en Italie, aujourd'hui ensablé.

    Commencée par l'évêque Ursicinus, la basilique fut inaugurée le 9 mai 549 par l'évêque Maximien. Les travaux ont été financés par le banquier Julianus Argentarius.

    Le terme in Classe vient de l'antique ville romaine de Civitas Classis, signifiant « ville de la flotte », qui s'était développée autour du port de Ravenne et qu'Auguste avait renforcée pour la défense de toute la mer Adriatique. La ville avait une population assez homogène de migrants originaires des provinces orientales de l'Empire byzantin, dont faisait partie Apollinaire de Ravenne, venu d'Antioche à la fin du Ier ou au début du IIème siècle.

    Abside de la Basilique Saint Apollinaire in Classe

    Le point au centre de la croix est la copie du Mandylion.

    Christ barbu - Peinture murale dans les catacombes romaines de Commodilla sur la Via Ostiensis - Rome - fin du IVème siècle

     

    Extrait de ce site : ICI

     

    Quant à la lettre Publius Lentulus : elle a eu une publication généralisée et prise comme témoin occulaire pendant une longue période. Elle a également donné divers artistes, tels que Dirk Bouts, un modèle sur lequel est basé le visage et l'apparence de Jésus Christ. Voici un portrait du Christ de Dirk Bouts : remarquez la position des mains : cette position des mains, Jeanne d'Arc l'utilisait pour prier. Or, dans cette position particulière dans la prière, le creux des paumes de chaque main se rejoigne pour former une énergie du Ki ou Shi dont nous parlons dans la rubrique du monde mystique. Cette position des mains n'est certainement pas mise par hasard, elle invoque le nom de "Père", Dieu en tant que Père et Créateur de sa créature :"celui en qui tout se confie en tout et pour tout". Le geste ici est évoqué, mais à son début, les mains se nouent fermement et tranquillement. La souffrance du Christ est importante car la couronne d'épine suit d'atroces sévices et tortures physiques. Ses lèvres sont serrées et sèches. 

    Image associée

    Un autre portrait du Christ du même peintre où l'on voit que les clous ont été enfoncés au creux de chaque main dans ces points d'énergie du Ki ou Shi ou Chi. Terrible souffrance infligée dans la crucifixion, où les crucifiés pendus par les mains et sans support pour les pieds également cloués, mourraient étouffés dans d'atroces souffrances, malgré cela le Christ a pu parlé. "Père je remets mon âme entre tes mains" furent ses derniers mots.

    Image associée

     

     

     

     

    Les plus grands peintres n'ont pu rendre complètement ce rayonnement de Jésus Christ, sa beauté extraordinaire remplie d'amour et d'humilité et de fermeté, pourvu d'une autorité divine. Son aspect est harmonieux, ses yeux bleus et ses cheveux sont décrits comme châtain blond mais il est une description d'origine qui les décrivent comme auburn. Il porte des cheveux mi longts ondulés et une barbe relativement fine. Les plus beaux portraits relevés sont notamment ceux de Léonard de Vinci et voici une série de portraits approchant son aspect physique. Voici le portrait de Soeur Faustine réalisé sur la demande de Soeur Faustine béatifiée par Jean Paul II.

    Apparence physique de Jésus Christ

     

     

    Apparence physique de Jésus Christ

     

     

     

     

    Apparence physique de Jésus Christ

     

    Auteur inconnu (si tel n'est pas le cas, faites le moi savoir)

     

    Apparence physique de Jésus Christ

     

    Auteur inconnu (si tel n'est pas le cas, faites le moi savoir)

     

    Apparence physique de Jésus Christ

     

    Ci dessous le Christ Cosmique

    Apparence physique de Jésus Christ

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Jésus de soeur Faustine"

     

     

    Ci dessous le Christ Jésus selon Léonard de VINCI, inventeur, visionnaire, peintre, rempli de dons.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Jésus Christ léonard de vinci" 

     

    Marie Madeleine de Léonard de Vinci

    Résultat de recherche d'images pour "Jésus Christ léonard de vinci" 

    Sainte Anne de Léonard de Vinci

    Image associée 

     

    Christ enfant et la vierge Marie de léonard de Vinci

    Résultat de recherche d'images pour "Ange de léonard de vinci" 

     

     

    Remarquons que ces portraits du Christ ont une similitude y compris dans la couleur des cheveux. D'autres documents existeraient en Orient sur la période "cachée" de la vie de Jésus Christ dans des lieux tels que le Potala au Tibet, signalé il y a plus d'un siècle : ces documents doivent être nombreux selon les témoins, avec de nombreuses copies et très prisés. Il mesurait selon des documents d'époque 1 m 68. Les yeux bleus sont confirmés par de nombreuses apparitions de Jésus dans le monde entier. Il porte souvent une robe blanche écrue avec les manches évasées.

     

     


    2 commentaires
  •  

    Nous poursuivons ce voyage avec le voyageur sur les traces de passages d'ISSA doit Jésus Christ en Orient et malgré l'informatique, la documentation, le changement d'époque et le fait d'avoir imprimé ces documents : la documentation demeure difficile d'accès. Cependant, persévérons.

    Voyager à la fin du XIXème siècle, en 2017 et bien, cela demande encore des plans et des images. Déjà, retrouver des images actuelles dans les mêmes lieux, est une chance !

    Notre voyageur, se trouve toujours au Cachemire (Kashmyr écrit il) en Indes. Il se trouve étonné de découvrir la polyandrie des bouddhistes du Thibet, décrivant des femmes souriantes, avenantes et contentes de vivre, à côté de pauvres hommes chétifs, très ouvrageux et tristes, courbés et vieux avant l'âge. Et ces auteurs trouvent les thibétains très laids et semblent un peu méprisant vis à vis des hommes. Voici un extrait :"Les jours de chacun des maris sont déterminés à l'avance et chacun s'acquitte très exactement de ses devoirs, aussi les hommes sont ils en général faibles, le dos un peu voûté et ils ne vivent pas très vieux".

    Il se rendait cette fois au Ladak.

    Résultat de recherche d'images pour "Le Ladakh"

     

     

    "Le Ladakh est très souvent surnommé le « Petit Tibet » en raison de ses paysages de hautes montagnes et surtout de ses innombrables temples bouddhistes perchés sur des pitons à plus de 4 000 mètres d’altitude. C’est encore davantage le cas depuis l’annexion du Tibet par la Chine au début des années 1950: le Ladakh étant maintenant considéré comme le cœur névralgique du bouddhisme himalayen. En effet, dès que l’on arrive au Ladakh, il est impossible de se tromper : il s’agit bien d’un territoire bouddhiste. Les drapeaux de prières décorent les maisons et les bâtiments officiels, les moulins à prières et les stupas bordent les routes et l’on peut distinguer au loin les nombreux monastères surplombant les larges vallées. Nous avons donc bien entendu consacré une partie de notre séjour à la découverte de la culture bouddhiste himalayenne en visitant de nombreux monastères répartis sur ce territoire grand comme l’Irlande"  Image et extrait du site en cliquant ICI

     

    Nous nous trouvons dans une zone appellé "le petit Tibet". L'auteur parle d'un roi du "Thibet" contemporain de Mahomet qui entreprit la création d'une langue universellle pour tous les adeptes du Bouddha. Dans ce but, il fit simplifier la grammaire sanskrite, composa un alphabet qui contenait un nombre infini de signes et jeta ainsi les bases d'une langue dont la prononciation est des plus faciles et l'écriture des lus compliquées" dit il. Ainsi toute la littérature du Thibet est écrite dans cette langue ajoute t'il. On ne parle d'ailleurs la pure langue thibétaine qu'au Ladakh et dans le Thibet oriental. Il ajoute que ce n'est que dans les couvents que l'on peut trouver la langue tibétaine dans sa pureté et dans son intégrité et ceci dans les monastères. Alors de ce fait, nous allons un peu nous plonger dans l'histoire du Tibet.

     

    "Au VIIème siècle, une monarchie d’une certaine importance émerge sur le territoire du Tibet actuel, marquant sa naissance comme entité politique unifiée.

    Les rois ou empereurs de la dynastie Yarlung, dans la vallée duquel leur capitale de Yumbum  Lhakang aurait tout d’abord été installée, prétendent remonter au IIème siècle avant Jésus Christ  où le mythique Nyatri Tsenpo descendu du ciel aurait été intronisé (en moins 127  selon l’historiographie traditionnelle). Leur chefferie de Sheboye deviendra un royaume appelé Pugyäl (Tufan ou Tubo  par les Chinois et Tüböt par les Mongols, d’où le nom de Tibet)".

    Voici le premier bâtiment tibétain, le palais de Le palais de YumbulagangYumbu Lhakhang ou encore Yungbulakang) est une forteresse de la vallée du fleuve du Yarlung Tsangpo près de Lhassa au Tibet. 

    Image illustrative de l'article Yumbulagang

    Photo de 1939 du premier palais tibétain.

     

    Le voici en 2007

     

    Il se trouve sur la colline des biches appellée ainsi car elle a une forme de biche.

    3. A la suite du voyage de Jésus Christ

    1938, ce premier Palais fut détruit et reconstruit en 1987.

    Sous cette photo il est écrit ceci : "À des fins documentaires, les Archives fédérales allemandes ont souvent maintenu les descriptions originales d’images, qui peuvent être erronées, biaisées, désuètes ou politiquement tendancieusesOmbulakhang (File:Bundesarchiv Bild 135-S-15-19-31, Tibetexpedition, Blick auf Kloster (Yumbu Lagang).jpg Création : 1 janvier 1938).

     

    Nous vérifions les dires du voyageur en constatant la véracité historique de ses propos ici :

    Les trois rois du Dharma furent les 33ème, 38ème et 41ème souverains 33e, (Songtsen Gampo, Trisong Desens et Tri Ralpachen). Le premier d'entre eux, Songtsen Gampo unifia le Tibet et fonda l'Empire du Tibet  en l'étendant à des régions voisines, telles que  l'Amdo), notamment par la création d'une langue et d'une écriture communes pour traduire et diffuser le bouddhisme. Le voici représenté :

    King Songsten Gampo's statue in his meditation cave at Yerpa.jpg

    Songtsen Gampo (en tibétain: Srong-btsan Sgam-po, pyini, : Songzain Gambo ; né vers 609 , 613  - mort en  650,  33ème  souverain de la dynastrie Yarlung,  fut  l'un des « trois rois religieux » du Tibet.  

    Il transforme le Royaume en Empire du Tibet et conquiert de nombreux territoires jusque-là occupé par d'autres pays et cultures. Il fonde Lhassa où il installe sa résidence principale et son administration, et fit construire le premier bâtiment du Palais du Potala . Yumbulagang était son palais d'été où la princesse Wencheg  de la Dynastie Tang le rejoint avant que Songtsen Gampo ne déplace son siège principal à Lhassa. Il donna au royaume du Tibet les frontières qui seront encore les siennes au début du XXème siècle.    Il fit construire les temples de Jokhang et de Ramoché.  Sous son règne sera créée l'écriture tibétaine.

    Notre voyageur et plus tard écrivan du Livre "La vie inconnue de Jésus Christ" contine à parler avec le Lama qu'il a rencontré sur la personne de ISSA (Jésus Christ) et songe à lui demander via son interprète où se trouveraient les écritures parlant de la vie d'ISSA. Le lama répondit :

    "Les rouleaux principaux,dont la rédaction s'est faite, dans l'Inde et dans le Népal, à différentes époques selon et à mesure des évènements, se trouvent à Lassa au nombre de plusieurs milliers. Dans quelques grands monastères on en trouve des copies faites elles aussi à plusieurs époques. Le lama exprima qu'il ne possédait pas de copies. Le voyageur réfléchissait en se demandant comme Issa, prophète chez les bouddhistes avait pu se rendre là bàs alors qu'il était originaire de Palestine   et qu'il y vécu ainsi qu'en Egypte mais l'évangile ne contient aucune allusion au rôle que le bouddhisme aurait joué sur l'éducation de Jésus. Aussi, il se décida à visiter des monastères du Thibet en espérant trouver d'autres renseignements, des copies ou des documents qui permettrait d'affirmer encore un peu plus cette thèse. 

    Il partit vers Karbou après avoir longé la vallée de la rivière Salinoumah, passa par le village de Chagdoom et fut ravi de rencontrer un autre forme d'architecture lorsqu'il vit de petites maisons à deux ou trois étages qui lui rappellait un peu l'Europe. Il se rendit dans un hameau du nom de Lamayure où un couvent semble collé aux flancs du rocher. Pas d'escalier pour arriver à ce "couvent" mais des cordes pour passer d'un étage à l'autre" et ce couvent ressemble à un grand nid accolés aux paroi rocheuses, il parle plutôt de "grands nids". 

    Monastère Lakkah qui pourrait ressembler  à celui décrit car un village se trouvait en dessous mais sans certitude car l'auteur ne donne pas de précision et les noms cités sont très difficiles à situer géographiquement mais par la suite, il est bien probable que nous pourrons recadrer son parcours.

    3. A la suite du voyage de Jésus Christ

    Du site ici

    qui est un site de voyage.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Malgré les fatigues du voyage, notre auteur se mit à gravir les pentes pour tenter d'arriver au monastère où il fut invité et, "les murs étaient garnis des inévitables statues de Bouddhas, de livres et de girouettes". Les lamas loquaces se mirent à lui expliquer le rôle et la signification de chaque objet. Il leur demanda s'ils possédaient de la documentation sur ISSA et on lui répondit que non car tout ce que concernait les saints se trouvaient à Lhassa. Mais un moine lui raconta qu'il avait vécu de nombreuses années dans un monastère au delà du Ladakh où il pu consulté et lire des milliers de livres et des rouleaux copiés (or, il existait (si les chinois ne l'ont pas détruit, un monastère pas loin du Palais de Lhassa où se trouvait la plus éminente collection d'oeuvres écrites...)). L'auteur appris que le monastère se trouvait près de Leh.

     

    (Voir situation sur carte : Inde)

    La partie claire au dessus en forme d'oiseau  et vers la droite au dessus comme une tête d'oiseau avec un oeil est le lieu de Leh.

     

    4.

     

    Leh : La plus grande ville du Ladakh, Leh est une destination majeure pour des voyageurs. Le tourisme à Leh Ladakh dépend en grande partie des routes de trekking et de plusieurs monastères dans la région. Le Monastère Hemis, le Monastère Alchi, le Monastère Thiksey et le Monastère Spituk sont les attractions touristiques majeures, tandis que, le Palais de Leh, le Palais Stok et le Fort de Général Zorawar sont aussi les monuments populaires de Leh.

    Le palais de Leh est assez récent donc, il n'est pas intéressant de s'y attarder.

    Bâti sur une hauteur, le monastère de Thiksey. date de 1430 et appartient à l'ordre Gelugpa. Le monastère de Hémis est l'un des plus grands : le voici ci dessous. 

     

    Résultat de recherche d'images pour "Monastère Hemis de Leh"

     

    Notre voyageur décide de quitter le Ladakh où il a visité tous les monastères. Rappellez vous qu'un Lama lui avait dit qu'il avait vu beaucoup de documents au delà de Leh ! Il se trouve donc dans la région indienne déjà à la fois bouddhiste et tibétaine. Il prend l'unique route menant du Cachemire au Tibet. L'auteur nous laisse cette image dessinée ci dessous :

    Résultat de recherche d'images pour "Forteresse de Khalsi à LEH"

     

    Pour plus de visibilité, l'on se rend compte que Notovitch notre voyageur et écrivain dû fournir un grand effort pour faire un si grand voyage ! De plus nous comprenons mieux son parcours car il se trouve à Kargil et se dirige ensuite vers Leh et puis part vers le Tibet par l'unique route pouvant le mener dans ce pays.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Forteresse de Khalsi à LEH"

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique