• J'AVAIS UN CAMARADE - CHANT DE RÉVOLTE -CHANT DU LEGIONNAIRE : J'AVAIS UN CAMARADE

    ILLUSTRATION  (CHANSONS POPULAIRES D'AVANT LE XIXeme)posté le mercredi 01 octobre 2008 23:14

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, ILLUSTRATION
     
    lien permanent

    MA PREMIERE VIDEO NOTATION (CHANSONS POPULAIRES D'AVANT LE XIXeme)posté le lundi 28 novembre 2011 21:02

    Un première expérience dans la notation filmée pour la chanson ancienne transcrite : un léger décalage entre le texte, les notes et le chant, mais je n'ai su y remédier malgré de nombreux essais : néanmoins, je suis contente de ce premier résultat. 

    .

    .

    .

     
    lien permanent

    CHANT REVOLUTIONNAIRE : LA VARSOVIENNE  (CHANSONS POPULAIRES D'AVANT LE XIXeme)posté le dimanche 20 septembre 2009 13:01

     

    La Varsovienne est un chant polonais devenu très populaire en Russie, dans les périodes révolutionnaires en 1905 et 1917.

     

     

    La Varsovienne

    En rangs serrés l’ennemi nous attaque
    Autour de notre drapeau groupons-nous.
    Que nous importe la mort menaçante
    Pour notre cause soyons prêts à souffrir
    Mais le genre humain courbé sous la honte
    Ne doit avoir qu’un seul étendard,
    Un seul mot d’ordre Travail et Justice,
    Fraternité de tous les ouvriers.

    REFRAIN
    O frères, aux armes, pour notre lutte,
    Pour la victoire de tous les travailleurs.

    Les profiteurs vautrés dans la richesse
    Privent de pain l’ouvrier affamé.
    Ceux qui sont morts pour nos grandes idées
    N’ont pas en vain combattu et péri.
    Contre les richards et les ploutocrates.
    Contre les rois, contre les trônes pourris,
    Nous lancerons la vengeance puissante
    Et nous serons à tout jamais victorieux

    .

     

    lien permanent

    CHANSON REVOLUTIONNAIRE : CHANT DE LA REVOLTE  (CHANSONS POPULAIRES D'AVANT LE XIXeme)posté le dimanche 20 septembre 2009 13:40

     

     

     

     

    CHANT DE RÉVOLTE
    Paroles: Sébastien Faure


    Nous sommes les persécutés
    De tous les temps et de toutes les races;
    Toujours nous fûmes exploités
    Par les tyrans et les rapaces.
    Mais nous ne voulons plus fléchir
    Sous le joug qui courba nos pères,
    Car nous voulons nous affranchir
    De ce qui cause nos misères.


    REFRAIN :
    Église, parlement, capitalisme, état, magistrature,
    Patrons et gouvernants,
    Libérons-nous de cette pourriture.

    Pressant est notre appel,
    Donnons l'assaut au monde autoritaire,

    Et d'un coeur fraternel,
    Nous réaliserons l'Idéal libertaire !

    Capitalisme
    Ouvriers ou bien paysans,
    Travailleurs de la terre ou de l'usine,
    Nous sommes, dès nos jeunes ans,

    Réduits au labeur qui nous mine.
    D'un bout du monde à l'autre bout,
    C'est nous qui créons l'abondance;
    C'est
     nous tous qui produisons
    Et nous vivons dans l'indigence.

    REFRAIN

    État
    L'état nous écrase d'impôts:
    Il faut payer ses juges, sa flicaille;
    Et si nous protestons trop haut,
    Au nom de le "ordre", on nous mitraille.
    Les maîtres ont changé cent fois,
    C'est le jeu de la politique;
    Quels que soient ceux qui font les lois,
    C'est bien toujours la même clique.

    REFRAIN

    Patrie
    Pour défendre les intérêts
    Des flibustiers de la grande industrie,
    On nous ordonne d'être prêts
    A mourir pour notre patrie.
    Nous ne possédons rien de rien,
    Nous avons horreur de la guerre;
    Voleurs, défendez votre bien,
    Ce n'est pas à nous de le faire.

    REFRAIN

    Union
    Déshérités, soyons amis,
    Mettons un terme à nos tristes disputes.
    Debout! ne soyons plus soumis,
    Organisons la Grande Lutte.
    Tournons le dos aux endormeurs,
    Qui bercent la misère humaine,
    Clouons le bec aux imposteurs
    Qui sèment entre nous la haine.

    REFRAIN

    Révolte
    Partout sévit l'Autorité:
    Des gouvernants l'Internationale
    Jugule notre liberté
    Dont le souffle n'est plus qu'un râle.
    L'heure a sonné de réagir;
    En tous lieux la Révolte gronde.
    Compagnons, sachons nous unir
    Contre tous les Maîtres du Monde !


     

     

     

    .

     

    lien permanent

    CHANT DU LEGIONNAIRE : J'AVAIS UN CAMARADE page 732  (CHANSONS POPULAIRES D'AVANT LE XIXeme)posté le dimanche 20 septembre 2009 14:05

     

    .

    J'AVAIS UN

    .

     CAMARADE

    .

     

    J'avais un camarade,
    De meilleur il n'en est pas;
    Dans la paix et dans la guerre
    Nous allions comme des frères
     Marchant d'un même pas. 

    2. Mais une balle siffle.
    Qui de nous sera frappé?
    Le voilà qui tombe à terre,
    Il est là dans la poussière;
     Mon cœur est déchiré. 

    3. La main il veut me tendre
    Mais je charge mon fusil;
    Adieu donc, adieu mon frère
    Dans le ciel et sur la terre
     Restons toujours unis.

    « ATTENDS, ATTENDS ENCORE - Mélodie avant 1900 - Mon arrangement Musical LE CHANT DES MARAIS-VLA LE SIRE DE FISCH TON KAN-CONTRE LA POISSON, VERS 1750 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :