• EN ATTENTE DE MISE en page

     

     

     

    .

    | BEETHOVEN DANS UN DESSIN ANIME | LA CINQUIEME |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le vendredi 15 septembre 2006 01:26

     

     

    lien permanent

    LUDWIG VAN BEETHOVEN - CELLO SONATA N°4  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 18 septembre 2006 01:00

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, LUDWIG VAN BEETHOVEN - CELLO SONATA N°4

     

    Ludwig Van Beethoven

     

    Cello Sonata n° 4 

     

     part I

    Avec Glenn Gould et Léonard Rose

     

    lien permanent
     
    • <<
    •  
    • <<
    •  
    • 1
    •  
    • 2
    •  
    • 3
    •  
    • 4
    •  

    LUDWIG VAN BEETHOVEN - CELLO SONATA IN° 4 II & III page 44 (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 18 septembre 2006 01:05

     

     

    ...

     

    Cello Sonata

     

    N° 4 part II and III

     

     

    ..

    *

     

     

     

    ....

    lien permanent

    OUVERTURE de Ludwig Van BEETHOVEN | SYMPHONIE N° 4 |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 09 octobre 2006 01:52

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, OUVERTURE de Ludwig Van BEETHOVEN | SYMPHONIE N° 4 |

    .

    OUVERTURE

    .

     

    SYMPHONIE N° 4

    Cette Symphonie fut écrite par Beethoven à un moment paisible de sa vie : on dit d'ailleurs que ses symphonies paires sont tranquilles et paisibles ce qui n'est pas le cas de ses symphonies impairs. Il dédie cette symphonie au Comte Frans Von Oppersdoff qui était un parent de son protecteur le prince Lichnowski. 30' 40" de musique...

     

     

    lien permanent

    PASSION POUR BEETHOVEN (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 24 octobre 2006 13:13

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, PASSION POUR BEETHOVEN
    lien permanent

    | MA PASSION POUR BEETHOVEN | LE CLAIR DE LUNE |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 24 octobre 2006 13:17


     

    MA PASSION POUR Ludwig Van BEETHOVEN rejaillit au travers de ces diaporamas que j'ai créé ce jour pour lui rendre hommage... D'autres pages de ce blog sont consacrées à la musique du Maître.

    lien permanent

    MA PASSION POUR LUI  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 24 octobre 2006 13:38

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, MA PASSION POUR LUI
     
    lien permanent
     
    • <<
    •  
    • <<
    •  
    • 1
    •  
    • 2
    •  
    • 3
    •  
    • 4
    •  
    • 5
    •  
    • 6
    •  
    • 7
    •  
    • >
    •  
    • >>
    •  
    |
     

    MON AMOUR DE BEETHOVEN - Page 45 (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 24 octobre 2006 13:41

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, MON AMOUR DE BEETHOVEN - Page 45
     
    lien permanent

    | UN PORTRAIT DE LUDWIG VAN BEETHOVEN |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mercredi 25 octobre 2006 09:17

     

    Ludwig van Beethoven peint par Joseph Karl van Stielen

     .

    lien permanent

    | Ludwig van BEETHOVEN | Liens sur nos blogs |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le jeudi 14 décembre 2006 00:26

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, | Ludwig van BEETHOVEN | Liens sur nos blogs |

    Lien pour écouter le Maître :

    Sonate pour piano n°8 en ut mineur, "Pathétique", Op.13 - 2ème mouvement

    et Menuet en sol majeur

    Cliquez sur le lien ci-dessous dans Classique Passionnément :

    http://wolfy.musicblog.fr/De+Colinearcenciel++à+Wolfy-7316/

    3ème mouvement de la sonate LA TEMPETE

    Interprété par le pianiste et compositeur  Dominique Salloum   :

    http://dominiquesalloum.musicblog.fr

    lien permanent

    APPASSIONATA Sonate n° 23 de Ludwig van BEETHOVEN  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 02 janvier 2007 01:03

     

    s.

    Beethoven

    Sonate Nº 23 op 57 "Appassionata"

    I allegro assai

    II. Andante con moto-attaca
    III. Allegro ma non troppo-Presto

     

     

     

     

    Third movement Allegro, ma non troppo - Presto.

    lien permanent

    A L'EPOQUE DU CONCERTO DE L'EMPEREUR page 120  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le samedi 31 mars 2007 21:56

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, A L'EPOQUE DU CONCERTO DE L'EMPEREUR page 120
     
     
    Beethoven en 1820
    Historiquement, la  ville de Vienne se fait bombarder en 1810 et est occupée par les forces françaises. Par conséquent, la monnaie Autrichienne s'effondre en 1811 et du même coup la rente annuelle de 4000 florins de Beethoven qui lui était allouée par l'Archiduc Rodolphe est réduite à néant. Son neveux Karl est placé ce qui va engendrer une série de procès. A cette triste époque Beethoven tombe malade mais, vous constaterez qu'il continue son travail avec une courageuse persévérance et un génie extraordinaire. 

               

     

     

    lien permanent
     
    • <<
    •  
    • <<
    •  
    • 1
    •  
    • 2
    •  
    • 3
    •  
    • 4
    •  
    • 5
    •  
    • 6
     
     

    CONCERTO DE L'EMPEREUR I | LUDWIG VAN BEETHOVEN au piano GLENN GOULD  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le samedi 31 mars 2007 21:44

     

     

     

    Un des plus beaux concerto de

    Ludwig Van Beethoven

     

    Il a bercé mon adolescence

     

    .

        

     

    Le quatrième concerto prend naissance au moment où le compositeur s’affirme dans tous les genres, avec la composition des quatuors Razoumovski, à la sonate Appassionata, à la symphonie héroïque et à son opéra Léonore.
    De ces cinq concertos, le cinquième concerto est le plus typique du style beethovénien. Sous-titré « L’empereur », il est composé à partir de 1808, période de troubles politiques dont on retrouve les traces sur son manuscrit avec des annotations comme « Auf die Schlacht Jubelgesang » (« Chant de triomphe pour le combat »), « Angriff » (« Attaque »), « Sieg » (« Victoire »).
    lien permanent

    CONCERTO DE L'EMPEREUR II de Ludwig van BEETHOVEN au piano GLENN GOULD  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le samedi 31 mars 2007 21:45

     

     

    Le concerto pour piano en mi bémol majeur op 73 est le dernier des cinq concertos pour piano de Ludwig van Beethoven. Sa composition commence vers 1808-1809 et est à peu près contemporaine de celle de sa cinquième et de sa sixième symphonie. Il a été créé par l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig le 28 novembre 1811. Le soliste étant Friedrich Scheneider, la surdité du compositeur étant trop avancée. La première viennoise est donnée le 11 février 1812 avec Carl Czerny au piano.

    Il est dédié à l'archiduc Rodolphe d'Autriche, son élève, dédicataire également de son quatrième concerto. Il nécessite un orchestre comportant, outre les cordes, deux flûtes, deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, deux cors, deux trompettes et des timbales.

    Le titre « concerto Empereur » n'a pas été choisi par le musicien mais probablement par l'un de ses amis. Beethoven n'avait d'ailleurs guère de sympathie pour Napoléon Bonaparte à cette époque.

    Il comprend trois mouvements dont l'exécution dure un peu plus d'une demi-heure :

    Allegro

    Adagio un poco moto - attacca:

    Rondo. Allegro ma non troppo

    Ce concerto plus encore que tous les autres fait figure de symphonie avec piano orchestral.

    ......

     

      Fichier:Beethoven.jpg

    lien permanent

    | CONCERTO DE L'EMPEUR III | BEETHOVEN | GLENN GOULD | (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le samedi 31 mars 2007 21:49

     

     

    ....

     

    lien permanent

    | CONCERTO DE L'EMPEREUR IV | BEETHOVEN | GLENN GOULD | (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le samedi 31 mars 2007 21:55

     

     

     

    lien permanent

    LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN - MVT I Page 135  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 01:20

     

    LA

    SYMPHONIE

    HEROIQUE

     

    BERNSTEIN dirige

    l'orschestre philharmonique de

    New York

     

    .

    lien permanent
     
    • <<
    •  
    • <<
    •  
    • 2
    •  
    • 3
    •  
    • 4
    •  
    • 5
    •  
    • 6

     

    LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT I & II  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 01:29

     

           La Symphonie apparaît vers 1750 en Europe.  Cette période marque un changement important dans la musique par son changement de style. La symphonie commence dans la période classique , la période romantique commence, elle, en 1800 jusque 1900.

    Vienne est la capitale à ce moment-là des grands compositeurs qui ont alors des mécènes qui vont leur permettre de composer et particulièrement sous la domination de la  cour impériale des Hasbourgs car Vienne est la capitale de cet empire. Les principaux compositeurs de Symphonie sont :

    J. Haydn (1732-1809)

    Appelé le père de la symphonie. Il compose cent sept plus ou moins élaborées qui n'atteignent pas les proportions de la 9e de Beethoven.

     

    W. A. Mozart (1756-1791)

     

    L. von Beethoven (1770-1827)

    Beethoven casse toutes les formes imposées et ouvre la voie du romantisme. 

    En Allemagne et pays germaniques (19e s et début 20e s))

    F. Schubert (1797-1828)

    F. Mendelssohn (1809-1847)

    R. Schumann (1810-1856)

    F. Liszt (1811-1886)

    A. Bruckner (1824-1896)

    J. Brahms (1833-1897) "3e B allemand après Bach et Beethoven".

    G. Mahler (1860-1911)

     

    En France (19e et 20e s)

    H. Berlioz (1803-1869)

    C. Franck (1822-1890) d'origine belge. Une seule symphonie.

    E. Lalo(1823-1892)

    C. Saint Saëns (1835-1921) Symphonie pour orgue

    G. Bizet (1838-1875) compose une seule symphonie qui est un chef d'oeuvre.

    C. Debussy (1862-1918) compose La Mer, esquisse symphonique (4 mvts). Rompt avec tous les genres. Lié au mouvement impressionniste en peinture

    O. Messiaen (1908-1992)

     

    En Russie (19e et 20e s)

    P. Tchaïkovski (1840-1893) Symphonie pathétique

    S. Rachmaninov (1873-1943)

    D. Chostakovitch (1905-1975)

    S. Prokofiev (1891-1953) connu aussi pour Pierre et le Loup

    I. Stravinsky (1882-1971) connu aussi pour Le Sacre du Printemps

     

    En Finlande (à cheval 19e – 20e)

    J. Sibelius (1865-1957)

     

    Compositeurs contemporains

    L. Berio (1925)

    K. Stockhausen (1928)

    Ch. Ives (1874-1954)

    L. Bernstein (1918-1990), grand chef d'orchestre, auteur de West Side Story.

     

              Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, LA SYMPHONIE HEROIQUE  SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN  MVT I  & II

                        NAPOLEON  BUONAPARTE

             

    Il semble que Ludwig van Beethoven ne soit pas insensible à l'avènement d'un certain Napoléon Bonaparte et sa Symphonie Héroïque serait en relation directe avec le futur Empereur des français qui lui a inspiré cette Symphonie.

     

    lien permanent

    LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT II (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 01:39

     

                 La symphonie prend une forme typiquement romantique durant tout le XIXème siècle et tout compositeur se devait de composer une première symphonie et arriver à neuf, comme Beethoven, la référence absolue.

     

    Au XXème siècle la composition de la Symphonie garde sa forme avec des compositeur très audacieux. 

     

    Tout est beau dans ce deuxième mouvement, il y a des passages très doux qui touchent au coeur : toutes les symphonies de Beethoven me touche mais celle-ci a ce quelque chose où on sent l'espoir du compositeur à un monde meilleurs au travers de l'arrivée de Bonaparte.

     

     

                   

     

     

    lien permanent

    LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT II III & IV  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 01:44

     

         

    La symphonie regroupe différentes formes musicales : le concerto, l'opéra, les oeuvres de musique de chambre, sonate, et Lied (en Allemagne), mélodie (en France)

     

    La différence entre la symphonie et le concerto c'est que les effectifs en musiciens et le même mais dans le concerto il y a un instrument pour un soliste qui prend la place principale


    Concerto vient de l'italien concertare qui signifie dialoguer ; d'où dialogue de l'instrument soliste avec un groupe d'instruments ou avec l'orchestre.

     

    La Symphonie, le concerto et la sonate ont en commun d'être de la musique instrumentale et de comporter une succession de mouvements.

     

    D'où vient le fait que la symphonie recèle plusieurs mouvements ?

     La musique était un support pour la danse et ne se suffisait pas à elle-même, contrairement à d'autres oeuvres comme une symphonie de Brahms que l'on écoute pour elle-même, on l'écoute, et ses différents mouvements nous permettent de retrouver des thèmes qui racontent une histoire et nous permettent de l'apprécier et, de connaître la suite au fur et à mesure, parfois c'est complètement enchanteur et profond.

             

          

     

            Napoléon et Joséphine 

                           Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT II III & IV

     

     

    lien permanent

    LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT IV (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 01:52

     

        Blog de colinearcenciel : BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, LA SYMPHONIE HEROIQUE SYMPHONIE N° 3 de LUDWIG VAN BEETHOVEN MVT IV

     

           

     

                            

     

    lien permanent

     

    1782

     

    1803-1804
    [opus 53 ] Sonate pour piano n° 21 (do majeur) dite Waldstein, édité à Vienne 1805, dédicacé au comte Ferdinand de Waldstein

    1804
    [opus 54 ] Sonate pour piano n° 22 (fa majeur), édité à Vienne 1806

    1804-1805
    [opus 57 ] Sonate pour piano n° 23 (fa mineur) dite Appasionata, édité à Vienne 1807, dédicacé à Franz von Brunswik

    lien permanent

    LISTE CHRONOLOGIQUE DES OEUVRES DE BEETHOVEN IX  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 10:29

    1809
    [opus 73 ] Concerto n° 5 (mi bémol majeur) pour piano et orchestre diteL'empereur, création 28 novembre 1811, édité à Londres 1810 ; Leipzig 1811, dédicacé à l'archiduc Rudolph
    [opus 74 ] Quatuor pour cordes Harpe n° 10 (mi bémol majeur), publié à Leipzig & Londres 1810, dédicacé au prince Lobkowitz
    [opus 75 ] 6 lieder (voix, piano). 1- Mignon : Kennst du das Land (la majeur) sur un poème de Goethe ; 2- Neue Liebe, neues Leben : Herz, mein Herz, was soll das geben ? (do majeur) sur un poème de Goethe ; 3- Es war einmal ein Konig (sol mineur) sur un extrait de Faust de Goethe ; 4- Gretels Warnung : Mit Liebes lick und Spiel und Sang (la majeur) sur un poème de G. A. von Halem ; 5- An den fernen Geliebten : Einst wohnten susse Ruh (sol majeur) sur un poème de C. L. Reissig ; 6- Der Zufriedene : Zwar schuf das Gluck hienieden (la majeur) sur un poème de C. L. Reissig
    [opus 76 ] 6 variations (ré majeur), pour piano sur un thème original (re-utilisé comme Marche turque dans Les Ruines d'Athènes opus 113), édité à Londres et Leipzig en 1810, dédicacé à Franz Oliva
    [opus 77 ] Fantaisie en sol mineur (et si majeur) pour piano, dédié au
     comte Franz von Brunsvik (édité à  Leipzig et Londres 1810)
    [opus 78 ] Sonate n° 24 (fa# majeur) pour piano, édité à Leipzig et Londres 1810, dédicacé à Therese von Brunswik
    [opus 79 ] Sonate n° 25 (sol majeur) pour piano, édité à Leipzig et Londres 1810
    [opus 82 ] 4 Arietten und ein Duetto (4 ariettes et un duo) pour soprano avec accompgnement de piano sur des poèmes de Métastase. 1- Hoffnung en la majeur; 2- Liebsklage ré majeur ; 3- Stille Frage en mi bémol majeur ; 4 - Liebes-Ungeduld; 5-
     Lebens-Genuss
    [WoO 18] (1809, révisé en 1810) Marche für die böhmische Landwehr en fa majeur, publié à Prague 1809 ? ; à Berlin 1818-819, dédicacé à l'archiduc Anton d'Autriche [trio en si bémol majeur, vers 1822]


     

    1809-1810
    [opus 81a] Sonate n° 26 (mi bémol majeur) pour piano dite Les Adieux ( Das Lebewohl, Abwesenheit und Wiedersehn = Les adieux, l'absence, le retour), édité à Leipzig et Londres 1811, dédicacé à l'archiduc Rudolph

    1810
    [opus 84] Egmont, musique sur la tragédie de Goethe
    [opus 95] Quatuor pour corde n° 11 (fa mineur), création mai 1814, publié à Vienne 18916, dédicacé à Zmeskall von Domanovecz
    [opus 83 ] 3 lieder avec accompagnement de piano sur des poèmes de Goethe. 1-Wonne der Wehmuth en mi majeur ; 2- Sehnsucht en si mineur ; 3- Mie einem gemalten Band en fa majeur
    [WoO 19] Marche en fa majeur, publié à Vienne 1810, dédicacé à l'archiduc Anton (sur le manuscit seulement) [trio vers 1822]
    [WoO 21] Polonaise en ré majeur pur vents
    [WoO 22] Écossaise en ré majeur pour vents 
    [WoO 23] Écossaise en sol majeur pour vents, édité en réduction pour piano par Czerny, Musikalisches Pfennig-Magazin (1). Vienne 1834
    1810 [WoO 20] Marche en do majeur pour vents [trio vers 1822]

    1810-1811
    [opus 97 ] Trio n° 6 (si bémol majeur) pour piano, violon et violoncelle; diteL'archiduc, création 11 avril 1814, édité à Londres et Vienne 1816, dédicacé à l'archiduc Rudolph 

    1811
    [opus 113 ] Die Ruinen von Athen, ouverture et 8 numéros pour choeur et orchestre. Texte d'August von Kotzebue
    [opus 117 ] Konig Stephan, ouverture en mi bémol majeur (9 numéros). Texte d'August von Kotzebue

    1811-1812
    [opus 92 ] Symphonie n° 7 (la majeur) création 8 décembre 1813, édité à Vienne 1816, dédicace comte Moritz von Fries ; réducion pour piano, piano quatre mains, deux piano dédicacé à Elisabeth de Russie.

    1812
    [opus 93 ] Symphonie n° 8 (fa majeur), création février 1814, édité à Vienne

    lien permanent

    LISTE CHRONOLOGIQUE DES OEUVRES DE BEETHOVEN X  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 10:30

    1817
    [opus 96 ] Sonate n° 101 (sol majeur), pour violon et piano, création 29 décembre 1812, édité à Vienne et Londres en 1816, composé pour Pierre Rode, dédicacé à l'archiduc Rudolph
    [WoO 30] (novembre 1812) Trois pièces pour 4 trombones en ré mineur, ré majeur, si bémol majeur, transcrit pour 4 voix masculines par I. von Seyfried (joué aux funérailles de Beethoven), publié à Vienne 1827
    [WoO 39] Allegretto,en si bémol majeur pour trio avec piano, édité à Frakfurt 1830, dédicacé à Maximiliane Brentano 

    1813
    [opus 91 ] Wellingtons Sieg [ La Victoire de Wellington] ou Die Schlacht bei Vittoria [ La Bataille de Victoria] pour orchestre (piccolo, flûte, hautbois, clarinette, basson, contre-basson, cor, trompette, trombone, tymbale), création 8 décembre 1813, édité à Vienne 1816 [réduction pour piano, Londres et Vienne 1816], Dédicace régent d'Anleterre, futur George IV [version originale pour lepanharmonicon de Maelzel]

    1814
    [opus 89 ] Polonaise en do majeur pour piano, dédicacé à l'impératrice Elisabeth de Russie (édité à Vienne en 1815)
    [opus 90 ] Sonate n° 27 (mi mineur) pour piano, édité à Vienne 1815, dédicacé à  Moritz Lichnowsky
    [opus 100 ] Merkenstein: Merkenstein ! wo ich wandle denk ich dein (fa majeur), pour 2 voix et piano sur un poème de Johann Baptist Rupprecht
    [opus 136 ] Der glorreiche Augenblick, cantate pour 4 voix solistes, choeur, orchestre sur un texte de Aloys Weissenbach
    [opus 118 ] Elegischer Gesang: Sanft wir du lebtest (mi majeur) pour 4 voix et quatuor de cordes

    1814-1815
     [opus 115 ] Ouverture Namensfeier en do majeur, création décembre 1815, édité à Vienne 1825, dédicace prince Anton Heinrich Radziwiłł

    1815
    [opus 102 ] 2 sonates pour violoncelle et piano. n° 4 (do majeur) ; n° 5 (ré majeur), édité à Bonn 1817, dédicavé à la comtesse Erdödy
    [opus 94 ] An die Hoffnung : Ob ein Gott se i? ... Die du so gern in heil'gen Nachten feierst (sol majeur) pour voix et piano sur un poème de C. A. Tiedge (seconde version)
    [opus 112 ] Meeresstille und gluckliche Fahrt. 2 lieder en ré majeur pour 4 voix et orchestre sur des textes de Goethe

    1816
    [opus 98 ] An die ferne Geliebte, 6 lieder avec accompagnement piano sur des poèmes d'Aloys Jeitteles.  1- Auf dem Hugel sitz' ich spahend (mi bémol majeur) ; 2- Wo die Berge so blau (sol majeur) ; 3- Leichte Segle (la bémol majeur) ; 4-Diese Wolken in den Hohen (la bémol majeur) ; 5- Es kehret der Maien, es bluhet die Au (do majeur) ; 6- Nimm sie hin denn, diese Lieder (mi bémol majeur)
    [opus 99 ] Der Mann von Wort : Du sagtest, Freund, an diesen Ort komm ich zuruck (sol majeur), pour voix et piano sur un poème de Friedrich August Kleinschmid
    [opus 101 ] Sonate n° 28 (la majeur) pour piano, édité à Vienne 1817, dédicacé à Dorothea Ertmann
    1816, [WoO 24] Marche en ré majeur pour vents, édité à Vienne 1827

    1817
    [opus 104] Quintette, en do mineur (2 violons, 2 altos, violoncelle ; re-utilisation trio n° 3 opus 1), création décembre 1818, publié à Vienne 1919 [oeuvre de Kaufmann revue par Beethoven]
    [opus 137] Fugue en ré majeur pour quintette de cordes, publié à Vienne 1827
    [Hess 40] Prélude en ré mineur pour quintette de cordes, Puboié dans  «Schweizerische Musikzeitung / Revue musicale suisse» (95) 1955

    1817-1818
    [opus 67 ] Symphonie n° 5 (do mineur), création 22 décembre 1818, edité à Leipzig 1809, dédicace au p
    rince Lobkowitz et au comte Andreas Rasumovsky
    [opus 106]Sonate n° 29 (si bémol majeur) pour piano dite Hammer-Klavier Sonate, édité à Vienne et Londres 1819, dédicacé à l'archiduc Rudolph   

    1818
    [opus 108 ] 25 Airs écossais pour une et deux voix, petit choeur, piano, violon et violoncelle
    [WoO 60] Bagatelle en si majeur

    1818-1819
    [opus 105 ] 6 Airs nationaux pour flûte ou violon et piano, édité à Londres, Edinburgh et Vienne 1819
    [opus 107 ] 10 Airs nationaux et variations pour flûte ou violon et piano, édité à Londres, Edinburgh et Vienne (n° 2, 6, 7) ; Bonn et Köln 1820 (au complet)

    1819
    [WoO 17], 11 danses : Mödlinger Tänze, pour 2 flûtes, 2 clarinettes, 2 cors, basson, 2 violons, basse (publié à Leipzig en 1907)

    1820
    [opus 109 ] Sonate n° 30 (mi majeur) pour piano, édité à Berlin 1820, dédicacé à Maximiliane Brentano 

    1820-1821
    [Hess 65] Concert Finale en do majeur (édité par F. Starke « Wiener Piano-Forte-Schule» (3) Vienne 1821 [arrangement de la coda du concerto pour piano opus 37]

    1820-1822
    [opus 119 ] 12 nouvelles bagatelles pour piano, sol mineur, do majeur, ré majeur, la majeur, do mineur, sol majeur, do majeur, do majeur, la mineur, la majeur, simajeur (

    1821
    [WoO 61] Allegretto en si mineur (édité par Robitschek, «Deutscher Kunst- und Musikzeitung» 15 mars 1893), dédicacé à Ferdinand Piringer

    1821-1822
    [opus 110 ] Sonate n° 31 (la bémol majeur), pour piano, édité à Paris, Berlin, Vienne 1822 ; Londres 1823
    [opus 111 ] (vers 1801-1802), Sonate n° 32 (do mineur) pour piano, édité à Paris, Berlin, Londres 1823, dédicacé à l'archiduc Rudolph (à Antonie Brentano dans l'édition de Londres)
    [opus 114 ] Marche avec choeur en mi bémol majeur (re-utilisation du n° 6 de l'opus 113]
    [opus 121b ] Opferlied : Die Flamme lodert, milder Schein (mi majeur), pour soprano, choeur, avec orchestre Texte: Friedrich von Matthisson
    [opus 122 ] Bundeslied : In allen guten Stunden (si bémol majeur), pour 2 voix de soprano, d'alto,choeur à 3 voix, 2 clarinettes, 2 cors et 2 bassons, sur un texte de Goethe
    [opus 123 ] Missa solemnis, messe, en ré majeur, pour 4 solistes, choeur et orchestre
    [opus 124 ] Ouverture Die Weihe des Hauses (do majeur)
    [WoO 3]
     Gratulations-Menuet en Mi bémol majeur, création 3 novembre 1822, édité à Vienne 1832, composé pour Carl Friedrich Hensler, dédicace de l'éditeur : Karl Holz
    [WoO 34] Duo en la majeur ( 2 violons), publié dans T. von Frimmel, «Ludwig van Beethoven», Berlin 1901, dédicacé à Alexandres Boucher

    1822-1824
    [opus 125 ] Symphonie n° 9 (ré mineur), pour orchestre, voix solistes, choeur, création 7 mai 1824, édité à Mains 1826, dédicace à Friedrich Wilhelm III de Prusse 

    1823
    [opus 120 ] (1819 & 1823) 33 variations (do majeur) pour piano sur une valse de Diabelli

    1824
    [opus 126 ] 6 Bagatelles pour le piano : sol majeur, sol mineur, mi bémol
     majeur, si mineur, sol majeur, mi bémol majeur, (édité à Mainz 1825)
    [WoO 84] Waltz en mi bémol majeur (publié à Vienne en 1824) 

    1825
    [opus 127 ] Quatuor n° 12 (mi bémol majeur), création mars 1825, édité à Mainz 1826, dédicacé au prince Nikolay Golitsïn
    [opus 132 ] Quatuor n° 15 (la mineur), création 6 novembre 1825, édité à Paris & Berlin 1827, dédicacé au prince Nikolay Golitsïn
    [WoO 61a] Allegretto quasi andante en sol mineur dédicacé à Sarah Burney Payne (publié dans  « Neue Zeitschrift für Musik » (117) 1956)
    [WoO 85] Waltz en ré majeur (publié à Vienne 1825) dédicacé par l'éditeur à la Duchesse Sophie d'Autriche 
    [WoO 86] Ecossaise en mi bémol majeur (édité à Vienne 1825)  dédicacé par l'éditeur à la Duchesse Sophie d'Autriche

    1825-1826
    [opus 130 ] Quatuor n° 13 (si bémol majeur), création en mars 1827 et le 22 avril 1827 avec un nouveau final, édité à Vienne 1827, dédicacé au prince Nikolay Golitsïn [première version avec l'opus 133 comme final ; nouveau final composé en 1826]
    [opus 131 ] Quatuor n° 14 (do dièse mineur), piublié à Mainz 1827, dédicacé au baron Joseph von Stutterheim
    [opus 133 ] Grande fugue en si bémol majeur pour quatuor de cordes, création 21 mars 1826, publié à Vienne 1827, dédicacé à l'archiduc Rudolph [à l'origine, final de l'opus 130]

    1826
    [opus 134 ] Grande fugue en si bémol majeur, pour piano 4 mains (arrangement du quatuor opus 133)
    [opus 135 ] Quatuor n° 16 (fa majeur), création mars 1828, édité à Berlin & Paris 1827, dédicacé à Johann Wolfmayer

    1823-1827
    [Hess 41] Quatuor de cordes en do majeur (fragment, conservé par la transcription pour piano WoO 62), édité à Vienne 1838

    Sans date
    [WoO 17] 11 danses pour cordes et vents
     Mödlinger Tänze
    [WoO 29] Marche en si bémol majeur (2 clarinettes, 2 cors, 2 bassons) pour vents seuls et avec cordes.

      

    © Jean-Marc Warszawski 2002-2006
    Références / Musicologie.org

    Les oeuvres en bleu on peut les entendre dans la rubrique PASSION BEETHOVEN de mon blog

    lien permanent

     

     

    TRES BELLE ROMANCE DU MAITRE BEETHOVEN  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 12:31

     

     

    ROMANCE

     

    L. Van Beethoven

    .

    Orchestre philarmonique

    de Berlin

    Louis Abbado

     

     

     

    Romance n°2

     pour Violon and Orchestre No.1 in G Major

     

     

    *        
    lien permanent

    | L'ALLEGRO DE LA SYMPHONIE n° 7 | LUDWIG VAN BEETHOVEN |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 12:42

     

            

              

    .....

     

    SYMPHONIE

     

           SEPTIEME

            

            Ludwig

     

    Van Beethoven,

     

    L'Allegro

     

    Plus loin dans cet espace, cette symphonie en entier avec explication et ceci dans la rubrique consacrée au maître.

    lien permanent

    HISTORIQUE DE LA SEPTIEME SYMPHONIE DE BEETHOVEN (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 12:54

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, HISTORIQUE DE LA SEPTIEME SYMPHONIE DE BEETHOVEN

    La Septième Symphonie de Beethoven est un peu,

     pour l’anecdote historique, le pendant de la Troisième. L’Héroïque,on s’en souvient, avait d’abord été composée en hommage à Bonaparte – puis Beethoven, furieux de voir le cours que prenait la politique guerrière de Napoléon, s’était hâté d’enlever sa dédicace.

    On était alors dans les années 1804-1805. Huit ans plus tard, c’est le début de la fin pour l’Empereur. Les Français subissent d’importants revers en Autriche, et on organise des concerts de charité pour subvenir aux besoins des veuves et des orphelins des soldats autrichiens morts au combat.

    C’est dans le cadre de l’un de ces concerts, organisé le 8 décembre 1813 à l’Université de Vienne par Johann Nepomuk Mälzel, inventeur du métronome et ami de Beethoven, que furent créés la Septième Symphonie et la Bataille de Victoria.

    La bataille de Hanau venait d’avoir lieu. Beethoven était au pupitre, Salieri, Spohr et Meyerbeer dans l’orchestre.

    La symphonie n’a cependant aucun rapport avec ces circonstances, ni avec la guerre, ni avec la célébration d’un quelconque grand homme, même si elle contient, comme la Troisième Symphonie, une marche funèbre en guise de mouvement lent.

                

    lien permanent

    Ludwig Van Beethoven  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le mardi 08 mai 2007 13:04

                            

     

                                    
    lien permanent

    LA PASTORALE ou SYMPHONIE N° 6 de LUDWIG VAN BEETHOVEN | 1 | page 137 (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 14 mai 2007 00:08

     

    .

    LA PASTORALE

    Chef d'orchestre

    Herbert von Karajan

    lien permanent
     
    • <<
    •  
    • <<
    •  
    • 6
    •  
    • 7
    •  
    • 8
    •  
    • 9
    •  
    • 10
    •  
    • 11
    •  
    • 12
    •  
    • >
    •  
    • >>
    •  
    |
     

    LA PASTORALE ou SYMPHONIE N° 6 de LUDWIG VAN BEETHOVEN | 2 | (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 14 mai 2007 00:17

     

     

    Symphonie n°6 en fa majeur "Pastorale" Opus 68

    .

    Le titre de pastorale a bien été donné par Beethoven lorsqu'il édite la partition chez Breitkopf et Härtel en 1809 (avec la cinquième symphonie). Seule oeuvre qui comporte un programme explicite, Beethoven donna lui-même à chaque mouvement un sous-titre :

    1 - Éveil d'impressions agréables en arrivant à la campagne

    2 - Scène au bord du ruisseau

        

    3 - Joyeuse assemblée des paysans

    4 - Orage, tempête

    5 : Chant pastorale, sentiments joyeux et reconnaissant après l'orage

    lien permanent

    LA PASTORALE ou SYMPHONIE N° 6 de LUDWIG VAN BEETHOVEN | 3 | EXTRAIT DE VIE DE BEETHOVEN |  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 14 mai 2007 00:30

     

     Extrait du "Roman d'un génie" de Carl Von Pidoll qui a bien connu Beethoven et qui écrivit ce livre à l'âge de 70 ans (suite)-

    "Le lendemain, ayant été retenu par mon travail, j'arrivais en retard au palais des Lichnowski. On me présenta le jeune homme dont nous allions juger le talent. J'eus l'impression qu'il ne voyait pas plus qu'il ne voyait les autres personnes autour de lui ; à tout ce qui l'entourait, en vérité, il ne semblait pas attacher la moindre attention.  A peine m'eût il donné la main qu'il retourna au piano, devant lequel il se tenait au moment ou j'étais entré, l'air taciturne, distant, presque hostile...

    Sans un mot, sans même s'incliner, pour remercier la princesse, il s'installa au clavier, leva les yeux au plafond  pour un dernier et court reccueillement, puis ses doigts écrasèrent littéralement les touches. Les cordes vibrèrent, leurs sons nous parurent discordants- l'instrument tout entier semblait gémir.  Nous nous regardions consternés, et Lichnowski eut un brusque mouvement, voulant protester contre un traitement aussi barbare infligé à son piano ! Mais la princesse l'arrêta à temps en lui posant la main sur le bras. Quarante années se sont écoulées depuis cette après-midi là et de tous ceux qui étaient réunis chez le prince, je suis le seul survivant.  Pourtant, je me souviens, comme si c'était hier, des sentiments que j'éprouvais.

     

    D'abord, j'étais mi-indigné, mi-amusé. " Vandale ! m'écriai-je à part moi, quel rustre est-ce là, qui ne connaît ni style ni mesure !"  Ensuite, je me dis qu'il ne fallait peut être pas conclure trop rapidement. Bien malgré moi, je commençais à me sentir sous le charme, et je me le reprochais. Je luttais, décidé à ne pas me laisser aller à ces fallacieuses émotions. Je trouvais humiliant que ce garçon pût me jouer pareil tour !

    Mais peu à peu je n'essayais plus de résister... j'oubliais tout pour m'abandonner complètement à l'enchantement où me plongeait le jeu du pianiste, et sentant d'instant en instant grandir la puissance de cet enchantement.

    J'ignore combien de temps il joua. Le soir tombait lorsqu'il termina.  La tête inclinée et les mains jointes entre les genoux, il resta assis au piano, regardant dans le vide. Des mèches emmêlées de ses cheveux noirs lui cachaient une partie du visage.

    Personne ne bougeait ni ne parlait.

    Enfin en soupirant profondément, la princesse se leva et alla au piano.

    - Je ne puis vous dire à quel point vous nous avez émus. Vraiment, vous avez l'inspiration divine...

     

    lien permanent

    LA PASTORALE ou SYMPHONIE N° 6 de LUDWIG VAN BEETHOVEN | 5 | (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 14 mai 2007 01:01

     

    Je vous convie à écouter cette symphonie notamment en regardant la nature : le vent dans les arbres par  exemple...  Vous pourrez constater un parfaite Harmonie entre les mouvements des branches, des feuilles ou tout autres mouvements de la nature avec cette musique

                 

    *

    lien permanent

    LA PASTORALE ou SYMPHONIE N° 6 de LUDWIG VAN BEETHOVEN | 6 | (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 21 juin 2010 00:50

     
    lien permanent

    LE CONCERTO N° 4 de LUDWIG VAN BEETHOVEN page 140  (BEETHOVEN LUDWIG VAN)posté le lundi 14 mai 2007 01:12

     

     

    CONCERTO N° 4

                           .

     

     

    lien permanent
     
     
     
     
     
     
     
    « Jean-Sébastien BACH revisité (non complet, en attente...)LE VISAGE DE BEETHOVEN »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :