• COMMENT VIVENT ILS CHEZ EUX ? Les réponses d'un contacté

    INTERVIEW D'UN CONTACTE

    On ne sait pas de quelle planète, ni de quelle race il s'agit, mais voici un extrait d'une intervieux de Sid Patrick qui date de 1965. Nous aurons bien d'autres témoignages et nous tenterons de rassembler tout ce qui peut amener à un synthèse sans nous laisser influencer par ce qui est déjà exprimé et connu, sauf avec preuve et évidences. Il y a de plus en plus de contacts et de contactés avec le monde des planètes. Ils ne semblent pas avoir les mêmes techniques mais en général des techniques plus avancées.

     

    Extraits de l’interview de Sid Patrick à la revue The Little Listening Post de mars-avril 1965 :

    « - Comment vivent-ils chez eux ?-

    L’astronaute me dit : « Comme vous le savez, nous n‘avons pas de maladie, pas de crime, pas de vice, pas de police. Nous n’avons pas d’école. Les enfants apprennent un métier dès leur plus jeune âge.

    En raison de notre longue espérance de vie, nous avons un contrôle des naissances rigoureux. Nous n’avons pas d’argent. Nous vivons absolument unis. »

    - Et votre interrogatoire de trois heures par l’Air Forces ?

    - Ils me demandèrent un compte rendu circonstancié. Je leur ai raconté exactement ce qui était arrivé. Ils étaient les premiers à m’entendre. Ils me dirent de ne pas parler publiquement de certains détails.

    Quant à moi, tout pouvait être révélé. Je ne vois pas pourquoi quelque chose est à cacher. On me demanda de ne pas dire que les extra-terrestres n’avaient pas d’argent, de ne rien révéler sur le genre et les dimensions de l’engin, parce que cela pourrait vouloir signifier, aux yeux du public, que l’Air Force manque à son devoir.

    Je leur rétorquai qu’il n’y avait pas de raison à tout cela.

    - L’Air Force a-t-elle divulgué des informations confirmant ou concernant votre expérience ?

    -Oui, à l’époque. Mais je n’insiste pas. Je n’essaye pas non plus de prouver ce qui est arrivé. Que l’on y croie ou pas m’importe peu. Mais je sais que l’Air Force y croit.

    Elle enquêta maintes fois dans la région. Les enquêteurs virent ici peu de temps après l’incident et eurent la preuve absolue qu’un engin avait atterri déjà avant l’incident et après.

    - Y avait-il encore d’autres faits que l’Air Force voulait taire ?

    - Oui, quelques-uns : les moyens de communication et la source d’énergie. Le nom de l’astronaute, aussi. Ils m’ont demandé de ne jamais répéter ce nom, parce qu’il ne voulait rien dire.

    L’astronaute m’avait dit : « Vous pouvez m’appeler Xéno. » Ce n’était pas nécessairement un nom. Je l’ai appelé Zéno ou Zeeno, mais c’était bien Xéno.

    D’après le dictionnaire, cela veut dire « Étranger ».

    Traduction : livre - o.v.n.i. et extra-terrestres tome 3 de Yves Naud

     

    « Les titans ou les géantsElégie de Gabriel Fauré »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :