• 3. A la suite du voyage dans la vie secrète de Jésus Christ

     

    Nous poursuivons ce voyage avec le voyageur sur les traces de passages d'ISSA doit Jésus Christ en Orient et malgré l'informatique, la documentation, le changement d'époque et le fait d'avoir imprimé ces documents : la documentation demeure difficile d'accès. Cependant, persévérons.

    Voyager à la fin du XIXème siècle, en 2017 et bien, cela demande encore des plans et des images. Déjà, retrouver des images actuelles dans les mêmes lieux, est une chance !

    Notre voyageur, se trouve toujours au Cachemire (Kashmyr écrit il) en Indes. Il se trouve étonné de découvrir la polyandrie des bouddhistes du Thibet, décrivant des femmes souriantes, avenantes et contentes de vivre, à côté de pauvres hommes chétifs, très ouvrageux et tristes, courbés et vieux avant l'âge. Et ces auteurs trouvent les thibétains très laids et semblent un peu méprisant vis à vis des hommes. Voici un extrait :"Les jours de chacun des maris sont déterminés à l'avance et chacun s'acquitte très exactement de ses devoirs, aussi les hommes sont ils en général faibles, le dos un peu voûté et ils ne vivent pas très vieux".

    Il se rendait cette fois au Ladak.

    Résultat de recherche d'images pour "Le Ladakh"

     

     

    "Le Ladakh est très souvent surnommé le « Petit Tibet » en raison de ses paysages de hautes montagnes et surtout de ses innombrables temples bouddhistes perchés sur des pitons à plus de 4 000 mètres d’altitude. C’est encore davantage le cas depuis l’annexion du Tibet par la Chine au début des années 1950: le Ladakh étant maintenant considéré comme le cœur névralgique du bouddhisme himalayen. En effet, dès que l’on arrive au Ladakh, il est impossible de se tromper : il s’agit bien d’un territoire bouddhiste. Les drapeaux de prières décorent les maisons et les bâtiments officiels, les moulins à prières et les stupas bordent les routes et l’on peut distinguer au loin les nombreux monastères surplombant les larges vallées. Nous avons donc bien entendu consacré une partie de notre séjour à la découverte de la culture bouddhiste himalayenne en visitant de nombreux monastères répartis sur ce territoire grand comme l’Irlande"  Image et extrait du site en cliquant ICI

     

    Nous nous trouvons dans une zone appellé "le petit Tibet". L'auteur parle d'un roi du "Thibet" contemporain de Mahomet qui entreprit la création d'une langue universellle pour tous les adeptes du Bouddha. Dans ce but, il fit simplifier la grammaire sanskrite, composa un alphabet qui contenait un nombre infini de signes et jeta ainsi les bases d'une langue dont la prononciation est des plus faciles et l'écriture des lus compliquées" dit il. Ainsi toute la littérature du Thibet est écrite dans cette langue ajoute t'il. On ne parle d'ailleurs la pure langue thibétaine qu'au Ladakh et dans le Thibet oriental. Il ajoute que ce n'est que dans les couvents que l'on peut trouver la langue tibétaine dans sa pureté et dans son intégrité et ceci dans les monastères. Alors de ce fait, nous allons un peu nous plonger dans l'histoire du Tibet.

     

    "Au VIIème siècle, une monarchie d’une certaine importance émerge sur le territoire du Tibet actuel, marquant sa naissance comme entité politique unifiée.

    Les rois ou empereurs de la dynastie Yarlung, dans la vallée duquel leur capitale de Yumbum  Lhakang aurait tout d’abord été installée, prétendent remonter au IIème siècle avant Jésus Christ  où le mythique Nyatri Tsenpo descendu du ciel aurait été intronisé (en moins 127  selon l’historiographie traditionnelle). Leur chefferie de Sheboye deviendra un royaume appelé Pugyäl (Tufan ou Tubo  par les Chinois et Tüböt par les Mongols, d’où le nom de Tibet)".

    Voici le premier bâtiment tibétain, le palais de Le palais de YumbulagangYumbu Lhakhang ou encore Yungbulakang) est une forteresse de la vallée du fleuve du Yarlung Tsangpo près de Lhassa au Tibet. 

    Image illustrative de l'article Yumbulagang

    Photo de 1939 du premier palais tibétain.

     

    Le voici en 2007

     

    Il se trouve sur la colline des biches appellée ainsi car elle a une forme de biche.

    3. A la suite du voyage de Jésus Christ

    1938, ce premier Palais fut détruit et reconstruit en 1987.

    Sous cette photo il est écrit ceci : "À des fins documentaires, les Archives fédérales allemandes ont souvent maintenu les descriptions originales d’images, qui peuvent être erronées, biaisées, désuètes ou politiquement tendancieusesOmbulakhang (File:Bundesarchiv Bild 135-S-15-19-31, Tibetexpedition, Blick auf Kloster (Yumbu Lagang).jpg Création : 1 janvier 1938).

     

    Nous vérifions les dires du voyageur en constatant la véracité historique de ses propos ici :

    Les trois rois du Dharma furent les 33ème, 38ème et 41ème souverains 33e, (Songtsen Gampo, Trisong Desens et Tri Ralpachen). Le premier d'entre eux, Songtsen Gampo unifia le Tibet et fonda l'Empire du Tibet  en l'étendant à des régions voisines, telles que  l'Amdo), notamment par la création d'une langue et d'une écriture communes pour traduire et diffuser le bouddhisme. Le voici représenté :

    King Songsten Gampo's statue in his meditation cave at Yerpa.jpg

    Songtsen Gampo (en tibétain: Srong-btsan Sgam-po, pyini, : Songzain Gambo ; né vers 609 , 613  - mort en  650,  33ème  souverain de la dynastrie Yarlung,  fut  l'un des « trois rois religieux » du Tibet.  

    Il transforme le Royaume en Empire du Tibet et conquiert de nombreux territoires jusque-là occupé par d'autres pays et cultures. Il fonde Lhassa où il installe sa résidence principale et son administration, et fit construire le premier bâtiment du Palais du Potala . Yumbulagang était son palais d'été où la princesse Wencheg  de la Dynastie Tang le rejoint avant que Songtsen Gampo ne déplace son siège principal à Lhassa. Il donna au royaume du Tibet les frontières qui seront encore les siennes au début du XXème siècle.    Il fit construire les temples de Jokhang et de Ramoché.  Sous son règne sera créée l'écriture tibétaine.

    Notre voyageur et plus tard écrivan du Livre "La vie inconnue de Jésus Christ" contine à parler avec le Lama qu'il a rencontré sur la personne de ISSA (Jésus Christ) et songe à lui demander via son interprète où se trouveraient les écritures parlant de la vie d'ISSA. Le lama répondit :

    "Les rouleaux principaux,dont la rédaction s'est faite, dans l'Inde et dans le Népal, à différentes époques selon et à mesure des évènements, se trouvent à Lassa au nombre de plusieurs milliers. Dans quelques grands monastères on en trouve des copies faites elles aussi à plusieurs époques. Le lama exprima qu'il ne possédait pas de copies. Le voyageur réfléchissait en se demandant comme Issa, prophète chez les bouddhistes avait pu se rendre là bàs alors qu'il était originaire de Palestine   et qu'il y vécu ainsi qu'en Egypte mais l'évangile ne contient aucune allusion au rôle que le bouddhisme aurait joué sur l'éducation de Jésus. Aussi, il se décida à visiter des monastères du Thibet en espérant trouver d'autres renseignements, des copies ou des documents qui permettrait d'affirmer encore un peu plus cette thèse. 

    Il partit vers Karbou après avoir longé la vallée de la rivière Salinoumah, passa par le village de Chagdoom et fut ravi de rencontrer un autre forme d'architecture lorsqu'il vit de petites maisons à deux ou trois étages qui lui rappellait un peu l'Europe. Il se rendit dans un hameau du nom de Lamayure où un couvent semble collé aux flancs du rocher. Pas d'escalier pour arriver à ce "couvent" mais des cordes pour passer d'un étage à l'autre" et ce couvent ressemble à un grand nid accolés aux paroi rocheuses, il parle plutôt de "grands nids". 

    Monastère Lakkah qui pourrait ressembler  à celui décrit car un village se trouvait en dessous mais sans certitude car l'auteur ne donne pas de précision et les noms cités sont très difficiles à situer géographiquement mais par la suite, il est bien probable que nous pourrons recadrer son parcours.

    3. A la suite du voyage de Jésus Christ

    Du site ici

    qui est un site de voyage.

     

     

     

    « Rûmi4. De Kargil vers Leh avec Notovitch »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :