• 100. On papote

     posté le lundi 19 mars 2012 00:48

    Blog de colinearcenciel :BIENVENUE DANS MON MONDE MUSICAL, ON PAPOTE @ColinearCenCiel

    ON PAPOTE

     

    On papote, on chuchotte,

    Nous nous parlons des grands mots de tout ce qui fait la vie On papote de ces bavardages pratiques où l'on s'adapte à d'autres conditions et l'on évoque nos passions en les survolant doucement.

     La tête est fatiguée de penser lorsqu'elle est enserrée et le regard voilé de ne plus savoir regarder ; alors on chuchotte ou l'on se tait dans le berceau de la tendresse.

     L'on s'affole, lorsque apparaît d'autres signes et les mots se bousculent pour tenter de savoir à quoi correspondent nos points d'interrogation.

     L'on s'envole dans les géants qui ont peuplé ce monde, on évoque leurs images en souhaitant leur présence protectrice.

     Nous allumons des bougies, nous montons le lit près du plafond pour être ensemble au paradis.

     L'on entend les mêmes mots venus d'ailleurs et toi plus encore ton âme m'exprime l'infini des mondes parallèles et ton coeur parle en disant :"mon temps n'est pas fini car j'ai quelque chose à faire ici".

     On papote, on prédit ce qu'il peut arriver sans que nous ne puissions l'éviter, comme si l'on ressentait les barrières et les obstacles ; l'on parle de ceux que l'on rencontre, des ressentis et l'on se dit tout de façon insensée comme si c'était la fin du monde.

     Et l'on s'apprend l'une à l'autre. Parfois la plus âgée dit "je le sais, j'ai tant d'années derrière moi" tandis que la plus jeune dit "je le sais, j'ai tout vécu".

    Lorsque l'on n'a pas vingt ans

    Il est pourtant

    De ceux qui ont tant à dire sur les mondes. Les mondes sont plusieurs et sont-ils accordables ? C'est un berceau de création où l'on se berce, protection de l'abrupt, des aggressions extérieures où de l'intérieur la lutte a besoin d'une substance demeurée à ce jour inconnue. Alors, dans ce tout petit monde de l'infiniment petit où tant de choses se passent dans notre ignorance, nous appellons ceux qui exaucent et nous attendons le temps de l'exaucement qui bientôt viendra.

     L'une patiemment au repos obligé et l'autre qui s'agite. L'on papote de tant de choses et chacune nous nous retirons, pour rester dans notre coin et ensuite se retrouver. Nous mesurons le temps et les gestes afin de réduire les efforts trop nombreux à fournir.

     L'on papote de la gestion tout en n'éludant pas la question. On chuchotte et nous pensons loin en paroles pesées de leur poids importants, nous allons à l'essence dans la légèreté auréolée de clarté.

     Parfois des éclats de rire pour des petites bêtises et parfois des tensions pour des petits riens tandis que l'on sait bien que ce n'est que des riens.

    L'on doit faire des efforts pour se ménager ensemble et parfois il y a des lumières qui s'allument, une présence silencieuse qui veille, et les pas sont silencieux.

     Le chat sent tout cela et il papote à sa façon. Il a choisit d'aller de l'une à l'autre mais il reste auprès d'elle bien souvent. Parfois, il ne dit rien. Il y a peu de temps, il avait ce regard triste que nous avons remarqué mais cela n'a pas duré. Son comportement a changé. Il va auprès de ses maux avec ses mots et il n'est pas besoin de mots dits pour qu'il sache là où il peut s'allonger auprès d'elle et jamais n'importe où ni par hasard.

     Il affiche un regard doux et attentifs bien qu'il semble à moitié endormi, la nature dont il connaît certains secrets, il la livre dans ses attitudes.

    Résultat de recherche d'images pour "image google nature"

    ©ColinearCenCiel 19.03.2012, photo de Colinearcenciel

    « 103. Une vie la plus douillette qui soitMantra de Tcherenzi ou Avalokisteshvara »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :